Tribune d'Information sur le Rwanda

France-Rwanda: “réconciliation durable”, selon Paris

Alain Joyandet et Louise Mushikiwabo lors de la cérémonie de commémoration du génocide rwandais

Alain Joyandet et Louise Mushikiwabo lors de la cérémonie de 16ème commémoration du génocide rwandais

Kigali : Le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, a assuré aujourd’hui que Paris et Kigali étaient “sur la voie de la réconciliation durable”, après un entretien avec le président rwandais Paul Kagame au stade de Kigali, en marge des commémorations du génocide de 1994.

Cette rencontre, qui n’était pas prévue et a eu lieu à la demande du président rwandais, selon M. Joyandet, “reflète la volonté partagée d’aborder cette nouvelle relation (entre les deux Etats), tournée vers l’avenir”, a indiqué le ministre français.

“Etre présent”, a-t-il ajouté, “permet de mieux évaluer le traumatisme” lié au génocide, qui a fait 800.000 morts selon l’ONU, essentiellement parmi la minorité tutsi.

A ses côtés, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a souligné la présence “très significative”, qui “nous fait plaisir”, de la France et “qui s’inscrit dans cette volonté des chefs d’Etat et des peuples d’avancer”.

Cette visite intervient dans un contexte de normalisation des relations entre la France et le Rwanda, scellée par la visite en février à Kigali du président français Nicolas Sarkozy, après trois ans de rupture des relations diplomatiques consécutives à l’émission de mandats français contre des proches de Paul Kagame.

[ARI-RNA]

April 8, 2010   No Comments

Les détenus du TPIR parlent lors de la 16ème commémoration de la tragédie rwandaise de 1994

Communiqué de presse des détenus du TPIR en commémoration de la tragédie rwandaise de 1994.

« …prendre un marteau,frapper une mouche, tuer la mouche avec un marteau, nous n’hésiterions pas à lefaire! » Président Kagame, le 25 mars 2010.

C’est sur cette tonitruante déclaration du Président KAGAME que les détenus du Tribunal Pénal International sur le Rwanda abordent le SEIZIÈME anniversaire de la tragédie rwandaise, déclenchée le 06 avril 1994 par l’attentat contre l’avion du Chef de l’Etat et la reprise unilatérale et généralisée des hostilités par le Front Patriotique Rwandais pour la conquête du pouvoir au Rwanda par les armes.

Cette déclaration du Président KAGAME est un éloquent témoignage du climat de terreur et d’intimidation dans lequel vit le peuple rwandais depuis 16 ans sous l’innommable dictature du FPR.

Ces propos, empreints d’une cruauté légendaire mais ovationnés par les deux chambres du Parlement du FPR, laissent présager que le régime en place concocte une tragédie envers le peuple en cette année électorale.

Aussi les détenus du TPIR en appellent-t-ils à la vigilance de la communauté internationale.

Les détenus constatent avec amertume que le TPIR, à l’aube de sa fermeture confirmée, n’a fait que garantir l’impunité au FPR. Son bilan au bout de seize ans d’activités aura été celui d’un tribunal du vainqueur.

Le FPR a récemment tenté de se disculper de ses responsabilités dans l’attentat terroriste contre l’avion du Président HABYARIMANA à travers le rapport MUTSINZI. Mais ce ne fut qu’un coup d’épée dans l’eau. Le FPR n’a fait qu’en rajouter à la crédibilité du rapport du Juge français Jean Louis BRUGUIERE, comme le démontrent les personnalités indépendantes ayant analysé ce rapport ainsi que les détenus dans leur réaction du 18 février 2010.
Il est plus que temps que les auteurs de cet attentat et d’autres graves violations du droit international humanitaire commises au Rwanda en 1994 en répondent devant la Justice.

Les détenus présentent leurs condoléances les plus attristées aux victimes de la tragédie rwandaise de 1994, de toutes les ethnies et régions du Rwanda.

Ils renouvellent leur profonde sympathie aux Pays ayant perdu leurs ressortissants dans la tragédie rwandaise, ainsi qu’aux victimes des guerres du FPR qui ravagent la région des Grands lacs africains depuis 1990.

Le FPR reproche à la communauté internationale d’avoir abandonné le Rwanda alors que c’est bien lui qui s’est opposé à l’intervention des forces étrangères au moment où le Rwanda en avait grand besoin.

Les détenus sont intimement convaincus que l’opération turquoise menée par la France au Rwanda avec l’aval de l’ONU en 1994, mérite aux yeux d’honnêtes citoyens rwandais et étrangers, plus de considération plutôt que le discrédit que lui attire une politique téméraire du FPR visant à en faire une monnaie d’échange pour échapper à la Justice.

Les détenus déplorent l’acharnement contre l’épouse du feu président Habyarimana. Les poursuites engagées contre elle, sont déplacées et cyniques car dirigées contre la victime avérée et innocente de l’attentat déclencheur de l’hécatombe rwandaise. Elles devraient définitivement cesser.

Les détenus constatent que le FPR a verrouillé l’espace politique au RWANDA, le fermant complètement à ceux qui n’accordent pas leur violon au refrain de ce front, et qui sont désormais victimes d’intimidations et de harcèlements incessants.

La communauté internationale est appelée à cesser toute louange au régime dictatorial de KIGALI dominé par les criminels du FPR. Elle devrait plutôt tout mettre en oeuvre pour que criminels du FPR répondent de leurs actes et contraindre ce régime à l’ouverture démocratique favorable à l’Etat de droit et à la vraie réconciliation des rwandais.

Les détenus en appellent à tous les acteurs de la communauté internationale à oeuvrer pour mettre au pas le régime actuel de KIGALI, en vue de favoriser l’émergence d’une vraie gouvernance démocratique, respectueuse des droits de la personne humaine et l’exercice responsable des devoirs légitimes de citoyens égaux et dignes dans leur chère patrie.

Fait à Arusha, le 06 avril 2010.

Les représentants des Détenus :

Innocent Sagahutu et Arsène Shalom Ntahobari

April 8, 2010   No Comments

Rwanda: Création en Europe d’un Comité de Soutien aux FDU-Inkingi

Les Forces Démocratiques Unifiées, FDU-INKINGI ont été créées le 29 avril 2006, à Bruxelles, dans le but d’offrir au peuple rwandais un cadre unifié de résistance contre la dictature instaurée par le Front Patriotique Rwandais, FPR. Depuis lors, les initiateurs de cette
organisation oeuvrent pour faire du Rwanda un Etat démocratique, inclusif, solidaire et pacifique.

Traduire cette vision dans la réalité revient à engager et diriger une révolution démocratique dont le triomphe requiert de la part du peuple rwandais, unité, détermination, lucidité et audace.
Cette révolution démocratique n’est pas un processus linéaire dénué de tout obstacle.
C’est une lutte de longue haleine .

Le 28 septembre 2008, après avoir sérieusement analysé la situation et afin de donner une chance à l’alternance au pouvoir dans notre pays par des moyens pacifiques et non plus dans la violence comme cela a toujours été le cas dans notre pays depuis plusieurs décennies, les FDU-INKINGI ont pris l’option de mener la lutte au Rwanda même, en décidant d’aller faire enregistrer l’organisation, implanter ses structures dans le pays et prendre part à l’élection
présidentielle qui se tiendra le 09 août 2010.

En dépit de nombreuses manoeuvres d’intimidation et des obstacles dressés sur leur chemin par le régime FPR, notamment son refus d’octroyer des passeports ou des visas à la quasi-totalité des dirigeants et des cadres qui devaient être déployés dans le pays, la Présidente des FDU-Inkingi, Madame Victoire INGABIRE UMUHOZA, est arrivée au Rwanda à la tête d’une petite délégation avec la même mission, le 16 janvier 2010.

Aussitôt, elle a été la cible d’une campagne de lynchage médiatique, de calomnies, de violations de la vie privée, d’agression physique et d’intimidation d’une rare violence.

A partir du 10 février 2010, cette campagne s’est muée en une guérilla administrative et judiciaire dont le but est d’empêcher la tenue de leur congrès constitutif, de jeter la Présidente et Candidate désignée aux présidentielles en prison et de faire ainsi échec à ce processus pacifique et verrouiller l’espace politique.

Bravant ces conditions d’extrême hostilité, les membres des FDU-INKINGI vivant à l’intérieur du pays ont continué le travail de préparation de leur enregistrement et d’implantation de leurs structures dans le pays en les dotant d’un Comité Exécutif Provisoire.

Réunis à Bruxelles du 03 au 04 avril 2010 pour examiner les voies et moyens de soutenir ce processus, leurs camarades vivant à l’extérieur du pays ont décidé de se constituer en un Comité de Soutien aux FDU-INKINGI dont la direction a été confiée à une équipe d’une
douzaine de membres coordonnée par:
1. Monsieur Eugène NDAHAYO, Président
2. Dr Nkiko NSENGIMANA, Premier Vice Président
3. Dr Jean Baptiste MBERABAHIZI, Deuxième Vice Président
4. Monsieur Benoît NDAGIJIMANA, Secrétaire Général

En cette période de commémoration du génocide, les membres du Comité de Soutien aux FDU-INKINGI tiennent à honorer la mémoire des victimes, à exprimer leur profonde compassion envers leurs parents. Ils interpellent les consciences pour qu’elles ne tronquent pas dans le souvenir et ne laissent pas dans l’indifférence et dans l’accablement d’autres victimes des crimes contre l’humanité .

Fait à Bruxelles, le 04 avril 2010
Pour le Comité de Soutien aux FDU-INKINGI
Eugène NDAHAYO
Président.

April 8, 2010   No Comments

Victoire Ingabire s’adresse à la nation à l’occasion de la commémoration du génocide rwandais

Victoire Ingabire Umuhoza

Victoire Ingabire Umuhoza

Discours de Madame Victoire Ingabire Umuhoza, la Présidente des FDU-Inkingi, à l’occasion de la commémoration du génocide

Rwandaises, Rwandais,

Nous débutons aujourd’hui les cérémonies de la commémoration du génocide.
Au nom des FDU-Inkingi et tous leurs membres, le comité exécutif provisoire se tient aux côtés de tous les Rwandais, et plus spécialement à côté de ceux qui ont perdu les leurs pendant le génocide, à côté des rescapés dont le génocide a tout emporté.

Ces commémorations nous concernent tous, nous devons nous souvenir des horreurs qui se sont abattus sur notre pays. Se souvenir de ce crime des crimes doit nous faire réfléchir et nous amener à prendre des dispositions nécessaires pour que dans ce pays, plus jamais le sang des innocents ne coule.

C’est regrettable de constater que 16 ans après le génocide, certains
continuent de porter atteinte à la vie des rescapés ; c’est très choquant de voir que certaines personnes chargées de gérer les fonds destinés à venir en aide aux rescapés, les détournent; que jusqu’à ce jour certains rescapés manquent de tous les besoins essentiels et que des orphelins du génocide sont laissés pour compte.

Il ne suffit pas de critiquer, les rescapés ont besoin de voir des
actions concrètes du gouvernement montrant qu’il est réellement à leurs côtés.

Critiquer ceux qui détournent les fonds d’aide aux rescapés sans qu’il y ait des suites judiciaires, se contentant souvent des simples mutations de ces personnes, fait mal au plus haut point à tous les malheureux destinataires de ces fonds. Voilà une des actions que le gouvernement devrait mettre en place pour que toutes les veuves et tous les orphelins du génocide retrouvent un peu d’espoir, un peu de réconfort pour aujourd’hui et dans le futur.

Il est nécessaire que le gouvernement adopte un vrai programme pour
protéger les rescapés du génocide. Pourquoi, par exemple, les services de sécurité ne publient-elles pas les conclusions des enquêtes diligentées contre ces attaques visant les rescapés du génocide alors que ces derniers ne cessent de crier au secours ?

Rwandaises, Rwandais,
Il est aussi important de ne pas rester prisonnier de l’histoire, nous devons oser regarder vers l’avant afin d’envisager le futur.
En tirant des leçons de ce qui nous est arrivé, nous devons décider, même si nous savons que ce n’est pas facile, d’ensemble construire notre pays, dans l’unité, la paix et le respect mutuel.

Rwandaises, Rwandais,
Je termine en vous demandant de nous souvenir en vue de construire un avenir meilleur ; souvenons-nous de ce qui s’est passé tout en essayant de nous tourner vers l’avenir.

Que Dieu vous protège.

Fait à Kigali, le 7 avril 2010

Mme Victoire Ingabire Umuhoza
Présidente des FDU-Inkingi

April 8, 2010   2 Comments