Tribune d'Information sur le Rwanda

Congo (RDC)-Rwanda: L’ENFER POUR LES FDLR !

Rebelles - Congo (RDC)

Rebelles – Congo (RDC)

Après le M23, c’est maintenant le tour des FDLR, Forces démocratiques de libération du Rwanda, de passer au scalpel du désarmement. Ainsi qu’il a été annoncé, l’opération de désarmement de ce groupe armé étranger a démarré et il devra en principe être volontaire. Peut-être pourrait-il être forcé au cas où des circonstances particulières y contraindraient les FDLR.

Doit-on parler d’enfer pour les Forces démocratiques de libération du Rwanda ? Il serait trop tôt de faire une telle affirmation. Il vaudra mieux suivre l’évolution de la situation sur le terrain, question de se faire, à travers les faits, une certaine idée sur le sort qui sera donné au processus de désarmement de ce groupe armé étranger.

En octobre dernier, le chef de l’Etat a insisté sur la nécessité ou l’obligation – cela dépend, de se mettre au pas en ce qui concerne les groupes armés, étrangers et congolais, avec les rebelles hutus rwandais comme point de mire.

Dans tous les cas, le sort est scellé pour ce groupe armé qui n’a, de toutes les façons, aucun argument à avancer pour retarder ou repousser un processus dont le décor a été complètement planté. « On n’a pas de choix », fait-on valoir aussi bien au niveau des instances congolaises que de la Monusco.

Les carottes sont donc cuites pour les FDLR. Tout ce qui leur reste, c’est de faire avec un désarmement volontaire qui leur épargnerait des situations malencontreuses. On ne pense pas qu’ils suivent une autre voie que celle qui leur a été indiquée, en l’occurrence la voie de la raison. C’est-à-dire, celle du désarmement volontaire.

Dans une de ses interventions, toujours sur la question, Martin Kobler, représentant spécial du Secrétaire général de l’Onu en RDC, avait bien dit les choses lorsqu’il affirmait qu’avec la défaite du M23, le travail venait de commencer.  « C’est un désarmement volontaire et paisible sans combattre parce que nous ne voulons pas combattre », avait-il déclaré, non sans avoir objecté. « Mais nous utilisons la force, la Brigade d’intervention, si c’est nécessaire, si les groupes armés ne veulent pas désarmer volontairement et paisiblement », avait précisé Martin Kobler.

Tout compte fait, l’actuelle offensive déclenchée par les Forces armées de la République Démocratique du Congo est dirigée contre un groupe armé qui, pendant longtemps, a semé la désolation et la mort au sein des populations civiles, notamment dans les provinces du Nord et du Sud Kivu.

S’il est un souhait à émettre, dans la foulée, c’est de « tordre » une fois pour toutes le cou aux FDLR, une force négative, pour que la paix, la sécurité et la tranquillité reviennent en force dans l’Est de la RDC. Loin de canons et autres exactions qui étaient devenus le lot quotidien d’une population, souvent en déplacée interne. Le temps presse.

Source: lepotentielonline.com – 13/12/2013.

0 comments

There are no comments yet...

Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment