Tribune d'Information sur le Rwanda

Rwanda: Gérald Gahima au sujet des génocides commis contre les Hutus et contre les Tutsis

Gérald Gahima, ancien proche de Paul Kagame et ancien procureur général du Rwanda actuellement en exil aux Etats-Unis d’Amérique, répond aux questions de Marianne2.fr posées par Régis Soubrouillard.

Question:

Vous avez été procureur de la République de Kigali. Que saviez-vous des crimes commis en 1994 au Rwanda ?

Gerald Gahima, Procureur du Rwanda sous le régime FPR

Gerald Gahima:

Nous ne nions pas les atrocités commises par le FPR contre les Hutus. Nous ne nions pas non plus l’existence d’un génocide. Nous demandons la reconnaissance des violations des droits humains, crimes de guerre, crimes contre l’humanité, l’assassinat de dizaines de milliers de personnes innocentes hutus. Le gouvernement nie ces atrocités. Elles ne figurent pas dans l’histoire politique officielle du pays. Tant que ces crimes ne seront pas reconnus, justice n’aura pas été rendue, les survivants de ces crimes ne seront pas autorisés à s’en souvenir et ceux qui ont péri seront oubliés. L’exclusion du pouvoir et la non-reconnaissance de ces atrocités restent les principales sources de tensions entre hutus et tutsis. Les plaies sont toujours à vif et une reconstruction pacifique ne saurait avoir lieu tant qu’elles n’auront pas été refermées.

Aux environs du 15 mars 1994, j’étais membre du FPR, deux semaines avant le génocide, j’ai témoigné aux Nations Unies et à Washington que la situation était explosive. Dans mes fonctions de procureur, j’estime qu’il y a eu des crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Je ne peux pas confirmer l’existence d’un génocide. Mais le Haut Commissariat des Nations unies fait état d’un « génocide » commis sur les réfugiés hutus au Congo. Notre organisation reconnaît ces crimes et le rapport des Nations Unies, et nous sommes pour que la vérité soit connue. Toutes les investigations et enquêtes sur les attaques contre les Hutus et les réfugiés doivent être menées. Mais en tant que membre du FPR et Tutsi, cela ne fait pas de moi un responsable du génocide.

Un génocide a également été planifié à l’encontre des Tutsi en 1994. Je ne crois pas que le président Habyarimana soit à l’origine de ce génocide comme le gouvernement du Rwanda le prétend. En tant que procureur de Kigali, je n’ai aucune preuve de son implication dans le génocide. Mon point de vue est que les personnes qui ont planifié ce génocide l’ont fait après sa mort. Ce qui ne signifie pas que certains membres de ce groupe n’ont pas planifié le recours à des violences avant la mort d’Habyarimana. Je pense qu’il y a un lien entre l’assassinat du président Habyarimana et le génocide, mais cet assassinat ne justifie en rien le génocide. Cela a eu un impact, a peut-être été utilisé comme un prétexte, mais rien ne justifie de tels massacres.

 

0 comments

There are no comments yet...

Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment