Tribune d'Information sur le Rwanda

Posts from — September 2011

Rwanda: ‘Kagame, Assassin’ scandé par des milliers de manifestants à Paris

Le Président du Rwanda Paul Kagame considère que sa récente visite en France est un succès. Tout est relatif. Regardez cet extrait vidéo:

[youtube]gQMo4Far5sM[/youtube]

September 16, 2011   No Comments

Procès de la Présidente du FDU-Inkingi Victoire Ingabire: le Rwanda adopte une “stratégie de l’escargot”

par Boniface Twagirimana,
Vice-président intérimaire du FDU-Inkingi.

Kigali, le 13 Septembre 2011 – Depuis l’ouverture de ce procès politique, le gouvernement de Paul Kagame a adopté une stratégie de l’escargot afin de détourner l’attention nationale et internationale et en espérant que la défense va se lasser et finir par s’effondrer. Après que le procureur ait tenté en vain l’ajournement du procès, il n’a jamais laissé à l’accusée principale Victoire Ingabire, Présidente des FDU-Inkingi, le temps de prononcer un seul mot. Au contraire le procureur ne fait que répéter continuellement les mêmes actes d’accusation.

Cette stratégie de procrastination n’a rien à voir avec le volume du dossier. Par exemple, aujourd’hui le 6ème jour du procès, le procureur a lu de nouveau une douzaine de documents prétendument provenant de la boîte de réception des courriels (e-mails) des témoins clés au service du pouvoir, à savoir MM. Vital Uwumuremyi et Tharcisse Nditurende, lesquels prétendent que les copies de courriels dont l’expéditeur est inconnu, représentent des preuves accablantes de financement d’actes terroristes. Au total, les allégations portent sur un montant total de 11.000 dollars américains envoyés entre 2008 et 2010 par différentes personnes à différents destinataires. Bien que l’exactitude de ces courriels ainsi que des formulaires de Western Union qui ont été remplis localement ne soit pas établie, le lien entre les noms des différentes personnes impliquées avec Mme Victoire Ingabire n’est pas établi au-delà de tout doute raisonnable. Le contenu réel de la tant vantée longue et minutieuse enquête n’est pas du tout visible. Il ne s’agit que de simples déclarations, volontairement soutirées auprès de certains détenus, lesquels déclarent avoir appartenu aux FDLR et qui maintenant sont au service de la justice du vainqueur.

Il est clair que le régime de Kigali est en train de gagner du temps, espérant que l’avocat britannique Iain Edwards qui suit le dossier depuis le début ne restera pas indéfiniment à Kigali et qu’il aura besoin de regagner la Grande Bretagne afin de s’occuper d’autres dossiers judiciaires qui l’attendent au niveau national et international. Dès le début du procès, de nombreux pays européens et organisations internationales de défense des droits de l’homme suivent quotidiennement tous les débats. Cela pose un défi sérieux au procureur qui peine à trouver des preuves d’accusation.

En même temps, le Président Paul Kagame et la ministre des affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, continuent à s’immiscer dans le dossier prétendant qu’il y aurait des preuves accablantes. Par exemple, le 11 Septembre 2011 à Paris, tout en relayant les propos de son président, la ministre des affaires étrangères a déclaré sur Radio France Internationale: « Victoire Ingabire a commis des crimes extrêmement graves. Elle est maintenant au tribunal pour défendre ses droits. Si elle est innocente, le tribunal se prononcera. Que l’avenir montre la vérité». Pourquoi affirmer qu’elle « est coupable, a commis des crimes » alors qu’elle est présumée innocente jusqu’au jugement? Pourquoi ne l’ont-ils pas alors laissée libre de ses mouvements et laisser la justice suivre son cours? Il s’agit bel et bien d’intimidation parce que le régime rwandais sait bien qu’un juge qui confronterait le président du Rwanda à ses propres propos ou le contredirait à l’intérieur du pays, mettrait sa carrière en danger. Si le régime respecte ou croit réellement en son propre système judiciaire, il devrait le laisser conduire le procès et délibérer librement, sans interférence du pouvoir.

Le procès est prévu pour se dérouler tous les jours de 08h à 13h00.

September 16, 2011   No Comments

Paris: une manifestation contre le Président du Rwanda Paul Kagame dégénère sur le périphérique

Des manifestants anti-Kagame ont créé de gros embouteillages sur le périphérique de Paris. Voici un petit vidéo publie par Olivier Habimana.
[youtube]oRdS-EXTkmQ[/youtube]

Voici aussi comment ‘Le Parisien’ décrit ces embouteillages sur le périphérique de Paris.

Panique sur le périphérique ce lundi ! Dans la matinée, les automobilistes franciliens ont été surpris par un groupe d’une trentaine de manifestants d’origine congolaise opposés au régime rwandais qui déambulaient sur la voie express parisienne, semant la zizanie et créant de sérieux embouteillages, selon une source policière, confirmée par plusieurs témoins au Parisien. Les manifestants, visiblement en colère contre la visite officielle à Paris de Paul Kagame, le président de la République rwandaise, ont déployé une banderolle sur laquelle on pouvait lire «Kagame assassin». Sur le bas-côté, ils ont aussi peint «La France complice». Ils n’ont pas hésité à brûler des pneus sur la voie publique. Une voiture a également été incendiée, comme en témoigne la photo ci-contre envoyée au Parisien.fr par un témoin.  A l’arrivée des policiers, les manifestants se sont rapidement dispersés, et une personne a été interpellée. A la suite de cette manifestation, le périphérique extérieur a dû être coupé au niveau de la porte Maillot, avec sortie obligatoire porte de Champerret. Les grosses perturbations ont commencé vers 11h47 et se poursuivaient toujours à 13h30. Peu avant 14 heures, le périphérique a été rouvert à la circulation, complètement saturée dans ce secteur.

[Le Parisien] Le président rwandais Paul Kagame est arrivé dimanche après-midi à Paris pour sa première visite officielle en France depuis le génocide de 1994. Il devait déjeuner avec Nicolas Sarkozy à l’Elysée à 13 heures.

September 13, 2011   No Comments

L’assassin des Français Paul Kagame du Rwanda accueilli à l’Elysée

par Caesar.

L’ASSASSIN DES FRANÇAIS A L’ELYSEE LE 12 SEPTEMBRE 2011

1/ Kagame a assassiné 6 citoyens français qui ont laissé les veuves et orphelins les 6 et 7 avril 1994.

  1. Major Jacky Herraud, copilote de l’avion du feu président Habyalimana
  2. Colonel Jean-Pierre Minaberry, pilote
  3. Adjudant-chef Jean-marc Perrine, mécanicien
  4. Adjudant-chef René Maïer , gendarme en mission de coopération au Rwanda
  5. Adjudant-chef Alain Didot, gendarme en mission de coopération au Rwanda
  6. Gilda Didot, épouse Didot.

2/ Kagame a assassiné les présidents rwandais et burundais et leurs collaborateurs qui ont laissé des veuves et orphelins.

3/ Kagame a exterminé plus de 6 millions de Hutu réfugiés en ex-Zaïre, aujourd’hui RDC et des congolais, femmes enfants et hommes de tous âges et conditions y compris les religieux (le rapport de l’ONU dit MAPPING rendu public début octobre 2010).

4/ Kagame a mis en prison tous les opposants et liquidé physiquement quelques uns ainsi que les journalistes.

5/ Kagame a maintes fois humilié les dirigeants français qu’il a traités publiquement des vaut-rien

6/ Kagame a établi une liste de 33 personnalités civiles et militaires françaises qu’il a qualifiées de génocidaires et diffusé ensuite cette liste par internet. Il s’agit notamment de Juppé, Balladur, Mitterrand, Védrine, ambassadeur de France à l’ONU en 1994 et de Sarkozy. Celui-ci a été ensuite rayé de la liste après son élection à la présidence française.

Au regard de ces faits qui ne sont à démontré quant à leur existence
1- Kagame est l’homme le plus sanguinaire dans les annales de l’histoire de l’Afrique moderne.
2- Kagame est un dicateur de premier gang des dictateurs africains.

Monsieur Sarkozy va dérouler le tapis rouge à l’assassin des français et sanguinaire notoire.
Questions:

  1. Comment la France de Sarkozy est tombée aussi bas de sorte que l’honneur et la dignité sont des mots vides de sens?
  2. Si ces victimes étaient proches de Sarkozy, aurait-il invité leur assassin notoire?
  3. Pourquoi les médias français s’intéressent exclusivement aux tutsi et nullement aux victimes françaises dont ils n’ont jamais parlé depuis 17 ans ?
  4. Pourquoi le président des Français dont les veuves et orphelins des victimes ci-dessus mentionnées a fait enterrer les mandats d’arrêt internationaux délivrés, au nom du Peuple Français, par le juge Bruguière contre les assassins des Français et indirectement contre Kagame?Il convient de rappeler que Kagame n’est pas protégé par sa fonction relativement aux crimes contre l’Humanité et génocide qu’il a commis. Le droit international est limpide sur cette question.Sur ordre de Sarkozy, Monsieur Juppé fait le tour du monde contre les présidents syrien et libyen. Force est de constater qu’il a observé un silence de tombeau concernant Kagame, assassin notoire des français, sachant qu’en matière de barbarie, les présidents ci-dessus mentionnés sont des nains à côté de Kagame.

    Par ailleurs les dirigeants socialistes et communistes et les médias français qui ont soutenu et soutiennent Sarkozy dans sa guerre contre Kadhafi observent un silence de cathédral sur l’invitation de l’assassin des français par Sarkozy et son arrivée en France avec le tapis rouge qui lui a été déroulé sans oublier les honneurs militaires alors que les victimes françaises étaient militaires.

  5. Quel droit de l’homme défend Sarkozy ? Les victimes tutsi rwandaises méritent-elles plus de compassion que les victimes françaises? Aux yeux des dirigeants français, celles-ci n’appartenaient manifestement pas à l’Humanité et par conséquent, elles ne méritent aucune compassion et encore moins le respect quant à leurs droits fondamentaux.
    Les gens qui n’ont aucune compassion à l’égard de leurs compatriotes qui ont été sauvagement massacrés au seul motif qu’ils étaient français ne peuvent nullement prétendre l’avoir pour les libyens de Benghazi, les syriens et autres? Leurs dires sur ce point ne sont que des jérémiades dépourvus de sincérité élémentaire. Ils sont payés pour défendre les intérêts des français d’abord et c’est une obligation absolue. Dans les faits, tel n’est pas le cas. La parfaite illustration est ces victimes dont les veuves et orphelins n’ont jamais pu accéder à la justice de leurs pays pour que les assassins de leurs maris et parents payent pour ce qu’ils ont fait, le tout alors que leur président fait la chasse aux Hutu Rwandais qui ont trouvé refuge en France et les livrent aux chiens (voir cas de Fabien Neretse qui a été expédié en Belgique comme une marchandise par la France sur décision de Sarkozy en application de sa promesse à Kagame: « les génocidaires des tutsi seront pourchassés partout où ils se trouvent en France »).
  6. Selon Sarkozy, les Hutu listés par Kagame sont génocidaires alors qu’ils ne sont pas encore jugés et reconnus coupables de crime de génocide par un tribunal impartial et indépendant.
    Le respect des droits des victimes tutsi préoccupe plus le président français que le respect des droits de ses compatriotes. Ce qui est encore extrêmement grave et incompréhensible dans un Etat de droit, c’est qu’un des assassins visés par les mandats d’arrêt internationaux, délivrés par le Juge Bruguière au nom du Peuple Français accompagne Kagame sans s’inquiéter, le tout avec un visa délivré par la France. Il est suprenant de constater que, dans cet article, Libération ne parle pas des Victimes françaises, alors que c’est l’élément clé du contentieux politique entre Kagame et la France. Kagame a demandé à Sarkozy d’enterrer les mandats. Pour lui, c’est une condition sine qua non pour qu’il reprenne les relations avec la France. Sarkozy s’est exécuté et les a donc purement et simplement enterrés.

