Tribune d'Information sur le Rwanda

Affaire Nkunda : la Cour Supr´┐Żme se d´┐Żclare incomp´┐Żtente

Laurent Nkunda

Laurent Nkunda

Kigali: La Cour Supr´┐Żme du Rwanda, saisie d´┐Żune requ´┐Żte de remise en libert´┐Ż de l´┐Żex-chef rebelle tutsi congolais Laurent Nkunda, s´┐Żest d´┐Żclar´┐Że incomp´┐Żtente et a renvoy´┐Ż l´┐Żaffaire devant la justice militaire, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

“La Cour supr´┐Żme s´┐Żest d´┐Żclar´┐Że incomp´┐Żtente et a renvoy´┐Ż l´┐Żaffaire devant un tribunal militaire”, a indiqu´┐Ż ´┐Ż l´┐ŻAFP l´┐Żun des avocats de M. Nkunda, Aime Bokanga.

La Cour supr´┐Żme a justifi´┐Ż sa d´┐Żcision par le statut de militaire du chef d´┐Ż´┐Żtat-major de l´┐Żarm´┐Że rwandaise, le g´┐Żn´┐Żral James Kabarebe, consid´┐Żr´┐Ż comme ´┐Żtant ´┐Ż l´┐Żorigine de la d´┐Żtention de l´┐Żex-chef rebelle congolais, a expliqu´┐Ż Me Bokanga.

Ni le pr´┐Żvenu, ni le g´┐Żn´┐Żral Kabarebe n´┐Ż´┐Żtaient pr´┐Żsents ´┐Ż l´┐Żaudience ce vendredi.

“Pour nous, c´┐Żest une d´┐Żception”, a comment´┐Ż Me Bokanga, pour qui la justice rwandaise “n´┐Ża pas pris en compte la dimension humaine de l´┐Żaffaire”, alors que M. Nkunda “est d´┐Żtenu sans proc´┐Żs depuis plus d´┐Żun an”.

Laurent Nkunda avait ´┐Żt´┐Ż arr´┐Żt´┐Ż en janvier 2009 ´┐Ż Gisenyi, ville rwandaise frontali´┐Żre avec Goma, dans l´┐Żest de la R´┐Żpublique d´┐Żmocratique du Congo (RDC), alors qu´┐Żil ´┐Żtait ´┐Ż la t´┐Żte de la r´┐Żbellion du Congr´┐Żs national pour la d´┐Żfense du peuple (CNDP).

Il est depuis lors en r´┐Żsidence surveill´┐Że en p´┐Żriph´┐Żrie de Kigali.

Nkunda avait mis en d´┐Żroute dans le Nord-Kivu (est de la RDC) l´┐Żarm´┐Że congolaise en octobre 2008 et menac´┐Ż de faire tomber Goma.

A la suite d´┐Żun retournement d´┐Żalliance, les arm´┐Żes congolaise et rwandaise avaient lanc´┐Ż le 20 janvier une op´┐Żration conjointe sans pr´┐Żc´┐Żdent contre les rebelles hutus rwandais dans l´┐Żest de la RDC, qui avait par ailleurs abouti ´┐Ż l´┐Żarrestation de Nkunda.

[ARI-RNA]


mars 28, 2010   No Comments

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: plus de questions que de r´┐Żponses


EurAc

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: Les fissures dans le miroir (conclusion)

par Kris BERWOUTS.

Conclusion : plus de questions que de r´┐Żponses

Vit-on une crise du r´┐Żgime rwandais ? C´┐Żest bien possible. Vu les r´┐Żactions exag´┐Żr´┐Żes des autorit´┐Żs face aux situations nouvelles sur le terrain, nous avons l´┐Żimpression que le r´┐Żgime le croit lui-m´┐Żme, m´┐Żme si les autorit´┐Żs r´┐Żp´┐Żtent incessamment dans des d´┐Żclarations qu´┐Żelles ont tout sous contr´┐Żle.

Va-t-on vers une fin de r´┐Żgne du FPR ? Je rencontre beaucoup de gens qui l´┐Żesp´┐Żrent, mais ´┐Ża reste ´┐Ż voir. M´┐Żme si je crois que le gouvernement rwandais n´┐Żest pas en train de r´┐Żsoudre les probl´┐Żmes du pays vers une solution durable, il semble clair que le syst´┐Żme de contr´┐Żle qu´┐Żil a ´┐Żtabli, bas´┐Ż sur une culture du silence et une tradition d´┐Żob´┐Żissance ´┐Ż l´┐Żautorit´┐Ż reste solide.

Sommes-nous devant une nouvelle implosion du pays ? Prions que non. Il est tr´┐Żs difficile d´┐Żimaginer ce que le Rwanda et les Rwandais ont ´┐Ż gagner l´┐Ż-dedans, et cette implosion aurait des cons´┐Żquences graves pour toute la r´┐Żgion. Pour le processus de paix pr´┐Żcieux mais fragile au Burundi par exemple. Ou pour la population ´┐Ż l´┐ŻEst du Congo, qui a assist´┐Ż ´┐Ż beaucoup de changements depuis l´┐Żop´┐Żration Umoja Wetu, sans que cela ait cr´┐Ż´┐Ż des perspectives pour une paix durable.

Ce qui est s´┐Żr est que ´┐Ża ne va pas bien.
Les gens ne font pas r´┐Żf´┐Żrence au climat pr´┐Ż´┐Żlectoral de 2003. Les gens comparent la situation actuelle ´┐Ż celle de 1993.
Les grenades ont fait peur. La question: ´┐Ż Qui les a jet´┐Żes? ´┐Ż reste sans r´┐Żponse.
Victoire Ingabire et les pr´┐Żsidents des autres partis d´┐Żopposition souhaitent un processus ´┐Żlectoral r´┐Żellement libre et transparent. Pour eux, le climat actuel est contre-productif.

Kayumba ? Il y a beaucoup de pr´┐Żc´┐Żdents dans l´┐Żhistoire de l´┐ŻAfrique postcoloniale o´┐Ż des g´┐Żn´┐Żraux ont tent´┐Ż de prendre le pouvoir, mais je ne me souviens pas de cas o´┐Ż ils auraient commenc´┐Ż leur conqu´┐Żte en lan´┐Żant des grenades ´┐Ż un arr´┐Żt de bus.

Les FDLR ? Je reviens de l´┐ŻEst du Congo. J´┐Żavais une forte impression que les FDL avaient d´┐Żautres pr´┐Żoccupations.

D´┐Żo Mushayidi ?
Des d´┐Żmobilis´┐Żs frustr´┐Żs ?
Des gens qui se f´┐Żchaient parce qu´┐Żils trouvaient que Sarkozy ne devait pas aller chercher l´┐Żabsolution, comme quelqu´┐Żun me l´┐Ża sugg´┐Żr´┐Ż ?

Pas tr´┐Żs probable. Mais il n´┐Ży a pas d´┐Żexplications probables. Parmi les explications les moins improbables, il y a la conviction de beaucoup de gens que le r´┐Żgime lui-m´┐Żme a organis´┐Ż ses attentats pour cr´┐Żer un climat qui lui permette d´┐Żarr´┐Żter et d´┐Żintimider ses citoyens. J´┐Żai rencontr´┐Ż beaucoup de gens qui avaient peur, d´┐Żautres qui avaient tellement peur que je n´┐Żai pas vu parce qu´┐Żils n´┐Żosaient pas me rencontrer.

La situation pr´┐Ż´┐Żlectorale reste volatile.
Il est difficile de pr´┐Żvoir ce que le Rwanda sera durant et apr´┐Żs les ´┐Żlections, si l´┐Żopposition reste musel´┐Że, harcel´┐Że ou an´┐Żantie.
Il est important que le r´┐Żgime rwandais re´┐Żoive des signaux de la communaut´┐Ż internationale qu´┐Żil faut arr´┐Żter cette intimidation.
A l´┐Żheure actuelle, cette communaut´┐Ż donne l´┐Żimpression de ne pas s´┐Żinqui´┐Żter du tout. Elle semble croire que les tensions pr´┐Ż´┐Żlectorales ´┐Żtaient pr´┐Żvisibles, que la situation est sous contr´┐Żle, que la nervosit´┐Ż augmentera peut-´┐Żtre encore un peu d´┐Żici les ´┐Żlections, mais que finalement Kagame les gagnera avec une majorit´┐Ż confortable et m´┐Żme ´┐Żcrasante. Apr´┐Żs, cette m´┐Żme communaut´┐Ż suivra son ‘business as usual’.

C´┐Żest un peu pauvre comme analyse, c´┐Żest une sous-estimation du potentiel d´┐Żstabilisateur de la situation actuelle et on rend un tr´┐Żs mauvais service ´┐Ż la d´┐Żmocratisation du Rwanda ´┐Ż moyen et ´┐Ż long terme.

