Les raisons de l’exil de l’opposant politique Rwandais Deo Mushayidi en l’an 2000 — Rwandinfo_FR
Tribune d'Information sur le Rwanda

Les raisons de l’exil de l’opposant politique Rwandais Deo Mushayidi en l’an 2000

Voici les raisons de l’exil en Belgique de l’opposant politique Rwandais Deo Mushayidi en l’an 2000 comme présentées dans le communiqué n° 121/2010 publié le 8 Mars 2010 par le CLIIR (Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda):

– Mushayidi s’est fait connaître en 1994 lorsqu’il démissionna de son poste d’Assistant du Secrétaire général du FPR, le Major Théogène Rudasingwa, en juin 1995. Il avait découvert que le FPR a aussi massacré des innocents et n’a respecté aucun de ses objectifs. Il s’est senti trahi dans son idéal et s’est tracé un nouveau chemin.

– En 1995, il a trouvé du travail dans un projet de développement financé par la Coopération Suisse au Rwanda. Il a démissionné pour mieux combattre l’injustice.

– En 1996, convaincu qu’il pourrait pousser le régime FPR à redresser ses dérives, Mushayidi s’est lancé comme journaliste dans plusieurs journaux.
Un des plus connus est l’Ere de Liberté où il a travaillé avec un journaliste Twa, M. Elie Mpayimana, qui était son ami. Les deux journalistes dénoncèrent la corruption généralisée et s’attirent l’hostilité de plusieurs dirigeants du régime FPR.
Mushayidi a aussi publié dans le journal IMBONI jusqu’à son départ en exil en avril 2000. Dans ses articles, il s’est mis à dénoncer les violations des droits humains et la corruption généralisée qui gangrène toujours le Rwanda. Toujours dans l’espoir de forcer le régime à construire petit à petit un état de droit.

– En 1996, fort de son expérience et de sa combativité dans les médias de l’époque, Mushayidi fut élu président de l’Association des Journalistes du Rwanda (AJIR). Il devient également le secrétaire exécutif du Centre pour la promotion de la liberté d’expression et de la tolérance dans la région des Grands Lacs

– En 1999, il devient directeur de la Maison de la Presse avant d’en devenir un employé jusqu’au moment de sa fuite du pays en avril 2000.

– Début 2000, les articles qui ont précipité sa fuite du Rwanda visaient à dénoncer les arrestations, les déportations vers le Rwanda et les emprisonnements de Messieurs Benjamin Rutabana, Innocent Byabagamba, Bertin Murera, Rukeba et Janvier. Ces derniers avaient été arrêtés au Burundi puis déportés vers le Rwanda.

– Ils dénoncèrent également l’assassinat de l’ancien préfet tutsi de la préfecture Kibuye, M. Assiel KABERA, tué devant sa porte dans la soirée du dimanche 05/03/2000.

– Mushayidi et deux autres amis journalistes furent persécutés et diffamés par les médias gouvernementaux tels que la Radio et la Télévision Rwandaises.

– En avril 2000, les trois journalistes se sont exilés en Belgique où ils furent reconnus réfugiés. Mushayidi ne tarda pas à collaborer avec d’autres démocrates de la diaspora.

Communiqué n° 121/2010 du 8 Mars 2010 – CLIIR (Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda).

Lire aussi:
Le Burundi doit répondre du kidnapping et déportation de Deo Mushayidi

4 comments

1 Les activités politiques de Mushayidi en exil en Belgique | Rwandinfo_FR { 03.10.10 at 14:18 }

[…] aussi: – Les raisons de l’exil de l’opposant politique Rwandais Deo Mushayidi en l’an 2000 – Le Burundi doit répondre du kidnapping et déportation de Deo […]

2 Brève biographie de l’opposant politique Rwandais Deo Mushayidi | Rwandinfo_FR { 03.10.10 at 14:41 }

[…] aussi: – Les raisons de l’exil de l’opposant politique Rwandais Deo Mushayidi en l’an 2000. – Les activités politiques de Mushayidi en exil en Belgique. – Le Burundi doit répondre du […]

3 John { 03.14.10 at 03:13 }

Dites -lui courage et continu ton combat.
Qu’il sache que le Rwanda n’est plus une colonie belge.

4 Hope { 03.18.10 at 08:51 }

Oui, l’ère de la vérité a sonné.
Tout ça c’est la diffamation. Les rwandais ne sont pas bêtes pour voir ce qui se passe à l’intérieur.
C’est une victime comme tant d’autres on le sait bien. Les dirigeants rwandais et le FPR ont fait de bonnes choses mais aussi ils doivent reconnaitre qu’ils font aussi des choses pires.
Bon conseil: qu’ils fassent une auto-évaluation au lieu de faire porter le chapeau à Mushayidi.
Ils savent la vérité.

Leave a Comment