Tribune d'Information sur le Rwanda

L’enseignement du déroulement du génocide pose problème

Kigali : Seize ans près le génocide rwandais, les universitaires rwandais recherchent encore la méthodologie la mieux appropriée pour apprendre aux nouvelles générations l’histoire et le déroulement de ces massacres.

Un tel enseignement est déjà dispensé à l’université, mais pour le primaire et le secondaire, les spécialistes discutent encore des approches, des outils et du contenu. «Le problème est de savoir comment nous nous y prenons. Avons-nous des spécialistes, avons-nous suffisamment de matériel didactique, sommes-nous guéris des conséquences du génocide ?», s’interroge Paul Rutayisire, professeur d’Histoire à l’Université nationale du Rwanda (UNR).

Pour lui, le génocide de 1994 reste partiellement incompréhensible. Il s’explique : «Vous ne pouvez pas comprendre comment votre voisin peut devenir subitement votre tueur».

De son point de vue, «toute l’information en rapport avec le génocide ne peut pas être montrée à la jeune génération». La complexité et le caractère sensible du sujet exigent une démarche multidisciplinaire qui n’implique pas le seul historien. «J’aurais besoin de l’aide de pédagogues, de psychologues et de sociologues qui savent comment aborder un sujet aussi complexe. Moi seul, en tant qu’historien, je peux blesser. Mais avec ces collègues, nous pouvons atteindre les objectifs», dit-il.

A priori, «la méthode participative» qui incite les élèves à parler du génocide, pourrait mieux faire comprendre ce qui s’est passé, pense-t-il. «Si vous en parlez, vous vous sentez soulagé et le processus de guérison (du trauma) peut commencer».

Les idéologies négatives du genre «tous les Hutus sont des tueurs» ou « tous les Tutsis sont des rescapés » que l’on retrouve sur certains sites internet doivent être combattues, poursuit-il.

Mais combien de temps attendra le Rwanda pour enseigner l’histoire et le déroulement du génocide dans ses écoles primaires et secondaires ?

«Nous n’avons pas de réponses toutes faites à de tels problèmes. Ca prendra du temps», prévient le professeur Rutayisire.

Même avis de la part d’Augustin Ngabirame, secrétaire général académique de l’Institut supérieur de l’enseignement pédagogique de Kigali (KIE). «Nous avons besoin d’harmoniser nos idées avant de décider ce que nous devons enseigner à nos enfants. Nous avons besoin d’un consensus».

«Enseigner l’histoire du génocide maintenant sans d’abord enseigner correctement notre histoire est mauvais. Nous devons enseigner à nos enfants nos valeurs, ce que nous acceptons et ce que nous rejetons en tant que Rwandais», conclut-il.

[ARI-RNA]

April 26, 2010   1 Comment

Décès au Bénin de Jean Bosco Barayagwiza, rwandais condamné par le TPIR

Jean Bosco Barayagwiza

Jean Bosco Barayagwiza

Arusha, Tanzania — Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a été informé par le Gouvernement béninois du décès de Jean Bosco Barayagwiza, survenu le dimanche 25 avril 2010 à 6h22, heure locale, au Centre Hospitalier Départemental de l’Ouémé à Porto-Novo en République du Bénin où il était hospitalisé depuis le 5 mars 2010.

Jean-Bosco Barayagwiza est né en 1950 dans la commune de Mutura, préfecture de Gisenyi (Rwanda). Juriste de formation, il était membre fondateur de la Coalition pour la Défense de la République (CDR), fondée en 1992. Il était aussi membre du Comité d’initiative qui pilotait la constitution de la Radio Télévision Libre de Mille Collines (RTLM) ainsi que Directeur des affaires politiques au Ministère des affaires étrangères du Rwanda.

Le 28 Novembre 2007, la Chambre d’Appel du TPIR a confirmé la culpabilité de Jean Bosco Barayagwiza pour des faits qualifiés de génocide et de crimes contre l’humanité. Barayagwiza avait été par la suite condamné à une peine réduite de 32 années d’emprisonnement qu’il purgeait à la prison d’Akpro-Missérété au Bénin depuis le 27 juin 2009.

Le Tribunal Pénal International pour le Rwanda ainsi que le Gouvernement du Bénin présentent leurs sincères condoléances à la famille éplorée.

African Press Organization (APO)

April 26, 2010   2 Comments