En ce qui nous concerne, nous devons recommander ´┐Ż la communaut´┐Ż internationale de faire pression sur le r´┐Żgime pour qu´┐Żil prenne des mesures en faveur de la stabilit´┐Ż politique au Rwanda et de la tenue des ´┐Żlections r´┐Żellement libres et transparentes. Ces pressions consistent notamment ´┐Ż :

´┐Ż pousser le r´┐Żgime ´┐Ż ne pas boycotter l´┐Żenregistrement des partis d´┐Żopposition, ´┐Ż ne pas les emp´┐Żcher de travailler ´┐Ż la base ou de les d´┐Żmanteler;
´┐Ż arr´┐Żter les harc´┐Żlements politiques et policiers contre les leaders et les membres de l´┐Żopposition ;
´┐Ż demander au gouvernement de ne pas utiliser les m´┐Żdias publics pour la diabolisation de ses opposants ;
´┐Ż exiger la publication de la nouvelle loi ´┐Żlectorale ainsi que la constitution d´┐Żune commission ´┐Żlectorale ind´┐Żpendante;
´┐Ż d´┐Żployer sans d´┐Żlai une mission internationale d´┐Żobservateurs ´┐Żlectoraux.

Au del´┐Ż de l´┐Żenjeu ´┐Żlectoral imm´┐Żdiat, il est tr´┐Żs important que le FPR renverse la dynamique de fermeture et d´┐Żexclusion et s´┐Żinvestisse dans une solution durable des diff´┐Żrents antagonismes, mais ceci tombe en dehors des Termes de R´┐Żf´┐Żrences de ma mission de mars. EurAc y reviendra dans un prochain document.

Kris BERWOUTS
Directeur EurAc
www.EurAc-network.org

EurAc is the European Network of Active NGOs in Central Africa. EurAC is made up of 49 member-organisations from 12 European countries.

mars 28, 2010   1 Comment

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: Les fissures dans le miroir

EurAc

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: Les fissures dans le miroir (suite 4)

par Kris BERWOUTS.

Les fissures dans le miroir

Aujourd´┐Żhui, le premier souci du r´┐Żgime n´┐Żest pas l´┐Żopposition classique.
Quand vous avez un contr´┐Żle quasi-total sur les institutions l´┐Żgislatives, ex´┐Żcutives et judiciaires, quand la presse ind´┐Żpendante a presque enti´┐Żrement disparu, quand la partie de la soci´┐Żt´┐Ż qui n´┐Ża pas ´┐Żt´┐Ż explicitement r´┐Żcup´┐Żr´┐Że par vous a atteint un raffinement extraordinaire dans l´┐Żart noble de l´┐Żautocensure, quand vous incarnez pour une partie importante de l´┐Żopinion publique nationale et internationale la fin du g´┐Żnocide et le retour ´┐Ż la stabilit´┐Ż, vous n´┐Żallez pas perdre les ´┐Żlections.
Pas contre Victoire Ingabire, qui n´┐Ża jamais eu une vie publique au Rwanda et qui n´┐Żest donc pas connue par l´┐Ż´┐Żlectorat rwandais.
Pas contre Bernard Ntaganda non plus, qui a un entourage institutionnel instable et facile ´┐Ż manipuler.
Et pas par Frank Habineza, m´┐Żme si il travaille avec des gens qui viennent de votre milieu, y compris le premier pr´┐Żsident (et d´┐Żailleurs un des premiers dissidents) de votre pays. Ils ont un parti qui n´┐Żexistait pas encore il y a un an, et dont c´┐Żest incertain qu´┐Żil sera reconnu ´┐Ż temps pour participer aux ´┐Żlections.

Le Democratic Green Party ne va pas battre le FPR dans les ´┐Żlections, mais il rend le r´┐Żgime nerveux. Parce que, parmi beaucoup d´┐Żautres signes, il montre la perte de la coh´┐Żsion au sein de l´┐Ż´┐Żlite rwandaise, l´┐Żinner circle du pouvoir. Ceci n´┐Żest pas nouveau, mais le d´┐Żpart de Kayumba, l´┐Żarrestation de Mushayidi et l´┐Ż´┐Żmergence du Democratic Green Party font preuve que les fissures que le gouvernement voit quand il se regarde dans le miroir ne sont pas seulement visibles pour lui-m´┐Żme, mais pour tout le monde.

Sous un baobab, rien ne pousse

Une partie de la probl´┐Żmatique des tensions ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du r´┐Żgime n´┐Ża rien ´┐Ż voir avec le contexte sp´┐Żcifique du Rwanda.
Apr´┐Żs la mort de Fred Rwigema, le deuxi´┐Żme jour de la lutte arm´┐Że du FPR en octobre 1990, Paul Kagame a pris le commandement de la r´┐Żbellion, et il l´┐Ża gard´┐Ż jusque maintenant. Il ´┐Żtait l´┐Żhomme fort pendant la guerre et apr´┐Żs la victoire, m´┐Żme s´┐Żil se contentait, les premi´┐Żres ann´┐Żes (1994 ´┐Ż 2000), du r´┐Żle de Ministre de la D´┐Żfense, laissant la t´┐Żte des institutions de l´┐ŻEtat ´┐Ż Pasteur Bizimungu.
Ceci n´┐Żemp´┐Żchait pas que tout le monde, ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du Rwanda comme ´┐Ż l´┐Żext´┐Żrieur, se rendait compte que c´┐Ż´┐Żtait lui, le vrai dirigeant du pays. Et il ´┐Żtait fortement appr´┐Żci´┐Ż par beaucoup d´┐Żacteurs dans la communaut´┐Ż internationale. Apr´┐Żs la chute de la g´┐Żn´┐Żration Mobutu, Kagame incarnait pour certains un nouveau leadership africain, avec une vision inspirante, un projet mobilisant et suffisamment d´┐Żefficacit´┐Ż pour livrer des r´┐Żsultats palpables et sur certains terrains m´┐Żme des r´┐Żsultats spectaculaires.

Mais, aujourd´┐Żhui, il est en train de suivre le m´┐Żme chemin que d´┐Żautres chefs d´┐ŻEtats africains (Museveni, Mugabe,´┐Ż). Sa confiance en lui-m´┐Żme se traduit en arrogance et quand on regarde de plus pr´┐Żs l´┐Żimpressionnante liste de personnes-cl´┐Ż du FPR (hauts cadres militaires, ministres, ambassadeurs,´┐Ż) qui ont quitt´┐Ż le pays, on comprend que son r´┐Żgne a d´┐Żvelopp´┐Ż une tendance autodestructrice en sciant la branche sur laquelle il est assis. Comme Museveni, Mugabe et tant d´┐Żautres, Kagame se transforme en Roi Soleil sans dauphin, en baobab sous lequel rien ne puisse pousser.

Une partie du m´┐Żcontentement au sein du parti et de sa communaut´┐Ż est bas´┐Że sur un fonds de frustrations des gens qui rayonnent autour du pouvoir sans y avoir acc´┐Żs. Des gens qui pensaient que le FPR pourrait ´┐Żtre la locomotive qui les aiderait ´┐Ż sortir de la pauvret´┐Ż. M´┐Żme s´┐Żils voient certains gens avec qui ils ont grandi dans les camps de r´┐Żfugi´┐Żs en Ouganda et qui sont maintenant milliardaires, ils voient aussi que leur cercle reste ferm´┐Ż pour eux.

La probl´┐Żmatique d´┐Żexclusion au sein du pouvoir est d´┐Żailleurs en train de d´┐Żvelopper une dimension de g´┐Żn´┐Żration. La g´┐Żn´┐Żration qui a pris les armes, et a gagn´┐Ż la guerre, a pris en main la gestion du pays. Ils ont investi beaucoup dans l´┐Żenseignement de leurs fils et filles, et ceux-ci sont en train de rentrer au pays avec un bagage intellectuel et technique qui d´┐Żpasse celui de la g´┐Żn´┐Żration de leurs p´┐Żres. Eux aussi vont vouloir participer ´┐Ż la gestion du pays au tout premier plan.

La justice internationale : l´┐Ż´┐Żp´┐Że de Damocles

Les proc´┐Żdures judiciaires entam´┐Żes par les juges Jean-Louis Brugui´┐Żre en France et Fernando Andreu Merelles en Espagne ont fondamentalement secou´┐Ż le noyau du pouvoir rwandais. Le gouvernement rwandais peut compter sur la loyaut´┐Ż de certains pays et institutions internationales, et cette loyaut´┐Ż est bas´┐Że au moins partiellement sur un sentiment de culpabilit´┐Ż de la communaut´┐Ż internationale pour ne pas avoir pu ´┐Żviter le g´┐Żnocide (et, tout franchement, ne pas avoir trop essay´┐Ż de l´┐Ż´┐Żviter).

Pour maintenir cette loyaut´┐Ż, il est tr´┐Żs important que le r´┐Żgime rwandais veille sur la lecture que le monde fasse de l´┐Żhistoire r´┐Żcente du pays. Depuis 1994, le pays est g´┐Żr´┐Ż dans un climat psychologique sur une logique de vainqueurs contre perdants, victimes contre bourreaux, o´┐Ż par exemple tout un syst´┐Żme a ´┐Żt´┐Ż mis en place par la juridiction gacaca pour traiter les crimes g´┐Żnocidaires contre les Tutsi, pendant qu´┐Żil y a un tabou ´┐Żnorme sur les crimes commis par le FPR depuis le d´┐Żbut de la guerre. Ce tabou r´┐Żduit l´┐Żeffet positif que gacaca aurait pu avoir : au lieu d´┐Ż´┐Żtre un m´┐Żcanisme qui aide un pays ´┐Ż assumer son pass´┐Ż traumatisant, gacaca est devenu une strat´┐Żgie pour consolider le sch´┐Żma de vainqueurs-victimes contre perdants-coupables.

Bien s´┐Żr, les d´┐Żmarches de Brugui´┐Żre et d´┐ŻAndreu sont fort emb´┐Żtantes. Elles perturbent le sch´┐Żma, elles troublent l´┐Żimage. Et elles cr´┐Żent des inqui´┐Żtudes dans le milieu des gens concern´┐Żs. M´┐Żme s´┐Żil est tr´┐Żs improbable aujourd´┐Żhui que des dirigeants actuels du Rwanda soient jug´┐Żs en France ou en Espagne, peut-´┐Żtre le sch´┐Żma n´┐Żest pas tenable ´┐Ż moyen terme. Il n´┐Żest pas exclu, m´┐Żme si ce n´┐Żest pas demain, que la question deviendra : ´┐Ż qu´┐Żest-ce que nous allons admettre ? Qui allons-nous sacrifier ? ´┐Ż. Et cette question ne contribue pas beaucoup ´┐Ż la coh´┐Żsion. Le futur imm´┐Żdiat de Kayumba est une pr´┐Żoccupation majeure du r´┐Żgime. Qu´┐Żest-ce qu´┐Żil va dire et devant quel forum ? Qu´┐Żarrivera-t-il s´┐Żil est extrad´┐Ż en Espagne ? De l´┐Ż la pression sur le gouvernement sud-africain pour le renvoyer au Rwanda.

L´┐Żimplication du Rwanda au Congo

Depuis 1996, le Congo prend beaucoup de place dans la politique ´┐Żtrang´┐Żre du Rwanda. Et ´┐Ż plusieurs moments, ce qui se passe au Congo a pes´┐Ż sur la coh´┐Żsion du r´┐Żgime rwandais comme pomme de discorde. Par exemple lors des confrontations avec l´┐Żarm´┐Że ougandaise (en 2000 et 2002), Kayumba s´┐Żopposait ´┐Ż cette confrontation.

Un exemple tr´┐Żs r´┐Żcent est l´┐Żarrestation de Laurent Nkunda au d´┐Żbut de l´┐Żop´┐Żration conjointe Umoja Wetu. L´┐Żop´┐Żration ´┐Żtait men´┐Że par John Numbi (pour le Congo) et par James Kabarebe (pour le Rwanda) et un des premiers actes de l´┐Żop´┐Żration ´┐Żtait l´┐Żarrestation de Laurent Nkunda qui faisait partie d´┐Żune strat´┐Żgie de son remplacement par Bosco Ntaganda ´┐Ż la t´┐Żte du CNDP. Cette arrestation a caus´┐Ż beaucoup d´┐Żanimosit´┐Ż au Rwanda, non seulement dans le milieu et dans les camps des r´┐Żfugi´┐Żs congolais rwandophones au Rwanda, mais aussi dans l´┐Żarm´┐Że. Apr´┐Żs tout, Nkunda a servi dans le FPR et des ´┐Żl´┐Żments du FPR ont servi dans l´┐Żarm´┐Że de Nkunda. Ces collaborations ont cr´┐Ż´┐Ż des liens et des affinit´┐Żs forts.

Une grande partie de l´┐Żimportance du Congo pour le Rwanda se trouve bien s´┐Żr dans le passage du trafic ill´┐Żgal des ressources du Congo par le Rwanda. Ce traffic se passait en dehors du contr´┐Żle de l´┐ŻEtat congolais (en toute ´┐Żvidence), mais pour une bonne partie aussi en dehors du contr´┐Żle de l´┐ŻEtat rwandais, m´┐Żme s´┐Żil servait les int´┐Żr´┐Żts des personnes-cl´┐Żs dans le paysage politico-militaire du Rwanda.
Ces int´┐Żr´┐Żts affairistes peuvent ´┐Żtre divergents et ne contribuent pas toujours ´┐Ż la coh´┐Żsion du pouvoir non plus. C´┐Żest partiellement en fonction de ceci qu´┐Żon doit comprendre la nervosit´┐Ż autour de l´┐Żobligation actuelle des dirigeants rwandais de pr´┐Żsenter de fa´┐Żon transparente leurs possessions et leurs revenus.

Directement li´┐Ż ´┐Ż l´┐Żimplication rwandaise au Congo est la probl´┐Żmatique des militaires d´┐Żmobilis´┐Żs. Maintenant qu´┐Żune pr´┐Żsence directe au Congo n´┐Żest plus une option, le Rwanda se voit confront´┐Ż ´┐Ż une arm´┐Że trop volumineuse. Une partie du surplus en soldats peut ´┐Żtre d´┐Żploy´┐Że dans le cadre de l´┐ŻUnion Africaine, mais il y a bien s´┐Żr des limites ´┐Ż cela. Le reste doit ´┐Żtre d´┐Żmobilis´┐Ż, et beaucoup de ces ex-soldats se sentent fondamentalement abandonn´┐Żs par le r´┐Żgime qu´┐Żils ont d´┐Żfendu, souvent dans des circonstances tr´┐Żs difficiles.

La fissure linguistique

Nous connaissons tous la tension linguistique : le FPR a introduit l´┐Żanglais au Rwanda puisque la r´┐Żbellion ´┐Żtait men´┐Że par des gens qui avaient grandi en Ouganda. Le fait qu´┐Żils ont pris le pouvoir a donn´┐Ż ´┐Ż l´┐ŻAnglais une place beaucoup plus importante dans la vie publique du pays qu´┐Żon pourrait croire sur base du nombre de gens qui le parlaient. Au cours des ann´┐Żes, on a vu la balance graduellement pencher en faveur de l´┐ŻAnglais, ce qui allait de pair avec un sentiment de discrimination dans certains milieux francophones.

Le moment d´┐Żcisif a ´┐Żt´┐Ż la reconnaissance de l´┐ŻAnglais fin 2008 comme langue officielle pour l´┐Żenseignement. Pour certains, c´┐Ż´┐Żtait une d´┐Żcision visionnaire qui d´┐Żsenclave le pays en partant des r´┐Żalit´┐Żs r´┐Żgionales, continentales et mondiales. Pour d´┐Żautres, c´┐Ż´┐Żtait une d´┐Żcision qui boucle l´┐Żambition d´┐Żun r´┐Żgime minoritaire de monopoliser la communication et la vie intellectuelle du pays, de mettre la main sur la jeunesse, de r´┐Ż´┐Żcrire l´┐Żhistoire et, finalement, de prendre possession de la m´┐Żmoire collective.

Mais ind´┐Żpendamment de l´┐Żangle d´┐Żo´┐Ż on regarde cette probl´┐Żmatique, c´┐Żest clair que cette d´┐Żcision a renforc´┐Ż des gens et marginalis´┐Ż d´┐Żautres. Elle contribue au clivage qui existait d´┐Żj´┐Ż entre le milieu issu de l´┐ŻOuganda qui fournit le noyau du r´┐Żgime, et les autres, ou les rescap´┐Żs du g´┐Żnocide se trouvent dans une situation qui est plus inconfortable encore que celles des gens qui sont revenus du Burundi ou du Congo en 1994.

La structure clanique du pouvoir

Beaucoup de gens voient dans la structure clanique autour de la famille royale rwandaise, m´┐Żme si celle-ci ne r´┐Żgne plus depuis un demi-si´┐Żcle, que le mouvement monarchiste autour du Roi Kigeli V (actuellement aux Etats-Unis) continue ´┐Ż jouer un r´┐Żle politique et a l´┐Żambition de participer dans la gestion du pays.

Certains analystes rwandais soulignent que les clans autour de la dynastie fournissent une partie importante de l´┐Żidentit´┐Ż de plusieurs personnes sur la sc´┐Żne politique actuelle. Ainsi, la tension ancestrale entre les Banyiginya et les Bega serait une des fissures qui nous permet de mieux comprendre ce qui se passe ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du pouvoir : Kagame est Mwega, tandis que Kayumba, Karegeya, Nyetera, Kazura, Sebarenzi et tant d´┐Żautres appartiennent aux Banyiginya.

Je ne ma´┐Żtrise cette mati´┐Żre pas suffisamment bien pour comprendre dans quelle mesure le sch´┐Żma clanique joue un r´┐Żle r´┐Żelle dans la situation actuelle, mais je voulais au moins le mentionner.

Lire la suite: Conclusion : plus de questions que de r´┐Żponses.

EurAc is the European Network of Active NGOs in Central Africa. EurAC is made up of49 member-organisations from 12 European countries.


mars 28, 2010   2 Comments

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: Cas D´┐Żo Mushayidi

EurAc

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: Les fissures dans le miroir (suite 3)

par Kris BERWOUTS.

D´┐Żo Mushayidi

Le samedi 6 mars 2010, les autorit´┐Żs rwandaises ont annonc´┐Ż l´┐Żarrestation de l´┐Żopposant D´┐Żo Mushayidi. Mushayidi, qui vivait les derniers mois en Tanzanie, avait ´┐Żt´┐Ż arr´┐Żt´┐Ż par des policiers tanzaniens dans la ville de Bukoba. Le 4 mars, il a ´┐Żt´┐Ż conduit ´┐Ż la fronti´┐Żre burundaise et transf´┐Żr´┐Ż par la police burundaise ´┐Ż Bujumbura. Vendredi 5 mars, il a ´┐Żt´┐Ż extrad´┐Ż au Rwanda, malgr´┐Ż l´┐Żabsence d´┐Żun mandat d´┐Żarr´┐Żt international ou m´┐Żme d´┐Żune quelconque proc´┐Żdure judiciaire ´┐Ż son encontre, et transf´┐Żr´┐Ż au Bureau de la police de Kicukiro, ´┐Ż Kigali.