Question: alors que cette affaire est gravissime dans un Etat de droit, pourquoi elle n’a pas été portée à la connaissance du Public français ? Au cas où elle serait révélée au Public français par les médias français, Sarkozy et Guéant, l’architecte de l’enterrement des mandats d’arrêt internationaux qui visent directement les assassins des français et indirectement Kagame, pourraient se trouver avoir des difficultés pourquoi ont-ils fait enterrer les mandats d’arrêt qui visent les assassins des Français, pourquoi un président français invite les assassins des français?
Comment la France délivre des visas aux assassins des français qui viennent se balader impunément en France?
Je n’ignore pas que tout a été mis en oeuvre pour étouffer cette affaire et ergoter sur tout et rien tel que la mort du président Habyarimana et sa veuve dont Sarkozy a ordonné qu’on ne lui délivre pas le titre de séjour après lui avoir refusé le statut de réfugié politique.
C’est le monde à l’envers.

Je ne suis pas contre Kagame. Celui-ci a commis des crimes. Il a lui-même reconnu publiquement ses forfaits devant des millions de Rwandais. Au nom de la justice, il doit répondre de ses actes devant la loi comme tous les autres criminels. La fonction de président n’est pas une raison d’impunité ou ne constitue pas une immunité à son profit.
Tous ceux qui minimisent les crimes qu’il commis contre des millions de Rwandais (Hutu, Tutsi et Twa) et des congolais ne se livreraient pas à la négation de l’évidence ou au cynisme si les victimes étaient leurs proches.

September 13, 2011   1 Comment

Le Président du Rwanda Paul Kagame à Paris répond aux questions de France 24

Interview accord par Paul Kagame à France 24 le 12 Septembre 2011.


Dans sa seule interview télévisée lors de sa visite historique en France, le président rwandais explique à FRANCE 24 sa volonté d’ouvrir un nouveau chapitre entre Paris et Kigali. Il explique également pourquoi il n’attend pas d’excuses formelles de la France pour son rôle dans le génocide de 1994 et réaffirme qu’il n’est pas un dictateur.
[France 24]

September 13, 2011   No Comments

Dix-huit députés UMP interpellent Nicolas Sarkozy avant la visite du président du Rwanda Paul Kagame

par Antoine Fouchet,

Dix-huit députés, en grande majorité de l’UMP, viennent d’interpeller par courrier Nicolas Sarkozy sur ses relations avec Paul Kagame, le président du Rwanda, qui sera en France du dimanche 11 au mardi 13 septembre pour une « visite de réconciliation ». Dans cette missive dont La Croix a eu connaissance et rédigée à l’initiative de Michel Voisin, député UMP de l’Ain et vice-président de la Commission défense de l’Assemblée nationale, les signataires dénoncent les « accusations » régulièrement portées « à tort » par Paul Kagame « concernant la participation active de l’armée française au génocide rwandais ».

En cause, l’opération Turquoise, menée par 2 500 soldats français et 500 soldats envoyés par sept pays d’Afrique, du 22 juin au 21 août 1994. Alors qu’un génocide se poursuivait au Rwanda, tuant des centaines de milliers de Tutsis et de Hutus modérés, et alors que les forces du Front patriotique rwandais (FPR) dirigées par Paul Kagame menaient une offensive qui allait les conduire à la victoire, l’opération Turquoise eut pour but de protéger les populations civiles, selon le mandat de la résolution 929 du conseil de sécurité de l’ONU.

Soulignant « le professionnalisme et l’investissement sur le plan humain de notre armée » dans ces circonstances tragiques, les 18 députés souhaitent que, durant sa visite, Paul Kagame « non seulement cesse » ces attaques, mais aussi « reconnaisse le rôle positif que ces militaires ont joué ». Mercredi 7 septembre, en marge d’un déjeuner à l’Élysée avec les parlementaires de droite, Nicolas Sarkozy avait laissé entendre que tous les sujets pourront être abordés lors des discussions entre les deux chefs de l’État.

Ont signé la lettre pour l’UMP : Patrick Beaudouin (Val-de-Marne), Jean-Louis Bernard (Loiret), Claude Bodin (Val-d’Oise), Jean-Claude Bouchet (Vaucluse), Patrice Calméjane (Seine-Saint-Denis), Bernard Carayon (Tarn), Jean-Pierre Decool (Nord), Nicolas Dhuicq (Aube), Christophe Guilloteau (Rhône), Françoise Hostalier (Nord), Lionel Luca (Alpes-Maritimes), Georges Mothron (Val-d’Oise), Alain Moyne-Bressand (Isère), Christian Vanneste (Nord), Michel Voisin (Ain) ; pour le Nouveau centre : Pascal Brindeau (Loir-et-Cher), Francis Hillmeyer (Haut-Rhin) ; pour la gauche : Gérard Charasse (Allier, apparenté socialiste-républicain-citoyen).

[La Croix]

September 10, 2011   1 Comment

FDU-Inkingi et RNC interpellent Paris à l’occasion de la visite de Paul Kagame en France

par FDU-Inkingi et RNC,

Le tapis rouge offert au Président Kagame à Paris est aussi un mauvais signal pour de nombreux Rwandais francophones qui ont souffert de l’abolition et du bannissement du français dans les écoles et dans l’administration centrale alors que le pays avait investi des sommes incroyables pendant près d’un siècle dans la promotion de cette culture.

Le peuple rwandais en a assez des chiffres falsifiés sur la croissance économique, une pratique qui rappelle le sinistre régime de Staline. Ceux qui se laissent éblouir par la capitale Kigali, véritable «village Potemkine », lui font beaucoup de tort lorsqu’ils se font des relais de la propagande mensongère d’une tyrannie. La population attend toujours les fruits de cette croissance dans le portefeuille et en termes de création d’emploi. La famine sévit dans plusieurs régions et la proportion de gens vivant en dessous du seuil de pauvreté ne cesse d’augmenter. Les enfants quittent l’école faute de frais de scolarité. Les exclusions économiques et les inégalités salariales y compris dans la fonction publique sont criantes. Ce sont autant de sources de tension peu favorables à l’investissement.

Comme l’a bien souligné Charles Landow[18], il ne s’agit pas de demander l’arrêt de l’aide étrangère, dont le pays est tributaire à plus de 50% de ses capacités financières. Il s’agit de l’aiguiller exclusivement vers la construction de capacités institutionnelles du pays (institutional capacity for the country) et non du président (political capacity for the president).

Dès lors, la France devrait aider prioritairement le Rwanda à enclencher un véritable processus démocratique, à l’instar de ses voisins burundais, congolais et tanzaniens. La société civile, les organisations non gouvernementales, les partis politiques et les médias ont besoin de l’aide de la France, à l’instar de ce qu’elle a fait en Libye, pour promouvoir un dialogue politique sincère[19]. Elle devrait également oser dénoncer les manquements et erreurs du gouvernement pour éviter cette impression d’impunité qu’il s’est forgé depuis son arrivée au pouvoir en 1994.

Si donc la visite du président Paul Kagame ne peut être annulée, nous demandons qu’elle soit mise à profit pour appeler le régime à plus de raisons dans la gestion politique et économique du pays, à plus d’équité dans la distribution des richesses du pays et à plus d’équité dans l’administration de la justice et de la sécurité. C’est la seule façon d’éviter un autre drame au Rwanda.


[18]

The Kagame dilemma, September, 8th, 2010 (the author is associate director of the Civil Society, Markets and Democracy Initiative at the Council on Foreign Relations USA).

[19]

Donors should prioritize aid to civil society groups independent of the government, such as nongovernmental organizations, political parties, media outlets and others in a position to foster genuine political dialogue

September 8, 2011   No Comments

La transparence politique (accountability) au Rwanda

par FDU-Inkingi et RNC,

La transparence politique (accountability)

Le régime rwandais ne doit pas se sentir immunisé contre des critiques légitimes sur sa gestion catastrophique des droits de l’homme et sa gouvernance totalitaire en général.

L’opacité dans la gestion des deniers publics, comme en témoignent les récentes sorties mégalomanes du président Kagame qui se fait accompagner et accueillir par des foules payées, lôgées et blanchies aux frais de l’Etat (à Chicago, à Bruxelles, à Paris) est un signe qui ne trompe pas.

Le régime doit notamment faire toute la lumière sur l’empire financier occulte constitué par le parti au pouvoir, le FPR, sous le couvert des sociétés écrans comme Tri-Star sarl et Rwanda Investment Group[17]. Le parti serait même propriétaire du seul quotidien «The New Times », qui s’est fait un nom en s’érigeant en porte parole des services secrets.

Le président Paul Kagame est aujourd’hui l’une des personnes les plus riches du monde. Ses richesses s’étendent à deux avions de luxe (ultra-jets VIP de tourisme) utilisés par le président et les VIP, à des propriétés immobilières au Rwanda, en Afrique, en Europe, aux Etats Unis et à des sociétés offshore aux Panama, en Afrique du Sud, et ailleurs ainsi qu’à des participations aux capitaux sociaux dans de nombreuses sociétés nationales ou internationales.


[17]

Rwanda Briefing, page 25

September 8, 2011   1 Comment

Le verrouillage de l’espace politique et médiatique au Rwanda

par FDU-Inkingi et RNC,

Le verrouillage de l’espace politique et médiatique

Dans une dépêche datée du 23/08/2011, Human Rights Watch a demandé au gouvernement rwandais d’arrêter les actes d’intimidation à l’égard des activistes des droits de l’homme. Ceci faisait suite à l’arrestation et la détention arbitraire de deux activistes d’une organisation locale des droits de l’homme.

Cette même organisation américaine avait écrit, le 29 juillet 2011, que fermer les yeux sur les graves violations des droits de l’homme au Rwanda et les massacres commis en RDC, tout en déversant des milliards de fonds au Rwanda, est un tort en principe et une grave erreur en pratique (turning a blind eye to serious human rights abuses in present-day Rwanda, as well as massacres committed by Rwandan troops in neighbouring Congo – all the while pouring millions of dollars into the Rwandan government budget – is wrong in principle and damaging in practice).[15]

S’agissant de l’espace politique, lors de la dernière réunion de la commission onusienne des droits de l’homme à Genève, la Grande Bretagne a souhaité que le Rwanda traite sur le même pied d’égalité tous les partis politiques et qu’il instaure un système transparent d’enregistrement des partis politiques “. (Treat all political parties on an equal footing and offer them equal opportunities in line with articles 25 and 26 of ICCPR, including through a transparent and impartial party registration process) (United Kingdom of the Great Britain and Northern Ireland).[16]

La France est bien au courant des tracasseries dont font l’objet les partis d’opposition au régime du FPR au Rwanda. En effet, après avoir banni les partis politiques MDR, PDR Ubuyanja, ADEP-Amizero et disloqué le parti PS Imberakuli, refusé l’enregistrement des partis Democratic Green party of Rwanda et FDU – INKINGI ; jeté en prison des dizaines de politiciens dont l’ancien président de la République Pasteur Bizimungu, le Ministre Charles Ntakirutinka, le candidat malheureux aux présidentielles de 2003, le Docteur Théoneste Niyitegeka, Madame Victoire Ingabire Umuhoza présidente des FDU – INKINGI , Maître Bernard Ntaganda président fondateur du parti PS Imberakuri, Monsieur Déo Mushayidi président du parti PDP Imanzi ; assassiné le vice président des Verts, André Kagwa Rwisereka et forcé à l’exil son président, Monsieur Frank Habineza; aujourd’hui il n y a aucun parti d’opposition qui fonctionne normalement au Rwanda. Lors de la visite du président Sarkozy à Kigali le 25 février 2010, la concertation des partis de l’opposition avait déjà sollicité la France pour faire pression sur le régime, mais rien n’a été fait et la répression politique se poursuit.


[15]

http://www.hrw.org/news/2010/10/01/dr-congo-q-united-nations-human-rights-mapping-report

[16]

http://lib.ohchr.org/HRBodies/UPR/Documents/Session10/RW/Rwanda-A_HRC_WG.6_10_L.2-eng.pdf

 

September 8, 2011   No Comments

La situation économique au Rwanda

par FDU-Inkingi et RNC

La situation économique au Rwanda

Défendant la décision d’inviter le président Kagame à Paris, l’ambassadeur de France à Kigali a mis en avant le bilan économique du régime du FPR (réponse à Monsieur Stéphane Sonck parue sur le site Internet IBUKABOSE). Il appuyait ainsi, peut être sans le vouloir, les propos du président Kagame lors de son discours d’investiture prononcé le 6 septembre 2010, devant un parterre d’invités. Le président rwandais avait alors déclaré que “les peuples africains n’avaient pas besoin de démocratie, mais de lutte contre la pauvreté“. Auparavant, il avait défendu cette thèse dans une carte blanche au journal britannique Financial Times. Ceci constitue une violation flagrante du principe universellement défendu par les démocraties occidentales de ce qu’on appelle le dilemme du pain et de la liberté. Tout d’abord le peuple rwandais est suffisamment mûr pour choisir ce qui lui convient. Ensuite, le soi-disant miracle économique du Rwanda n’est que pur propagande.

Contrairement à ce que prétend le régime, l’économie rwandaise reste structurellement préoccupante pour au moins cinq raisons:

  1. La croissance économique tantvantée est fort discutable. Ainsi, « African Dictator » l’a-t-il souligné, à juste titre, sous le titre éloquent : « Kagame’s “Economic Miracle” is fraud »[6] . En tout état de cause, cette croissanceest loin d’être endogène et potentiellement auto entretenue. En effet, comme le fait remarquer Bjørn Willum, jamais dans l’histoire, le pays n’a été aussi dépendant de l’aide étrangère : “ The country is extremely dependent on donor loans and grants, which finance roughly half of the government’s budget”[7]. Auparavant, l’entièreté du budget ordinaire ou de fonctionnement était financé par des ressources propres et il n y avait pas d’aide budgétaire directe.
  2. Le fossé entre riches et pauvres se creuse inexorablement. Selon les chiffres rendus publics par le ministère en charge de l’économie dans un document intitulé “Economic Development & poverty reduction strategy 2008-2012” de 2007, le nombre total de rwandais vivant en dessous du seuil de pauvreté est de 60% aujourd’hui. Ce chiffre était de 40% sous le précédent régime. Lorsqu’on considère le coefficient GINI, on se rend compte que 40% de la richesse nationale est détenu par 10% de la population. A ce déséquilibre au niveau global se greffe un déséquilibre au niveau régional. En effet, le document ci haut cité émanant du gouvernement même du FPR, reconnaît de fortes disparités entre la province de l’Est et les autres provinces, celle du Sud étant la plus pauvre[8]
  3. L’instabilité politique. Comme souligné avec raison par le rapport du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) «National Human Development Report – Rwanda 2007», « si rien n’est fait pour combler le fossé entre riches et pauvres, si l’aide extérieure n’est pas équitablement distribuée et si une démocratie effective n’est pas instaurée au Rwanda, le pire pour le Rwanda est à craindre». Les Nations Unies reconnaissent qu’il existe un lien de causalité entre la promotion des droits de l’Homme et le développement des nations. Quand une société est libre et que les populations peuvent jouir entièrement des libertés reconnues, elles sont créatives et elles contribuent effectivement au développement du pays. L’instabilité politique crée un climat d’incertitude qui n’est pas propice aux investissements.
  4. Le contrôle de tous les secteurs de l’économie rwandaise par le président Kagame défie les règles de la libre concurrence. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un simple regard sur les activités de son holding Tristar, baptisé Crystal Ventures Ltd (CVL) depuis 2009 : « The company’s portfolio is fairly diversified stemming from both the above strategy and also from a risk management perspective. The sectors currently invested in include civil works and concrete products, construction and real estate development, telecommunications, agricultural value addition, aviation charter services, security services, printing and publishing, furniture trading and manufacturing, building materials, media systems, property management and engineering services and diversified investment groups. Through its portfolio companies, CVL employs over 3,000 people of whom over 1,000 are permanent employees. The current project pipeline includes opportunities in packaging materials, building materials, horticulture, agro-processing, hotels and hostels, manufacturing electrical cables and heavy equipment”.[9]Parmi les nombreux écrits fustigeant l’emprise de Kagame sur l’économie rwandaise, il y’a lieu de citer celui d’« African Dictator” : « Pathological liar Kagame: How does he get away with it? » [10]A noter que le site du holding CVL ne donne pas tous les renseignements et que, depuis quelque temps, ceux-ci disparaissent au gré des dénonciations. Le cas de « Aviation charter services, http://www.replinvestments.com ». « Repli Investments Ltd », succursale de CVL établie en Afrique du Sud, a en effet été retirée du site depuis la parution de l’article « Who said luxury was only for the rich? Rwanda splurges on luxury jets » [11] qui pointait du doigt deux avions de luxe appartenant à Kagame et dont l’un des bénéficiaires est Tony Blair, ancien premier ministre britannique. Le cas également de la liste de trois hommes de paille de Kagame qui vient de s’évanouir, manœuvre qui n’a pas échappé à «African Dictator» qui raille la supercherie sous le titre : « Kagame caught in the Act! »[12]
  5. L’exploitation des « minerais du sang », en provenance du Congo voisin, vient de subir une entrave sérieuse avec l’entrée en vigueur, depuis le 1er avril 2011, de la « Dodd–Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act »[13], à l’instigation du président américain Obama. Cette mesure salutaire pour les Congolais a gravement contrarié le régime de Kagame qui a vainement lancé des protestations (voir notamment l’article : « Rwanda protests new US mineral policy » [14]

[6]

http://www.africandictator.org/?p=3146

[7]

http://www.willum.com/dissertation/5rwandaneconomy.PDF

[8]

The poverty headcount fell significantly in Eastern Province and declined by smaller amounts in Northern Province and in the City of Kigali. However, poverty in Southern Province did not change significantly, which is a cause for concern since the South is now the poorest province (Figure 2.4 and Appendix 1: Table A2.4). Calculations show that 68% of the total reduction of poverty in the country was accounted for by poverty reduction in Eastern Province.

[9]

http://www.crystalventuresltd.com/aboutus.php#strategic

[10]

http://www.africandictator.org/?p=3532

[11]

http://ellyakanga.wordpress.com/2010/02/17/who-said-luxury-was-only-for-the-rich-rwanda-splurges-on-luxury-jets/

[12]

http://www.africandictator.org/?p=3572

[13]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dodd–Frank_Wall_Street_Reform_and_Consumer_Protection_Act

[14]

http://www.busiweek.com/10/page.php?aid=1104

September 8, 2011   1 Comment