Tribune d'Information sur le Rwanda

Visite de Kagame en France: “une insulte aux militaires français, à la France et à la communauté internationale”

par Mme Joëlle Garriaud-Maylam, Sénatrice.

Kagame n’est pas bienvenu en France. Sa venue  en France [devrait être] conditionnée à la présentation d’excuses publiques…  Sinon, ce serait une insulte aux militaires français, à la France et à la communauté internationale…

Question écrite n° 19897 de Mme Joëlle Garriaud-Maylam (Français établis hors de France – UMP)
publiée dans le JO Sénat du 25/08/2011 – page 2153

Mme Joëlle Garriaud-Maylam interroge M. le ministre d’État, ministre des affaires étrangères et européennes, sur l’opportunité de la visite officielle en France du Président du Rwanda, Paul Kagame, annoncée pour les 12 et 13 septembre prochains.
Elle rappelle que ce chef d’État accuse les forces françaises envoyées au Rwanda en 1994, sous mandat de l’ONU, d’avoir été complices du génocide perpétré dans cette région. Ces accusations mensongères portent atteinte à l’honneur des militaires français qui, au péril de leur vie, ont tout fait pour rétablir la paix et la sécurité dans un Rwanda en proie au chaos et à la folie sanguinaire. Elles sont d’autant plus inacceptables qu’elles proviennent d’un homme que le rapport Mapping de l’ONU accuse de crimes de guerre.
Dans ce contexte, une visite en France du président Kagame, si elle n’était pas précédée du retrait de ces accusations et de la présentation d’excuses, constituerait une insulte aux militaires français, à la France et à la communauté internationale qui a demandé l’intervention de 1994 au Rwanda.
Reconnaissant que l’intérêt de la France et du Rwanda passe par un apaisement de leurs relations, elle souligne que celui-ci ne doit pas être réalisé au mépris de la vérité et de l’honneur des soldats français. Elle demande que la venue du président Kagame en France soit conditionnée à la présentation d’excuses publiques.

[Sénat Français]

September 2, 2011   2 Comments

La France doit rappeler à Kagame: “La réalité du génocide ne doit pas servir d’excuse”

par Joëlle Garriaud-Maylam.
Sénateur représentant les Français établis hors de France.

“Le génocide ne doit pas servir à alimenter des accusations injustes ou à justifier des politiques inacceptables.”
“La réalité du génocide ne doit pas servir d’excuse au déni de la démocratie et des droits humains.”
“Il importe au moins qu’à l’occasion de cette visite, le chef de l’Etat rwandais manifeste publiquement sa volonté de ne plus faire à la France, à son armée et à ses responsables de procès injuste.”

La Sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam écrit:

Paul Kagame, président du Rwanda, viendra à Paris les 12 et 13 septembre prochains. Cette annonce ne pouvait me laisser indifférente, et j’ai tenu à déposer aujourd’hui au Sénat une question écrite à ce sujet.
Le président rwandais a accusé les forces françaises envoyées au Rwanda, sur demande de l’ONU, d’être les complices du génocide que ce pays a subi et d’avoir ainsi contribué à des crimes contre l’humanité.
Personne ne peut nier de bonne foi la réalité du génocide. La population rwandaise en garde encore les stigmates. Mais le génocide ne doit pas servir à alimenter des accusations injustes ou à justifier des politiques inacceptables.
Nous avons sans doute, comme d’autres, commis des erreurs. Nous n’avons pas vu venir la catastrophe. Nous n’avons pas pris suffisamment au sérieux les appels au meurtre de Radio Mille Collines.
Et pourtant. Les militaires français ont tout fait pour rétablir la paix et la sécurité, au péril de leur vie, dans un pays en proie au chaos et à la folie sanguinaire. Ils ont sauvé des milliers d’hommes, de femmes et d‘enfants en s’opposant aux exactions et aux crimes quels que fussent leurs acteurs. Nos responsables politiques de l’époque sont des hommes d’honneur. Ils ont agi en toute bonne foi, avec comme priorité de préserver ce qui pouvait l’être. Sans notre action, la tragédie aurait été bien pire encore.
La visite du président Kagame aura lieu. On peut ne pas s’en réjouir. C’est mon cas. Je comprends certes que l’intérêt de la France et du Rwanda passe par un apaisement de leurs relations. Mais il importe au moins qu’à l’occasion de cette visite, le chef de l’Etat rwandais manifeste publiquement sa volonté de ne plus faire à la France, à son armée et à ses responsables de procès injuste.
N’oublions pas que nos militaires consacrent leur vie à défendre la démocratie et les droits de l’Homme dans des opérations extérieures, sans rien en retirer d’autre que l’honneur d’avoir contribué, sous nos couleurs, à la paix et au développement.
La France a soutenu le peuple libyen dans sa quête de liberté face au tyran qu’est Kadhafi ; le Président Sarkozy est en train de gagner son pari, après avoir, seul contre (presque) tous, défendu sa vision d’une Libye libre. Nous pouvons être fiers de notre action.
La visite doit être l’occasion de dire les choses franchement. Sur le passé et sur le présent. Sur l’action des troupes rwandaises en RDC. Sur la répression contre les opposants rwandais : je pense notamment à Victoire Ingabire, emprisonnée depuis plus d’un an. La réalité du génocide ne doit pas servir d’excuse au déni de la démocratie et des droits humains.
Si nous tenons au président rwandais un langage de vérité, s’il comprend que la France est prête à reconnaître ses erreurs mais pas à renier l’honneur de son armée ni à mettre les Droits de l’Homme dans sa poche, alors, oui, cette visite qui suscite des interrogations légitimes aura été peut-être utile.

[Joelle Garriaud]

September 2, 2011   No Comments