N´┐Ż en 1961au Sud-est du Rwanda, Mushayidi ´┐Żtait un rescap´┐Ż du g´┐Żnocide. Il quitte en 1995 son poste d´┐Żassistant du secr´┐Żtaire-g´┐Żn´┐Żral du FPR, le major Th´┐Żog´┐Żne Rudasingwa. Il se lance comme journaliste dans plusieurs journaux (l´┐ŻEre de Libert´┐Ż, Imboni,´┐Ż) o´┐Ż il se met ´┐Ż d´┐Żnoncer les violations des droits humains et la corruption. En 1996, il est ´┐Żlu pr´┐Żsident de l´┐ŻAssociation des Journalistes du Rwanda (AJIR). Il devient ´┐Żgalement secr´┐Żtaire-ex´┐Żcutif du Centre de promotion de la libert´┐Ż d´┐Żexpression et de la tol´┐Żrance dans la r´┐Żgion des Grands Lacs. En 2000, pers´┐Żcut´┐Ż et diffam´┐Ż par les m´┐Żdias gouvernementaux, il demande et obtient asile en Belgique.

L´┐Ż, il s´┐Żengage dans une s´┐Żrie de mouvements politiques, dont le courant monarchiste, l´┐ŻAlliance pour la d´┐Żmocratie et la r´┐Żconciliation nationale (ADRN Igihango) et le Partenariat Intwari, pour cr´┐Żer en 208 le Pacte de d´┐Żfense du peuple PDP qu´┐Żil pr´┐Żside jusqu´┐Żaujourd´┐Żhui. Il quitte la Belgique pour continuer ses activit´┐Żs politiques dans des pays plus proche au territoire rwandais´┐Ż

Apr´┐Żs son arrestation, D´┐Żo Mushayidi est accus´┐Ż d´┐Ż´┐Żtre impliqu´┐Ż dans les attaques aux grenades et de travailler avec Kayumba et Karegeya. Amnesty International a organis´┐Ż une action d´┐Żurgence en sa faveur

Lire la suite: Les fissures dans le miroir

EurAc is the European Network of Active NGOs in Central Africa. EurAC is made up of 49 member-organisations from 12 European countries.


mars 28, 2010   No Comments

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: Faucons en fuite


EurAc

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: Les fissures dans le miroir (suite 2)

par Kris BERWOUTS.

Les´┐ŻFaucons en fuite

Mercredi 3 mars, le Pr´┐Żsident Kagame a accus´┐Ż deux officiers rwandais de haut rang, de tenter de d´┐Żstabiliser le Rwanda. Il s´┐Żagit de l’ex-patron des renseignements ext´┐Żrieurs, le colonel Patrick Karegeya, r´┐Żfugi´┐Ż en Afrique du Sud depuis 2007 , et le g´┐Żn´┐Żral Faustin Kayumba Nyamwasa, ancien chef d’´┐Żtat-major de l’arm´┐Że rwandaise et ancien ambassadeur du Rwanda en Inde, qui a fui ´┐Żgalement en Afrique du Sud fin f´┐Żvrier, selon la justice rwandaise.

“Personne, pas une seule personne, ni m´┐Żme Kayumba, ne peut faire un coup d’Etat ici. R´┐Żfl´┐Żchissez-y, vous en viendrez ´┐Ż la conclusion que personne ne peut faire un coup d’Etat” au Rwanda, a assur´┐Ż le pr´┐Żsident Kagame.

Dans les m´┐Żmes jours, le procureur g´┐Żn´┐Żral Martin Ngoga, accusait le g´┐Żn´┐Żral Kayumba Nyamwasa d´┐Ż´┐Żtre le commanditaire des attaques ´┐Ż la grenade du 19 f´┐Żvrier. Pendant longtemps, ces deux militaires issus de la diaspora anglophone ougandaise ont ´┐Żt´┐Ż des personnalit´┐Żs-cl´┐Żs du r´┐Żgime.

Patrick Karegeya

Patrick Karegeya n´┐Żest pas seulement l´┐Żex-chef des renseignements, il a ´┐Żt´┐Ż aussi l´┐Żhomme central dans le fonctionnement du Congo Desk, service du D´┐Żpartement de la s´┐Żcurit´┐Ż ext´┐Żrieure, cr´┐Ż´┐Ż pour g´┐Żrer l´┐Żexploitation des richesses de l´┐Żest de la RDC, dont les recettes n´┐Żapparaissaient pas dans les comptes officiels de l´┐ŻEtat.
Ce syst´┐Żme a permis ´┐Ż l´┐Żarm´┐Że et aux dirigeants politiques de dissimuler des sommes d´┐Żargents ´┐Żnormes.
Dans tous les dossiers et les discussions depuis le retrait officiel de l´┐Żarm´┐Że rwandaise du Congo en septembre 2002, il a ´┐Żt´┐Ż tr´┐Żs difficile de faire une distinction pr´┐Żcise entre le r´┐Żle de l´┐ŻEtat rwandais et le r´┐Żle des lobbies politiques et militaires rwandais en dehors de l´┐ŻEtat dans l´┐Żexploitation illicite des ressources congolaises et dans l´┐Żappui aux groupes militaires comme le Congr´┐Żs National de la D´┐Żfense du Peuple (CNDP).
Dans la zone d´┐Żombre entre Etats et lobbies rwandais, Patrick Karegeya et le Congo Desk ont occup´┐Ż une place centrale.

Kayumba Nyamwasa

Faustin Kayumba Nyamwasa a grandi au sud de l´┐ŻOuganda, et il est devenu une des personnes les plus puissantes dans l´┐Żarm´┐Że rwandaise.
Chef des renseignements militaires pendant toute la guerre, il est per´┐Żu comme l´┐Żhomme fort apr´┐Żs Kagame au moment de la victoire militaire de l´┐Żancienne r´┐Żbellion.
Il a men´┐Ż des campagnes militaires au nord-est du pays dans les ann´┐Żes apr´┐Żs le g´┐Żnocide.
En 2001, il a ´┐Żt´┐Ż remplac´┐Ż ´┐Ż la t´┐Żte de l´┐Żarm´┐Że par le g´┐Żn´┐Żral Emmanuel Habyarimana, lui-m´┐Żme remplac´┐Ż plus tard par James Kabarebe.
Kayumba a ´┐Żt´┐Ż envoy´┐Ż en formation au Royaume Uni. En 2004, il a ´┐Żt´┐Ż nomm´┐Ż ambassadeur en Inde. Des insiders de la politique rwandaise ont toujours cru que cette nomination (et m´┐Żme son d´┐Żpart en Angleterre avant) ´┐Żtait une mesure du Pr´┐Żsident Kagame pour ´┐Żcarter Kayumba du centre des activit´┐Żs politico-militaires rwandaises, parce qu´┐Żil commen´┐Żait ´┐Ż avoir une assise propre dans le noyau du pouvoir.

En novembre 2006, le juge fran´┐Żais Jean-Louis Brugui´┐Żre a ´┐Żmis un mandat d’arr´┐Żt international contre Kayumba et huit autres hauts cadres militaires proches de Kagame, dans le cadre de l’enqu´┐Żte sur l’attentat contre l’avion du Pr´┐Żsident Juv´┐Żnal Habyarimana, le 6 avril 1994 ´┐Ż qui a entra´┐Żn´┐Ż le d´┐Żclenchement du g´┐Żnocide.
En f´┐Żvrier 2008, le juge d’instruction espagnol Fernando Andreu Merelles a ´┐Żmis quarante mandats d’arr´┐Żt ´┐Ż l’encontre d’officiers sup´┐Żrieurs de l’arm´┐Że rwandaise (dont Kayumba) pour actes de g´┐Żnocide, crimes contre l’humanit´┐Ż, crimes de guerre et terrorisme commis au Rwanda et en R´┐Żpublique d´┐Żmocratique du Congo (RDC) entre le 1er octobre 1990 et 2002.
La justice espagnole avait ´┐Żt´┐Ż saisie, en 2000, par des proches de victimes espagnoles tu´┐Żes au Rwanda – religieux et humanitaires – et par des organisations rwandaises en exil.

Dans une interview r´┐Żalis´┐Że apr´┐Żs son arriv´┐Że en Afrique du Sud, le g´┐Żn´┐Żral Kayumba s´┐Żest exprim´┐Ż sur la transformation du r´┐Żgime de Kagame en dictature et sur son propre engagement pour un Rwanda d´┐Żmocratique. Mais s´┐Żil y a une distinction ´┐Ż faire entre les faucons et les colombes ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du noyau du pouvoir de Kigali, ce n´┐Żest certainement pas lui la colombe´┐Ż

Lire la suite: Cas D´┐Żo Mushayidi

EurAc is the European Network of Active NGOs in Central Africa. EurAC is made up of 49 member-organisations from 12 European countries.

mars 28, 2010   No Comments

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: D´┐Żbat contradictoire dans un espace politique verrouill´┐Ż?


EurAc

Le Rwanda face aux ´┐Żlections: Les fissures dans le miroir (suite 1)

par Kris BERWOUTS.

D´┐Żbat contradictoire dans un espace politique verrouill´┐Ż ?

Le Rwanda n´┐Żest pas habitu´┐Ż ´┐Ż un d´┐Żbat politique contradictoire. Au courant des ann´┐Żes, le parti au pouvoir depuis 1994, le Front Patriotique Rwandais, a ´┐Żtabli un contr´┐Żle sur la vie publique (y compris sur les organes politiques et judiciaires) selon la logique de parti unique, malgr´┐Ż l´┐Żexistence d´┐Żune s´┐Żrie d´┐Żautres partis politiques satellites qui jouent un r´┐Żle en marge du pouvoir gr´┐Żce ´┐Ż leur loyaut´┐Ż fondamentale ´┐Ż celui-ci.

Le cycle ´┐Żlectoral (2001 ´┐Ż 2003) qui a cl´┐Żtur´┐Ż la transition a ´┐Żt´┐Ż organis´┐Ż sans d´┐Żbat contradictoire : le seul parti d´┐Żopposition, l´┐ŻAlliance pour la D´┐Żmocratie, l´┐ŻEquit´┐Ż et le Progr´┐Żs (ADEP-Mizero) n´┐Ża jamais obtenu son agr´┐Żment, et les candidats ind´┐Żpendants principaux pour les ´┐Żlections pr´┐Żsidentielles ont ´┐Żt´┐Ż disqualifi´┐Żs ´┐Ż la veille du scrutin. Le Pr´┐Żsident Kagame a gagn´┐Ż ses ´┐Żlections avec un r´┐Żsultat staliniste de 95% apr´┐Żs une campagne accompagn´┐Że de disparitions, d´┐Żarrestations et d´┐Żintimidation des candidats, de l´┐Ż´┐Żlectorat et des observateurs. Aussi bien dans les ´┐Żlections l´┐Żgislatives que pr´┐Żsidentielles en 2003, la mission d´┐Żobservation de l´┐ŻUnion europ´┐Żenne a constat´┐Ż des irr´┐Żgularit´┐Żs et des fraudes importantes. Les m´┐Żmes constats ont ´┐Żt´┐Ż faits par la mission d´┐Żobservation de l´┐ŻUE aux ´┐Żlections l´┐Żgislatives de septembre 2008. M´┐Żme si le langage dans le rapport et dans les d´┐Żclarations lors de sa publication ´┐Żtait tr´┐Żs diplomatique et cherchait ´┐Ż ne pas affronter le r´┐Żgime rwandais, plusieurs participants ´┐Ż cette mission ont fait part des irr´┐Żgularit´┐Żs dans le vote, dans le traitement des urnes et dans le comptage:
Aujourd´┐Żhui, nous sommes ´┐Ż quatre mois et demi des ´┐Żlections pr´┐Żsidentielles du 9 ao´┐Żt 2010. Le parti au pouvoir les prend tr´┐Żs au s´┐Żrieux et s´┐Ży pr´┐Żpare en mettant en route sa machinerie du niveau local au niveau national, et en utilisant tous les moyens disponibles, y compris son monopole sur les m´┐Żdias.
Entre-temps, d´┐Żautres formations politiques s´┐Ży pr´┐Żparent aussi. Ils essayent d´┐Żobtenir leurs enregistrements comme partis politiques et ils r´┐Żclament l´┐Żespace pour se faire conna´┐Żtre et entendre par l´┐Ż´┐Żlectorat. Les principaux partis d´┐Żopposition sont :

´┐Ż le Parti Social Imberakuri, (PSI) pr´┐Żsid´┐Ż par Bernard Ntaganda et cr´┐Ż´┐Ż par des ex-membres du Parti Social D´┐Żmocrate (PSD) qui l´┐Żavaient quitt´┐Ż par frustration que le PSD restait dans le giron du FPR.
´┐Ż Le Green Democratic Party, (GDP) avec un leadership qui vient principalement du milieu anglophone. Le parti est consid´┐Żr´┐Ż par beaucoup de gens comme une ´┐Żmanation du m´┐Żcontentement au sein du FPR. Le pr´┐Żsident s´┐Żappelle Frank Habineza et le Secr´┐Żtaire-g´┐Żn´┐Żral, Charles Kabanda, co-fondateur du FPR dans les ann´┐Żes ´┐Ż80 en Ouganda
´┐Ż Les Forces D´┐Żmocratiques Unifi´┐Żes (FDU-Inkingi), dont la pr´┐Żsidente Victoire Ingabire est rentr´┐Że ´┐Ż la mi janvier 2010 pour poser sa candidature pour la pr´┐Żsidence, apr´┐Żs une absence de 17 ans.

Ces partis ne sont pas consid´┐Żr´┐Żs par le r´┐Żgime comme un enrichissement ´┐Ż la vie politique rwandaise, tel qu´┐Żil le souhaite.

En 2009, le Parti Social Imberakuri a essay´┐Ż d´┐Żorganiser quatre congr´┐Żs. Trois en ont ´┐Żt´┐Ż emp´┐Żch´┐Żs par le r´┐Żgime pour des raisons de proc´┐Żdures, mais un congr´┐Żs a ´┐Żt´┐Ż tenu en juin. Le PS Imberakuri a ´┐Żt´┐Ż reconnu comme parti en juillet 2009. Pendant toute cette p´┐Żriode, leur pr´┐Żsident Bernard Ntaganda s´┐Żest exprim´┐Ż dans des termes tr´┐Żs s´┐Żv´┐Żres contre le r´┐Żgime sur une s´┐Żrie de th´┐Żmes sociaux, politiques et judiciaires qui pr´┐Żoccupent la population. Le fait que le r´┐Żgime apparemment laissait parler Ntaganda aussi ouvertement ´┐Żtait pour beaucoup de Rwandais une indication qu´┐Żil y pourrait y avoir r´┐Żellement un changement positif et une nouvelle ouverture politique.

Finalement, l´┐Żoffensive contre Bernard Ntaganda a ´┐Żt´┐Ż lanc´┐Że de l´┐Żint´┐Żrieur de son parti m´┐Żme. Le secr´┐Żtaire-g´┐Żn´┐Żral du PSI, Noel Hakizimfura, a accus´┐Ż son pr´┐Żsident de divisionisme et de l´┐Żid´┐Żologie g´┐Żnocidaire.En fevrier 2010, Hakizimfura et un autre membre du parti ont ´┐Żt´┐Ż licenci´┐Żs du parti pour avoir accept´┐Ż de l´┐Żargent du FPR pour d´┐Żstabiliser le PS-I. Le mardi soir 16 mars 2010, des membres dirigeants du PS-Imberakuri ont ´┐Żt´┐Ż amen´┐Ż aux Head Quarters du FPR o´┐Ż ils ont re´┐Żu l´┐Żordre d´┐Żorganis´┐Ż une convention du parti pour le lendemain 17 mars, afin de destituer Ntaganda de ses fonctions. La convention a ´┐Żt´┐Ż tenue, et la vice-pr´┐Żsidente, Christine Mukabunani a fait une d´┐Żclaration dans laquelle elle a affirm´┐Ż que Bernard Ntaganda n´┐Żest plus pr´┐Żsident du parti. Depuis lors, le cadre institutionnel du PSI est tr´┐Żs flou.

De son c´┐Żt´┐Ż, Victoire Ingabire a longtemps pr´┐Żpar´┐Ż sa candidature pour la pr´┐Żsidence rwandaise ´┐Ż partir de la Hollande, o´┐Ż elle habitait depuis 17 ans. Ingabire est arriv´┐Że au Rwanda le samedi 16 janvier: ´┐ŻJe suis pr´┐Żte ´┐Ż briguer ma candidature pour la magistrature supr´┐Żme et la victoire est certaine”, a d´┐Żclar´┐Ż Mme Victoire Ingabire ´┐Ż peine descendue sur le tarmac de l’a´┐Żroport international de Kigali. Sa candidature et son style direct ont tout suite suscit´┐Ż des tensions au sein du r´┐Żgime qui a r´┐Żpondu par une agression verbale imm´┐Żdiate, y compris dans les m´┐Żdias. Mme Ingabire s´┐Żest rendue presque imm´┐Żdiatement au M´┐Żmorial de Gisozi pour y d´┐Żposer une gerbe de fleurs. Dans son discours, elle a dit entre autre : “Le chemin de la r´┐Żconciliation est encore long. Ce M´┐Żmorial ne rappelle que le g´┐Żnocide perp´┐Żtr´┐Ż contre les Tutsi mais reste muet sur d´┐Żautres crimes contre l´┐Żhumanit´┐Ż ciblant des membres d´┐Żethnie Hutu ´┐Ż. Elle lan´┐Żait ainsi une claire allusion aux crimes commis en 1994 par des membres de l’ex-r´┐Żbellion tutsi, le Front patriotique rwandais (FPR), aujourd’hui au pouvoir. “Les Hutu qui ont tu´┐Ż les Tutsi doivent comprendre qu’ils doivent ´┐Żtre punis. Il en va de m´┐Żme des Tutsi qui ont tu´┐Ż les Hutu.” Cette d´┐Żclaration a d´┐Żclench´┐Ż la fureur des victimes du g´┐Żnocide, des m´┐Żdias pro-gouvernementaux et des autorit´┐Żs, qui l´┐Żont accus´┐Ż de propager le n´┐Żgationnisme.

Depuis le 10 f´┐Żvrier, Mme Ingabire a ´┐Żt´┐Ż r´┐Żguli´┐Żrement convoqu´┐Że par la police, pour des interrogatoires qui prennent beaucoup de temps, l´┐Żemp´┐Żchent d´┐Żentreprendre d´┐Żautres activit´┐Żs, et l´┐Żaccusent de diffusion de l´┐Żid´┐Żologie g´┐Żnocidaire, du divisionnisme et de contacts avec les FDLR. Jusque maintenant, il n´┐Ży a pas de proc´┐Żdure juridique formelle, mais le cadre l´┐Żgal a ´┐Żt´┐Ż cr´┐Ż´┐Ż pour en entamer une, par le simple transfert du dossier de la police au parquet.

Entretemps, le FDU-Inkingi a essay´┐Ż d´┐Żorganiser son congr´┐Żs constituant. Personne ne l´┐Ża formellement d´┐Żfendu, mais le parti se trouve devant un comportement kafka´┐Żen de la part des autorit´┐Żs : la Commune veut bien donner son autorisation pour le congr´┐Żs, ´┐Ż condition que la police confirme qu´┐Żelle sera sur place pour assurer la s´┐Żcurit´┐Ż. La police affirme aimablement qu´┐Żelle est pr´┐Żte ´┐Ż assurer la s´┐Żcurit´┐Ż du congr´┐Żs ´┐Ż condition que la Commune donne son autorisation par ´┐Żcrit´┐Ż

Le 12 mars, Mme Ingabire a re´┐Żu une lettre des autorit´┐Żs communales pour lui interdire d´┐Żorganiser des r´┐Żunions politiques parce qu´┐Żelle est poursuivie par les instances judiciaires: Les interrogatoires policiers de f´┐Żvrier sont donc utilis´┐Żs aujourd´┐Żhui pour l´┐Żemp´┐Żcher d´┐Żexercer ses droits politiques. Le m´┐Żme jour, le Ministre de l´┐Żadministration territoriale confirme dans des interviews avec des m´┐Żdias nationaux et internationaux que les constituantes du FDU-INKINGi ne seront jamais autoris´┐Żes au Rwanda aussi longtemps que Mme Victoire Ingabire est poursuivie par la police et que des enqu´┐Żtes sur le lien entre son organisation politique et le FDLR restent ouvertes Mme Ingabire a voulu r´┐Żagir ´┐Ż ces accusations dans une conf´┐Żrence de presse, mais tous les h´┐Żtels qu´┐Żelle a contact´┐Ż pour louer une salle ont ´┐Żt´┐Ż menac´┐Żs et ont donc refus´┐Ż de louer. Certains ont annul´┐Ż la r´┐Żservation ´┐Ż la derni´┐Żre minute.

Le plus jeune parti d´┐Żopposition est le Green Democratic Party, lanc´┐Ż en ao´┐Żt 2009 ´┐Ż Kigali, avec l´┐Żobjectif de cr´┐Żer une opposition r´┐Żelle et large autour d´┐Żune vision progressiste et ´┐Żcologiste. Lui aussi, il a ´┐Żt´┐Ż bloqu´┐Ż plusieurs fois dans ses efforts d´┐Żorganiser ses r´┐Żunions. Face ´┐Ż cette situation, les trois partis mentionn´┐Żs ont mis en place une structure commune (Conseil de Concertation Permanent des Partis de l´┐ŻOpposition) dans l´┐Żespoir que cette concertation leur permettra d´┐Ż´┐Żlargir l´┐Żespace d´┐Żmocratique ´┐Ż travers des positions communes et un plaidoyer conjoint national et international.

Mais tous ensemble ou chacun de son c´┐Żt´┐Ż, ces formations sont tr´┐Żs fragiles devant un pouvoir qui n´┐Ża aucune envie d´┐Żavoir un d´┐Żbat contradictoire r´┐Żelle autour des ´┐Żlections, et qui verrouille l´┐Żespace politique par :

´┐Ż son monopole sur les m´┐Żdias, qui diabolisent de fa´┐Żon permanente les partis d´┐Żopposition et leurs leaders
´┐Ż une intimidation verbale et physique des partis d´┐Żopposition, leurs leaders, les cadres et les militants
´┐Ż la cr´┐Żation d´┐Żun cadre l´┐Żgal qui permet au r´┐Żgime d´┐Żentamer ´┐Ż tr´┐Żs court terme une d´┐Żmarche juridique contre laquelle l´┐Żopposition peut difficilement se d´┐Żfendre (puisque les notions de diffusion de l´┐Żid´┐Żologie g´┐Żnocidaire et du divisionnisme sont tr´┐Żs larges et mal d´┐Żfinis dans la loi. Ces termes s´┐Żappliquent ´┐Ż tous ceux qui ont une lecture diff´┐Żrente de la lecture officielle de l´┐Żhistoire r´┐Żcente du Rwanda. Ce cadre paralyse les leaders de l´┐Żopposition dans leurs activit´┐Żs quotidiennes et est utilis´┐Ż pour les emp´┐Żcher d´┐Żexercer leurs droits politiques
´┐Ż une politique administrative qui vise ´┐Ż emp´┐Żcher l´┐Żopposition de se faire enregistrer, de s´┐Żimplanter, d´┐Żorganiser des r´┐Żunions ou de se faire conna´┐Żtre aupr´┐Żs du grand public. Ainsi, deux des partis que nous avons mentionn´┐Żs ci-dessus n´┐Żont pas encore ´┐Żt´┐Ż enregistr´┐Żs, alors que le troisi´┐Żme n´┐Ża pas le droit d´┐Żorganiser des activit´┐Żs ´┐Ż la base.
´┐Ż par l´┐Żinfiltration des partis de l´┐Żopposition pour leur d´┐Żstabiliser de l´┐Żint´┐Żrieur

Ces strat´┐Żgies n´┐Żimpliquent pas que le r´┐Żgime veut absolument interdire l´┐Żopposition. Il aurait pu le faire. Peut-´┐Żtre cherche-t-il tout d´┐Żabord ´┐Ż ralentir l´┐Żopposition, l´┐Żemp´┐Żcher d´┐Żatteindre la base avec un message diff´┐Żrent du sien, ´┐Żviter qu´┐Żelle gagne de la cr´┐Żdibilit´┐Ż. Les leaders de l´┐Żopposition que j´┐Żai rencontr´┐Żs craignent que le gouvernement ne les emp´┐Żche de finaliser l´┐Żenregistrement en mars.

En effet, il est exclu que le dossier avancera en avril, vu la lourdeur ´┐Żmotionnelle pour le pays entier pendant ce mois, avec ses c´┐Żr´┐Żmonies et ses activit´┐Żs de comm´┐Żmoration du g´┐Żnocide. Ceci veut dire que l´┐Żadministration recommencera de travailler sur leurs dossiers en mai.
Si les autorit´┐Żs utilisent les m´┐Żmes m´┐Żcanismes de ralentissement, il n´┐Żest pas exclu que l´┐Żopposition soit reconnue comme partis politiques quelques semaines avant les ´┐Żlections. Dans ce cas, elle ne pourra pas remplir les conditions l´┐Żgales de participation aux ´┐Żlections ou participera sans aucune pr´┐Żparation normale ´┐Ż la campagne et au scrutin et sans aucune chance d´┐Żavoir atteint l´┐Ż´┐Żlectorat.

Lire la suite: Faucons en fuite

mars 28, 2010   No Comments

Le Rwanda face aux ´┐Żlections : Les fissures dans le miroir (intro)

EurAc

Le Rwanda face aux ´┐Żlections : Les fissures dans le miroir
par

Kris Berwouts, Directeur EurAc
Rapport apr´┐Żs mission, Mars 2010

La deuxi´┐Żme semaine du mois de mars 2010, j´┐Żai visit´┐Ż le Rwanda. Les derni´┐Żres ann´┐Żes, je suis souvent pass´┐Ż dans ce pays que je fr´┐Żquente depuis 1997, surtout en transit vers Goma, Bukavu ou Bujumbura. Chaque fois, j´┐Żen profitais pour rencontrer quelques contacts personnels ou professionnels. Mais je n´┐Ż´┐Żtais pas rest´┐Ż plus de 24 heures depuis fin 2007.

Bien s´┐Żr, j´┐Żavais toujours suivi ce qui se passait au Rwanda, et je m´┐Ż´┐Żtais investi sans cesse avec les coll´┐Żgues ´┐Ż EurAc pour fournir une information avec le leitmotiv de disponibiliser les ´┐Żl´┐Żments n´┐Żcessaires pour mieux comprendre les enjeux et objectiver le d´┐Żbat. Ce leitmotiv est pertinent partout, mais il a une importance particuli´┐Żre au Rwanda. Tr´┐Żs souvent, le d´┐Żbat entre ´┐Żbelievers´┐Ż et ´┐Żnon believers´┐Ż ne d´┐Żpasse pas la discussion st´┐Żrile entre sourds-muets.

Les derni´┐Żres semaines avant mon arriv´┐Że, nous sentions qu´┐Żune grande nervosit´┐Ż commen´┐Żait ´┐Ż r´┐Żgner dans le pays. On s´┐Żattendait tous ´┐Ż une fermeture de l´┐Żespace politique dans les mois avant les ´┐Żlections. La diabolisation de Victoire Ingabire apr´┐Żs son retour au pays pour mener une campagne pr´┐Żsidentielle comme candidate du parti d´┐Żopposition FDU-Inkingi acc´┐Żl´┐Żrait aussi l´┐Żagression contre les autres partis d´┐Żopposition pr´┐Żsents sur le terrain. Le 19 f´┐Żvrier, un vendredi soir, trois grenades visaient diff´┐Żrents endroits tr´┐Żs fr´┐Żquent´┐Żs dans la capitale, en pleine heure de pointe, faisant deux personnes mortes et plusieurs bless´┐Żes. Les m´┐Żdias rwandais en accusaient d´┐Żabord les FDLR et puis Victoire Ingabire. Le jeudi 4 mars 2010 dans deux nouvelles attaques ´┐Ż la grenade, presque simultan´┐Żes, dans la capitale rwandaise Kigali, seize autres personnes ont ´┐Żt´┐Ż bless´┐Żes. Ces actes de violence ´┐Żtaient suivis par des vagues d´┐Żaccusations et d´┐Żarrestations.

Entre les deux attaques, le G´┐Żn´┐Żral Faustin Kayumba Nyamwasa avait quitt´┐Ż le pays pour l´┐ŻAfrique du Sud. Apr´┐Żs son d´┐Żpart, cet ancien chef d´┐ŻEtat-major de l´┐Żarm´┐Że rwandaise ´┐Żtait accus´┐Ż par le r´┐Żgime d´┐Ż´┐Żtre derri´┐Żre les grenades du 19 f´┐Żvrier et d´┐Ż´┐Żtre associ´┐Ż ´┐Ż l´┐Żancien chef des renseignements ext´┐Żrieurs, le colonel Patrick Karegeya, qui se trouve en Afrique du Sud depuis 2007.

Le samedi 6 mars, les autorit´┐Żs rwandaises ont annonc´┐Ż l´┐Żarrestation au Burundi d´┐Żun opposant, D´┐Żo Mushayidi, accus´┐Ż par Kigali de faire partie des commanditaires des r´┐Żcentes attaques ´┐Ż la grenade. Tout doucement, les jeteurs de grenades commen´┐Żaient ´┐Ż ´┐Żtre plus nombreux que les grenades elles-m´┐Żmes.

Vous comprenez que je ne savais pas tr´┐Żs bien ´┐Ż quoi m´┐Żattendre. Pendant que les journ´┐Żes passaient, j´┐Żavais des difficult´┐Żs ´┐Ż comprendre pourquoi au juste la situation me semblait fondamentalement diff´┐Żrente de toutes les autres fois que j´┐Żai visit´┐Ż le pays. Je sentais une crainte dans la population, mais elle existe depuis longtemps. Je constatais une fermeture de l´┐Żespace politique qu´┐Żon avait v´┐Żcue d´┐Żj´┐Ż maintes fois. Je ne me souvenais pas de grenades dans le pass´┐Ż r´┐Żcent (une petite recherche apr´┐Żs mon retour m´┐Żapprend qu´┐Żil y en a eu en avril et d´┐Żcembre 2008 et en avril et juillet 2009), mais au m´┐Żme temps j´┐Żavais l´┐Żimpression que les grenades ´┐Żtaient plus des sympt´┐Żmes que la cause des ´┐Żv´┐Żnements. J´┐Żavais l´┐Żenvie et le devoir d´┐Żint´┐Żgrer tous ces morceaux d´┐Żinformation dans une analyse solide.

Finalement, j´┐Żai compris ce qui ´┐Żtait r´┐Żellement nouveau : j´┐Żobservais un r´┐Żgime qui ne se bat pas tout d´┐Żabord contre ses adversaires. Il se bat en premier lieu contre sa propre d´┐Żsint´┐Żgration. Pendant dix ans, nous avions sp´┐Żcul´┐Ż sur les divergences au sein de l´┐Żinner circle du pouvoir. Nous avons toujours senti des points de d´┐Żsaccord, mais personne n´┐Ża pu m´┐Żaider ´┐Ż d´┐Żfinir pr´┐Żcis´┐Żment les clivages. Aujourd´┐Żhui, quand le r´┐Żgime se regarde dans le miroir, il voit les fissures qui troublent l´┐Żimage intacte et sereine qu´┐Żil veut pr´┐Żsenter ´┐Ż l´┐Żopinion publique, aussi bien rwandaise qu´┐Żinternationale. Le r´┐Żgime se voit confront´┐Ż ´┐Ż sa propre fragilit´┐Ż, il est nerveux et il r´┐Żagit hors proportions.

Vous lirez dans les pages suivantes mes constats, mes impressions et mon analyse. Ce n´┐Żest pas une position officielle d´┐ŻEurAc, mais le r´┐Żsultat des r´┐Żflexions d´┐Żune seule personne, et qui n´┐Żengage qu´┐Żelle. Une personne qui, comme d´┐Żhabitude, revient de mission avec plus de questions que de r´┐Żponses.

Kris Berwouts
Directeur EurAc
21 mars 2010

Lire la suite: D´┐Żbat contradictoire dans un espace politique verrouill´┐Ż?

EurAc is the European Network of Active NGOs in Central Africa. EurAC is made up of 49 member-organisations from 12 European countries.


mars 28, 2010   No Comments

Rwanda: Risques d’´┐Żtre ´┐Żtranger dans son propre pays


Kigali – De nombreux Rwandais habitant les r´┐Żgions frontali´┐Żres avec le Burundi et la RD Congo, qualifi´┐Żs d’´┐Żtrangers, ne peuvent obtenir la carte d’identit´┐Ż, indispensable ´┐Ż la vie courante et pour participer aux ´┐Żlections pr´┐Żsidentielles d’ao´┐Żt prochain. Ces sans-papiers sont inquiets.
Ils ont tous plus peur qu’ils n’inspirent de crainte ´┐Ż leurs voisins. Eux, ce sont en majorit´┐Ż des habitants des r´┐Żgions rwandaises frontali´┐Żres avec le Burundi au sud du pays et la RD Congo ´┐Ż l’ouest, auxquels les autorit´┐Żs locales refusent la carte d’identit´┐Ż.

“Ce sont des ´┐Żtrangers”, disent-elles. Depuis deux ans, quand tous les citoyens rwandais ont du refaire leur carte d’identit´┐Ż, de nombreux villageois du sud et de l’ouest n’ont pas obtenu ce document vital.

Ils sont soup´┐Żonn´┐Żs, ´┐Ż tort ou ´┐Ż raison, par leurs voisins et les dirigeants locaux, de venir d’ailleurs, peu importe le temps qu’ils ont v´┐Żcu sur place.

Aujourd’hui, ´┐Żtre sans-papiers au Rwanda est risqu´┐Ż. Ceux qui n’en ont pas craignent pour leurs biens, pour leurs droits civiques ´┐Ż l’approche des ´┐Żlections pr´┐Żsidentielles pr´┐Żvues le 9 ao´┐Żt prochain et m´┐Żme pour leur vie, surtout en ces moments d’ins´┐Żcurit´┐Ż.

D´┐Żbut mars, des attentats ´┐Ż la grenade ont fait des dizaines de victimes. Le conseil consultatif du district de Gicumbi, nord, a ainsi d´┐Żclar´┐Ż r´┐Żcemment que “ceux qui n’ont pas de carte d’identit´┐Ż doivent ´┐Żtre consid´┐Żr´┐Żs comme ceux qui causent l’ins´┐Żcurit´┐Ż”.

Actuellement, les forces de l’ordre proc´┐Żdent ´┐Ż la v´┐Żrification de cette carte. Ceux qui ne peuvent pas la pr´┐Żsenter restent aux mains de la police.

“Nous tous qualifi´┐Żs d’´┐Żtrangers, nous ne pouvons pas voyager de peur d’´┐Żtre attrap´┐Żs et pris pour des fauteurs de troubles dans le pays”, note Sixbert Banzubaze, 40 ans, de Muganza, Gisagara.
Sans carte d´┐Żidentit´┐Ż, impossible aussi au Rwanda d’avoir acc´┐Żs aux services publics ou priv´┐Żs. Offres d´┐Żemploi, services dans les banques, soins dans les h´┐Żpitaux, ´┐Żlections´┐Ż On l’exige avant toute chose.

Rumeurs, jalousies´┐Ż
Pour cet activiste des droits de l’homme de Kigali, ces gens “sont victimes d’une propagande x´┐Żnophobe de quelques villageois des r´┐Żgions frontali´┐Żres”. Ils sont “des vrais sans-papiers dans leurs pays”.

“A part, ceux qui bougent beaucoup entre les fronti´┐Żres, ce sont ceux qui ont des grandes terres qui sont vis´┐Żs”, remarque un villageois de Muganza.

Le vieux Kanyabikari Fran´┐Żois, n´┐Ż en 1936 dans le district de Gisagara, sud, voisin du Burundi ne comprend pas ce qu’il lui arrive. Un responsable local lui a confisqu´┐Ż sa carte d’identit´┐Ż avan´┐Żant qu’il est ´┐Żtranger. “Mon p´┐Żre est n´┐Ż ici comme moi et mes enfants. Personne dans cette r´┐Żgion ne peut nous montrer le lieu d’o´┐Ż seraient venus nos arri´┐Żres parents”, se plaint Kanyabikari.

Comme lui, Jacques Hakizimana, 87 ans, du secteur Mukindo de Gisagara et plus de 100 personnes de sa descendance, avaient des cartes d’identit´┐Ż rwandaise. Il a servi son pays jusqu’´┐Ż sa retraite, mais, aujourd’hui, il est pris pour ´┐Żtranger.
“J’ai peur qu’on nous chasse sans savoir o´┐Ż nous envoyer, car nous n’avons pas d’autre origine ailleurs”, se r´┐Żsigne un de ses fils.

Pour lui, ce sont surtout des jalousies entre voisins qui sont ´┐Ż l’origine de ces probl´┐Żmes : “Tout commence par une rumeur propag´┐Że par quelqu´┐Żun qui veut ´┐Żcarter l´┐Żautre. Quand elle arrive au dirigeant, celui-ci retient la carte d´┐Żidentit´┐Ż de peur d´┐Ż´┐Żtre accus´┐Ż de la d´┐Żlivrer ´┐Ż des ´┐Żtrangers.”

Selon un ´┐Żlu local du district de Gisagara, de nombreuses personnes sont concern´┐Żes : “Nous visons ´┐Ż bien identifier les vrais nationaux et les ´┐Żtrangers, car une bonne partie de nos habitants sont partag´┐Żs entre deux pays. Certains ont des terres et des maisons au Rwanda et au Burundi. Ils trichent et ils ont plus d’une nationalit´┐Ż. Quand ils commettent des infractions dans un pays, ils se r´┐Żfugient dans l’autre.”

Fin 2009, le pr´┐Żsident rwandais, Paul Kagame, avait lui-m´┐Żme point´┐Ż du doigt, lors de sa visite dans la province du Sud, les gens qui vont et viennent entre les diff´┐Żrents pays, pr´┐Żsumant qu’ils peuvent causer de l’ins´┐Żcurit´┐Ż.

Vent ´┐Żlectoral
Pour avoir une carte d’´┐Żlecteur, un citoyen doit avoir au pr´┐Żalable une carte d’identit´┐Ż. “Nous la refuser, c’est nous priver de nos droits civiques. Visiblement nous ne pourrons pas voter aux prochaines ´┐Żlections pr´┐Żsidentielles “, regrette un villageois de Mukindo, Sud.

Son camarade, lui, craint le pire : “On nous dit souvent qu’on va nous renvoyer chez nous. Nos voisins nous disent qu’ils vont prendre nos biens quand nous serons partis. Mais on ne nous dit pas o´┐Ż on va nous renvoyer.”

La d´┐Żlivrance de la carte d’identit´┐Ż dot´┐Że d´┐Żune puce ´┐Żlectronique a commenc´┐Ż en ao´┐Żt 2008. “Environ 5,3 millions de personnes l’ont demand´┐Że”, d’apr´┐Żs Pascal Nyamurinda, coordinateur du projet de l’identit´┐Ż nationale. C’est ce nombre qui, apr´┐Żs avoir obtenu leur “smart card”, prendra part aux ´┐Żlections. Mais, dans la province de l’Ouest, pr´┐Żs de 700 000 personnes sur 2,5 millions n’avaient pas de carte d’identit´┐Ż fin 2009.

[Syfia Grands Lacs]

mars 28, 2010   No Comments

Rwanda: Le Colonel Bagosora en appel au TPIR affirme avoir ´┐Żt´┐Ż priv´┐Ż du t´┐Żmoignage fondamental de Marcel Gatsinzi


Theoneste Bagosora

Theoneste Bagosora

Arusha : Le colonel Th´┐Żoneste Bagosora, le plus c´┐Żl´┐Żbre des d´┐Żtenus du Tribunal p´┐Żnal international pour le Rwanda (TPIR) soutient, dans son m´┐Żmoire d’appel d´┐Żpos´┐Ż mercredi, avoir ´┐Żt´┐Ż priv´┐Ż en premi´┐Żre instance, d’un t´┐Żmoignage fondamental pour sa d´┐Żfense, celui de l’actuel ministre rwandais de la D´┐Żfense, le g´┐Żn´┐Żral Marcel Gatsinzi.

Directeur de cabinet au minist´┐Żre de la D´┐Żfense pendant le g´┐Żnocide de 1994, Bagosora a ´┐Żt´┐Ż condamn´┐Ż ´┐Ż la prison ´┐Ż vie en d´┐Żcembre 2008 apr´┐Żs avoir ´┐Żt´┐Ż reconnu coupable de g´┐Żnocide, crimes contre l’humanit´┐Ż et crimes de guerre.

Le colonel, qui avait ´┐Żt´┐Ż pr´┐Żsent´┐Ż par le parquet tout au long du proc´┐Żs comme le “cerveau” du g´┐Żnocide, a ´┐Żt´┐Ż, en revanche, acquitt´┐Ż du chef d’ ´┐Żentente en vue de commettre le g´┐Żnocide ´┐Ż.

Les juges de premi´┐Żre instance ont conclu ´┐Ż sa responsabilit´┐Ż dans l’assassinat du Premier ministre de l’´┐Żpoque, Agathe Uwilingiyimana, des dix casques bleus belges qui ´┐Żtaient charg´┐Żs de la prot´┐Żger, de plusieurs dirigeants politiques et de massacres de Tutsis ´┐Ż des barrages routiers dans la ville de Kigali et dans sa r´┐Żgion d’origine de Gisenyi (nord), entre la soir´┐Że du 6 avril et le 9 avril 1994.

Selon le jugement, Bagosora ´┐Żtait, en l’absence du ministre de la D´┐Żfense et apr´┐Żs le d´┐Żc´┐Żs du chef d’´┐Żtat-major de l’arm´┐Że, la plus haute autorit´┐Ż militaire du Rwanda au cours de cette p´┐Żriode. Ce que le condamn´┐Ż a toujours contest´┐Ż, affirmant n’avoir jamais exerc´┐Ż de contr´┐Żle, ni de fait, ni de droit, sur l’arm´┐Że.

A sa demande, la chambre avait, lors du proc´┐Żs, ordonn´┐Ż le 11 septembre 2006 la comparution du g´┐Żn´┐Żral Gatsinzi qui fut chef d’´┐Żtat-major int´┐Żrimaire de l’arm´┐Że rwandaise du 7 au 16 avril 1994.

Le ministre avait alors pos´┐Ż des conditions ´┐Ż sa d´┐Żposition : ´┐Żtre entendu comme t´┐Żmoin de la chambre et non de Bagosora, ce que la chambre avait refus´┐Ż. Gatsinzi avait ´┐Żgalement demand´┐Ż ´┐Ż d´┐Żposer en vid´┐Żoconf´┐Żrence.

Les choses en sont rest´┐Żes l´┐Ż jusqu’´┐Ż la fin du proc´┐Żs.

´┐Ż En fait, ´┐Żcrivent les avocats de Bagosora, la chambre a c´┐Żd´┐Ż ´┐Ż la volont´┐Ż de Gatsinzi qui refusait de venir t´┐Żmoigner (…) Elle aurait d´┐Ż demander au gouvernement rwandais de coop´┐Żrer avec le tribunal comme le lui permettait le statut (du TPIR) en contraignant Gatsinzi ´┐Ż venir t´┐Żmoigner ´┐Ż.

´┐Ż La chambre a priv´┐Ż la d´┐Żfense du colonel Bagosora d’un moyen de d´┐Żfense fondamental ´┐Ż, poursuit le m´┐Żmoire sans pr´┐Żciser si l’´┐Żquipe de d´┐Żfense du colonel demandera la comparution de Gatsinzi pour l’audience d’appel.

Au terme de ce m´┐Żmoire de 65 pages qui comprend 6 motifs d’appel, les d´┐Żfenseurs de Bagosora demandent au deuxi´┐Żme juge de ´┐Ż renverser les condamnations prononc´┐Żes contre lui et consigner un verdict d’acquittement ´┐Ż ou, ´┐Ż subsidiairement, d’ordonner un nouveau proc´┐Żs ´┐Ż.

L’ex-directeur de cabinet comparaissait en premi´┐Żre instance avec l’ancien chef des op´┐Żrations militaires ´┐Ż l’´┐Żtat – major de l’arm´┐Że, le g´┐Żn´┐Żral Gratien Kabiligi, l’ancien commandant du secteur op´┐Żrationnel de Gisenyi (nord), le lieutenant- colonel Anatole Nsengiyumva et l’ancien commandant du bataillon paracommando, le major Aloys Ntabakuze.

Egalement condamn´┐Żs ´┐Ż la perp´┐Żtuit´┐Ż, Nsengiyumva et Ntabakuze seront jug´┐Żs avec Bagosora en appel.

Quant ´┐Ż Kabiligi, il a ´┐Żt´┐Ż acquitt´┐Ż, faute de preuve, et le procureur n’a pas jug´┐Ż utile de faire appel.

[ARI-RNA]

mars 28, 2010   No Comments