Tribune d'Information sur le Rwanda

Rwanda: Proc´┐Żs contre l’opposante politique Victoire Ingabire

par Dr Emmanuel Mwiseneza

Victoire Ingabire

Victoire Ingabire Umuhoza

Tout le monde attend le proc´┐Żs intent´┐Ż contre Mme Victoire Ingabire Umuhoza, Pr´┐Żsidente des FDU-Inkingi, parti d´┐Żopposition que les autorit´┐Żs rwandaises refusent toujours de reconna´┐Żtre. Officiellement, elle est accus´┐Że : d´┐Żid´┐Żologie du g´┐Żnocide, de collaboration avec un groupe terroriste, de divisionnisme, de propagation des rumeurs visant ´┐Ż soulever la population contre le pouvoir, de cr´┐Żation d´┐Żune arm´┐Że rebelle, de vouloir renverser le pouvoir par la force. Mais derri´┐Żre ce maquillage judiciaire, se cachent en r´┐Żalit´┐Ż des motifs politiques de la dictature du FPR comme nous allons le d´┐Żmontrer.

a. Motifs politiques :

Depuis l´┐Żinstallation du pouvoir dirig´┐Ż par le FPR-Inkontanyi, ses responsables ont instaur´┐Ż une tradition d´┐Żorganiser des proc´┐Żs judiciaires dans le but d´┐Ż´┐Żcarter des opposants r´┐Żels ou suppos´┐Żs. D´┐Żs l´┐Żentr´┐Że en fonction, le r´┐Żgime de Paul Kagame a jet´┐Ż en prison des centaines des milliers de personnes accus´┐Żes ´┐Ż tort ou ´┐Ż raison de participation au g´┐Żnocide. Si parmi ces prisonniers il y avait des personnes qui auraient pu participer au g´┐Żnocide, petit ´┐Ż petit, des personnes furent faussement accus´┐Żes de ce crime dans le but de les exproprier de leurs biens ou pour les mettre hors jeu politiquement. C´┐Żest aussi ce que dit en substance le dernier communiqu´┐Ż de l´┐Żorganisation Amnesty International[1].

Toutes les personnes qui ont, ´┐Ż un moment ou un autre, essay´┐Ż de contredire les tenants du pouvoir, ont ´┐Żt´┐Ż poursuivies soit pour g´┐Żnocide, soit pour id´┐Żologie du g´┐Żnocide et ce, m´┐Żme apr´┐Żs plusieurs ann´┐Żes de bons et loyaux services envers ce r´┐Żgime. Les exemples ne manquent pas : l´┐Żex-premier ministre Pierre C´┐Żlestin Rwigema, l´┐Żex-pr´┐Żsident du parlement Alfred Mukezamfura ou encore l´┐Żancien s´┐Żnateur Safari Stanley furent poursuivis et condamn´┐Żs pour g´┐Żnocide, alors qu´┐Żils avaient occup´┐Ż ces hautes fonctions pendant plusieurs ann´┐Żes. Tous ceux qui ont voulu se montrer critiques ou qui ont voulu quitter le FPR officiellement pour cr´┐Żer un parti d´┐Żopposition tels que l´┐Żancien Pr´┐Żsident Pasteur Bizimungu, l´┐Żancien ministre Charles Ntakirutinka, l´┐Żex-candidat ´┐Ż l´┐Ż´┐Żlection pr´┐Żsidentielle de 2003, le docteur Th´┐Żoneste Niyitegeka, ont ´┐Żt´┐Ż poursuivis pour des crimes fabriqu´┐Żs de toutes pi´┐Żces. La r´┐Żalit´┐Ż est pourtant tout autre : les motifs politiques sont les principales raisons de ces proc´┐Żs.

Lorsque Mme Victoire Ingabire arrive au Rwanda le 16 janvier 2010, le r´┐Żgime est d´┐Żcontenanc´┐Ż devant la d´┐Żtermination de cette dame qui ne m´┐Żche pas les mots pour d´┐Żnoncer le mus´┐Żlement de la presse, les injustices sociales, des proc´┐Żs in´┐Żquitables et un deuil discriminatoire. D´┐Żfier le g´┐Żn´┐Żral Paul Kagame et aspirer ´┐Ż ´┐Żtre son challenger aux ´┐Żlections pr´┐Żsidentielles, ne pouvait qu´┐Żattirer les foudres contre la Pr´┐Żsidente des FDU-Inkingi. Le r´┐Żgime du FPR n´┐Ża pas l´┐Żsin´┐Ż de moyens pour trainer Mme Ingabire dans la boue tout en se cachant derri´┐Żre les motifs judiciaires.

i. Pers´┐Żcution de Mme Victoire Ingabire Umuhoza d´┐Żs son arriv´┐Że au Rwanda

Lorsque les FDU-Inkingi annonc´┐Żrent leur intention d´┐Żaller s´┐Żimplanter au Rwanda en vue de participer aux ´┐Żlections pr´┐Żsidentielles d´┐Żao´┐Żt 2010, les actes d´┐Żintimidation et autres menaces commenc´┐Żrent pour dissuader les FDU-Inkingi de rentrer au Rwanda. Les premi´┐Żres tentatives furent ´┐Żvidemment le refus d´┐Żoctroi des passeports aux candidats potentiels au retour au Rwanda en vue d´┐Ży implanter le parti. Ce refus n´┐Żentama en rien la d´┐Żtermination des FDU-Inkingi ´┐Ż rentrer au Rwanda pour y exercer les droits politiques reconnus par la Constitution en vigueur au Rwanda. Le gouvernement rwandais recourut alors aux m´┐Żdias qu´┐Żil contr´┐Żle pour diaboliser Mme Victoire Ingabire Umuhoza et au lobbying pour l´┐Żaccuser d´┐Żavoir os´┐Ż participer, avec des repr´┐Żsentants des FDLR, ´┐Ż une r´┐Żunion sur la r´┐Żconciliation des Rwandais. Comble de l´┐Żironie, le FPR avait ´┐Żt´┐Ż aussi convi´┐Ż et ´┐Żtait repr´┐Żsent´┐Ż ´┐Ż cette r´┐Żunion organis´┐Że ´┐Ż Barcelone par une ONG espagnole. Pourtant, tout le monde reconna´┐Żt que les FDLR font parti de l´┐Ż´┐Żquation ´┐Ż r´┐Żsoudre pour garantir une paix durable ´┐Ż la r´┐Żgion des Grands Lacs en g´┐Żn´┐Żral et au Rwanda en particulier.

Les appels au lynchage de la Pr´┐Żsidente des FDU-Inkingi furent lanc´┐Żs par les plus hautes autorit´┐Żs de l´┐ŻEtat. L´┐Żunique quotidien rwandais, le pro-gouvernemental The New Times (TNT), se consacra ´┐Ż une s´┐Żrie d´┐Ż´┐Żditoriaux et d´┐Żarticles, qui chaque jour, d´┐Żform´┐Żrent, transform´┐Żrent les discours de Mme Ingabire, la d´┐Żnigr´┐Żrent, la trait´┐Żrent de tous les noms d´┐Żoiseaux, l´┐Żaccus´┐Żrent de d´┐Żfendre la th´┐Żse du double g´┐Żnocide, de propager l´┐Żid´┐Żologie g´┐Żnocidaire, de pr´┐Żcher le divisionnisme, de porter atteinte ´┐Ż l´┐Żunit´┐Ż nationale, de collaborer avec les FDLR, etc. Les autres m´┐Żdias de l´┐ŻEtat ou qui sont proches du pouvoir embo´┐Żt´┐Żrent le pas ´┐Ż TNT et relay´┐Żrent les appels au lynchage ´┐Ż son encontre. Son seul crime : avoir os´┐Ż ´┐Żvoquer les poursuites contre les personnes responsables des massacres, crimes de guerre et crimes contre l´┐Żhumanit´┐Ż commis contre les Hutus ´┐Ż l´┐Żinstar des responsables du g´┐Żnocide contre les Tutsis. Elle est ´┐Ż coupable ´┐Ż d´┐Żavoir appel´┐Ż ´┐Ż lutter contre l´┐Żimpunit´┐Ż en pointant du doigt des crimes commis par l´┐Żarm´┐Że du FPR. Or ces crimes ont ´┐Żt´┐Ż confirm´┐Żs par ailleurs par le rapport de l´┐ŻONU ´┐Ż Mapping exercice ´┐Ż publi´┐Ż le 1 octobre 2010.

Le 3 f´┐Żvrier 2010, elle sera agress´┐Że dans l´┐Żenceinte du bureau administratif du Secteur Kinyinya. Comme cela ne suffisait pas pour d´┐Żcourager la pr´┐Żsidente des FDU-Inkingi, la police prit le relais et commen´┐Ża ´┐Ż la convoquer quasi-quotidiennement pour des interrogatoires qui dureront des fois jusqu´┐Ż´┐Ż 10 heures par jour. L´┐Ż´┐Żpreuve d´┐Żusure psychologique entre alors en marche. Lorsqu´┐Żelle voulut prendre l´┐Żavion pour aller rendre visite ´┐Ż sa famille, la police l´┐Żen emp´┐Żcha alors qu´┐Żaucun ordre de quitter le territoire ne lui avait ´┐Żt´┐Ż intim´┐Ż pr´┐Żc´┐Żdemment. Le 22 avril 2010, elle est plac´┐Że en r´┐Żsidence surveill´┐Że. En r´┐Żalit´┐Ż, les torts majeurs reproch´┐Żs ´┐Ż Madame Victoire Ingabire Umuhoza et son parti sont ceux d´┐Żavoir os´┐Ż cr´┐Żer un parti d´┐Żopposition et d´┐Żavoir demand´┐Ż que les personnalit´┐Żs politiques et militaires au sein du r´┐Żgime coupables pr´┐Żsum´┐Żs de crimes de guerre et de crimes contre l´┐Żhumanit´┐Ż soient d´┐Żf´┐Żr´┐Żs devant la justice.

ii. Pers´┐Żcution des autres membres des FDU-Inkingi

En m´┐Żme temps que la campagne de diabolisation et d´┐Żagression contre Mme Ingabire s´┐Żintensifiait, les autres membres du parti qui ont os´┐Ż s´┐Żaffirmer comme tels ou soup´┐Żonn´┐Żs de l´┐Ż´┐Żtre, furent ´┐Ż leur tour pers´┐Żcut´┐Żs, renvoy´┐Żs de leur travail, battus et certains furent emprisonn´┐Żs ou port´┐Żs disparus. Alors qu´┐Żils se pr´┐Żparaient ´┐Ż participer ´┐Ż une manifestation organis´┐Że par l´┐Żopposition[2] en date du 24 juin 2010, des centaines de membres des FDU- Inkingi ont ´┐Żt´┐Ż interpell´┐Żs et battus par des policiers ´┐Ż Gishushu (Remera) ainsi que devant le minist´┐Żre de la Justice ´┐Ż Kimihurura. Ils se rendaient ´┐Ż une manifestation pacifique devant le minist´┐Żre pour demander au gouvernement de lever : le refus d´┐Żenregistrement des FDU-Inkingi ; les mesures restrictives et les fausses accusations contre leur pr´┐Żsidente Mme Victoire Ingabire Umuhoza plac´┐Ż en r´┐Żsidence surveill´┐Że depuis le 22 avril 2010 et priv´┐Że de ses droits publics ´┐Żl´┐Żmentaires.

Deux membres du comit´┐Ż ex´┐Żcutif provisoire des FDU-Inkingi, M. SylvainSibomana, Secr´┐Żtaire g´┐Żn´┐Żral, et Mme Alice Muhirwa, furent arr´┐Żt´┐Żs et tortur´┐Żs par les ´┐Żl´┐Żments de la police nationale. Mme Alice Muhirwa sera hospitalis´┐Że plusieurs jours suite ´┐Ż ces maltraitances. D´┐Żautres responsables des FDU-Inkingi notamment ceux de la Ville de Kigali furent ´┐Żgalement battus, arr´┐Żt´┐Żs et mis en cachot avec des membres du PS-Imberakuri dont leur pr´┐Żsident Me Bernard Ntaganda. Derri´┐Żre les accusations criminelles port´┐Żes ´┐Ż l´┐Żencontre de tous ces membres, se cachent des motifs politiques : aucun citoyen n´┐Ża le droit de manifester pacifiquement contre le r´┐Żgime et les lois liberticides taill´┐Żes sur mesure afin de se maintenir ind´┐Żfiniment au pouvoir.

iii. Refus d´┐Żenregistrement du parti FDU-Inkingi

Les FDU-Inkingi sont un parti d´┐Żopposition fond´┐Ż en exil et qui a pris la d´┐Żcision de rentrer au Rwanda, y exercer ses droits politiques reconnus par la Constitution rwandaise et ce d´┐Żautant plus que les autorit´┐Żs rwandaises n´┐Żarr´┐Żtent pas de crier au monde entier que les portes sont ouvertes pour tous les r´┐Żfugi´┐Żs qui souhaitent rentrer dans leur pays. Lorsqu´┐Żelle arrive au Rwanda, Mme Ingabire entame directement les d´┐Żmarches administratives en vue de faire enregistrer les FDU-Inkingi, qui entre-temps avaient pu recruter les membres ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du pays. Comme le pr´┐Żvoit la loi rwandaise sur les partis politiques[3], pour ´┐Żtre agr´┐Ż´┐Ż, chaque formation politique doit tenir une Assembl´┐Że Constituante, r´┐Żunissant les repr´┐Żsentants du parti de chaque district, selon une r´┐Żpartition impos´┐Że par cette loi.

Les FDU-Inkingi ont demand´┐Ż ´┐Ż plusieurs reprises l´┐Żautorisation de tenir la Constituante, mais chaque fois cela leur fut refus´┐Ż. Dans un premier temps, les autorit´┐Żs locales pr´┐Żtendirent qu´┐Żil fallait d´┐Żabord la permission de la police, ce que cette derni´┐Żre rejeta, avant de se rabattre comme toujours sur des crimes suppos´┐Żs de Mme Ingabire, alors m´┐Żme que lors des premi´┐Żres demandes, elle ne faisait jusqu´┐Żalors l´┐Żobjet d´┐Żaucune inculpation. Lorsque l´┐Żautorisation fut demand´┐Że par le premier vice-pr´┐Żsident du Comit´┐Ż Ex´┐Żcutif Provisoire, ce fut la m´┐Żme rengaine, alors que lui non plus, ne faisait l´┐Żobjet d´┐Żaucune poursuite. L´┐Ż´┐Żvidence finit par s´┐Żimposer, le r´┐Żgime en place ne voulait d´┐Żaucune mani´┐Żre la reconnaissance d´┐Żun v´┐Żritable parti d´┐Żopposition, mais pour tromper l´┐Żopinion, ce fut toujours les motifs criminels suppos´┐Żs de la pr´┐Żsidente de Mme Ingabire qui furent mis en exergue.

b. Transformations des motifs politiques en raisons criminelles

Ce que tout le monde redoutait depuis un certain temps, notamment depuis l´┐Żentr´┐Że en sc´┐Żne du Pr´┐Żsident Kagame, arriva. R´┐Żpondant ´┐Ż une ´┐Żni´┐Żme convocation de la police anti-criminelle (CID), Mme Ingabire f´┐Żt arr´┐Żt´┐Że le 21 avril 2010 vers 9 h GMT. Stupeur et consternation s´┐Żinstall´┐Żrent parmi ceux qui luttent pour la d´┐Żmocratie et qui r´┐Żvaient d´┐Żune amorce d´┐Żun changement d´┐Żmocratique et pacifique. Le m´┐Żme jour, elle fut pr´┐Żsent´┐Że au parquet pour lui signifier qu´┐Żelle ´┐Żtait inculp´┐Że pour id´┐Żologie du g´┐Żnocide, divisionnisme et collaboration avec un mouvement terroriste, les FDLR. Sa maison fut fouill´┐Że de fond en comble, ses ordinateurs, t´┐Żl´┐Żphones portables, flashs disc, SIM cards, CD´┐Żs, documents divers furent emport´┐Żs par la police et elle fut emmen´┐Że au cachot o´┐Ż elle passa la nuit. Par ces documents la police a pu se procurer tout le fonctionnement des FDU-Inkingi, les noms de leurs membres qu´┐Żelle a commenc´┐Ż ´┐Ż intimider et ´┐Ż harceler. Le 22 avril 2010, Mme Ingabire sera mise en libert´┐Ż sous contr´┐Żle judiciaire. Les harc´┐Żlements vont cependant continuer jusqu´┐Ż´┐Ż sa seconde arrestation le 14 octobre 2010 apr´┐Żs une semaine de si´┐Żge. Elle fut d´┐Żabord d´┐Żtenue ´┐Ż la station de police de Kicukiro avant d´┐Ż´┐Żtre transf´┐Żr´┐Że ´┐Ż la prison centrale de Kigali, appel´┐Że ´┐Ż 1930 ´┐Ż, o´┐Ż elle est d´┐Żtenue jusqu´┐Żaujourd´┐Żhui.

c. Les chefs d´┐Żaccusation :

i. L´┐Żid´┐Żologie du g´┐Żnocide :

´┐Ż Moi et ma formation politique FDU-Inkingi, fond´┐Że en 2006, reconnaissons qu´┐Żen 1994 il y a eu au Rwanda un g´┐Żnocide contre les Tutsi. Nous reconnaissons aussi qu´┐Żavant 1994, en 1994 et apr´┐Żs 1994, il y a eu au Rwanda des crimes de guerre et des crimes contre l´┐Żhumanit´┐Ż ayant vis´┐Ż les autres composantes de la population rwandaise. Ce sont des faits concrets auxquels nous avons assist´┐Ż et qui ont ´┐Żt´┐Ż reconnus par l´┐ŻOrganisation des Nations Unies dans sa R´┐Żsolution 955 du 08 novembre 1994. Nous affirmons aussi sans ambages que toute personne ayant une responsabilit´┐Ż dans ces crimes, qu´┐Żelle ait fait partie de l´┐Żancien r´┐Żgime ou qu´┐Żelle fasse partie du r´┐Żgime actuel, doive r´┐Żpondre de ses actes devant la justice. Tous ces deux crimes sont graves et sont imprescriptibles mais nous n´┐Żavons jamais cherch´┐Ż ´┐Ż les comparer ni ´┐Ż exon´┐Żrer les responsabilit´┐Żs des uns par les responsabilit´┐Żs des autres. Nous reconnaissons aussi que le crime de g´┐Żnocide est le degr´┐Ż le plus haut de l´┐Żinhumanit´┐Ż. Nous militons pour que la souffrance de tous les rescap´┐Żs soit suffisamment reconnue et qu´┐Żune indemnisation sp´┐Żciale leur soit accord´┐Że ´┐Ż, Mme Victoire Ingabire Umuhoza, Communiqu´┐Ż des FDU-Inkingi du 03 mai 2010.

Cette d´┐Żclaration est on ne peut plus claire et reprend ce que les FDU-Inkingi et sa pr´┐Żsidente ont toujours dit publiquement. Il n´┐Ży a aucun doute sur la reconnaissance du g´┐Żnocide par les FDU-Inkingi et par sa pr´┐Żsidente. Elle est donc victime de la d´┐Żlation mensong´┐Żre du FPR qui veut liquider tout leader d´┐Żopinion en se servant de la loi n´┐Ż18/2008 du 23/07/2008 sur l´┐Żid´┐Żologie g´┐Żnocidaire. Cette loi a ´┐Żt´┐Ż con´┐Żue d´┐Żune fa´┐Żon voulue vague et ambig´┐Że comme outil de chantage, pour la faire peser comme l´┐Ż´┐Żp´┐Że de Damocl´┐Żs, sur toute personne qui ne partage pas la pens´┐Że unique du FPR ou qui se hasarde ´┐Ż affirmer que le FPR a commis des crimes contre l´┐Żhumanit´┐Ż, voire m´┐Żme des actes qui pourraient ´┐Żtre qualifi´┐Żs de g´┐Żnocide contre les hutus (Proc´┐Żs Peter Erlinder, V. Ingabire Umuhoza, Deo Mushayidi, Paul Rusesabagina, Ntaganda Bernard, etc. ).

Toute diff´┐Żrence de point de vue sur les faits av´┐Żr´┐Żs de notre histoire r´┐Żcente, toute ´┐Żvocation des crimes et des victimes du FPR pendant le conflit de 1990 ´┐Ż 1994 et apr´┐Żs, peut ´┐Żtre assimil´┐Ż ´┐Ż l´┐Żid´┐Żologie du g´┐Żnocide. Le ministre rwandais de la justice Tharcisse Kagarurama avait lui-m´┐Żme reconnu que cette loi posait probl´┐Żme, cela apr´┐Żs que les organisations de d´┐Żfense des droits de l´┐Żhomme telle que l´┐Żorganisation Amnesty International avaient ´┐Żmis des r´┐Żserves fortes dans ce sens, mais depuis lors rien n´┐Ża chang´┐Ż[4].

ii. Divisionnisme :

Les FDU-Inkingi sont une formation d´┐Żopposition. Cela n´┐Żest nullement un myst´┐Żre que sur le plan de la gouvernance du pays et de la coh´┐Żsion nationale les FDU-Inkingi sont en opposition totale avec le r´┐Żgime. Notre formation ne peut pas accepter de se ranger derri´┐Żre le parti qui dirige actuellement le pays sous pr´┐Żtexte que ne pas avoir la m´┐Żme vision que le FPR est volontairement assimil´┐Ż ´┐Ż du divisionnisme. La Constitution de notre pays, que le r´┐Żgime du FPR a mise en place lui-m´┐Żme, reconna´┐Żt le multipartisme, les citoyens ont en principe le droit d´┐Żavoir des projets politiques concurrents de ceux du parti au pouvoir. Dire au monde entier que les Rwandais sont sous le joug de la peur et d´┐Żun totalitarisme politique d´┐Żun autre ´┐Żge, d´┐Żnoncer une justice qui est sous la coupole de l´┐Żex´┐Żcutif et des tribunaux populaires ´┐Żgacaca´┐Ż qui ne permettent pas l´┐Żassistance par un conseil, d´┐Żnoncer la famine criante dans les campagnes rwandaises et les bidonvilles, regretter que les soins de sant´┐Ż de base fassent d´┐Żfaut malgr´┐Ż l´┐Żaffiliation obligatoire ´┐Ż une mutuelle de sant´┐Ż, et que l´┐Żacc´┐Żs aux ´┐Żcoles secondaires et sup´┐Żrieures soit soumis ´┐Ż des crit´┐Żres discriminatoires, condamner les violations graves du droit humanitaire et le pillage massif des ressources naturelles du Congo et demander que les auteurs de tels crimes soient poursuivis; c´┐Żest cela que le r´┐Żgime appelle le divisionnisme et qui est reproch´┐Ż ´┐Ż la pr´┐Żsidente des FDU-Inkingi.

iii. Collaboration avec un groupe terroriste :

La d´┐Żcision de rentrer pacifiquement faire la politique au Rwanda et contre un r´┐Żgime que nous savions dictatorial et irrespectueux des droits fondamentaux des citoyens n´┐Ża pas ´┐Żt´┐Ż simple et n´┐Ża pas ´┐Żt´┐Ż prise ´┐Ż la l´┐Żg´┐Żre. Tous les scenarii pour r´┐Żsoudre les probl´┐Żmes politiques du Rwanda ont ´┐Żt´┐Ż examin´┐Żs avec leurs cons´┐Żquences, et bien que nous trouvions la voie pacifique sem´┐Że de beaucoup d´┐Żemb´┐Żches, elle nous est parue la meilleure solution ´┐Ż long terme, car elle est la seule capable de garantir une alternance sans nouvelle effusion de sang et en pr´┐Żservant le tissu social rwandais.

En tant que politique, Mme Ingabire a effectivement rencontr´┐Ż un d´┐Żl´┐Żgu´┐Ż des FDLR, ´┐Ż Barcelone en Espagne ; la rencontre ´┐Żtait facilit´┐Że par des Organisations Non-Gouvernementales de ce pays. Beaucoup de participants ont pris part ´┐Ż cette rencontre, parmi lesquels une d´┐Żl´┐Żgation venue du Rwanda dont un parmi eux s´┐Żest d´┐Żclar´┐Ż ouvertement d´┐Żappartenance FPR[5]. Les FDLR sont des Rwandais comme les autres, elles ont besoin d´┐Ż´┐Żtre rassur´┐Żes pour regagner le bercail sans avoir peur d´┐Ż´┐Żtre accus´┐Żes arbitrairement, et il n´┐Ży a rien d´┐Żanormal ´┐Ż ce qu´┐Żils participent ´┐Ż une r´┐Żunion ayant pour objet la r´┐Żconciliation.

Les FDU-Inkingi sont en d´┐Żsaccord total avec la politique du gouvernement de ´┐Ż d´┐Żbauchage ´┐Ż de quelques dirigeants des FDLR, tout en privil´┐Żgiant l´┐Żusage de la force contre tous les autres, comme si le gouvernement n´┐Żavait aucun int´┐Żr´┐Żt ´┐Ż ce que le probl´┐Żme des FDLR soit r´┐Żsolu une fois pour toutes. Nous savons par exp´┐Żrience, que jamais le seul usage de la force n´┐Ża contribu´┐Ż ´┐Ż r´┐Żsoudre les probl´┐Żmes ayant des origines politiques. C´┐Żest cette position politique qui vaut ´┐Ż la pr´┐Żsidente des FDU-Inkingi d´┐Ż´┐Żtre accus´┐Że de collaboration avec un mouvement ´┐Ż terroriste ´┐Ż.

iv. Propagation des rumeurs visant ´┐Ż soulever la population contre le pouvoir :

Les FDU-Inkingi sont une formation qui s´┐Żint´┐Żresse d´┐Żabord ´┐Ż la population. Lorsqu´┐Ż elles montrent tous les probl´┐Żmes auxquels la population est confront´┐Że, ce n´┐Żest pas elles qui doivent ´┐Żtre accus´┐Żes de soulever la population contre le pouvoir. C´┐Żest au contraire ce m´┐Żme pouvoir qui est ´┐Ż l´┐Żorigine du m´┐Żcontentement de la population, qui doit ´┐Żtre d´┐Żnonc´┐Ż, ´┐Ż cause de sa politique qui privil´┐Żgie les int´┐Żr´┐Żts d´┐Żun groupe d´┐Żindividus au d´┐Żtriment du reste de la population, exerce une justice politique qui fait la chasse aux sorci´┐Żres, d´┐Żveloppe la d´┐Żlation pour semer la haine et les ranc´┐Żurs entre les citoyens pour continuer ´┐Ż r´┐Żgner sur les divisions, ravage les cultures des agriculteurs pour les affamer et les maintenir dans la d´┐Żpendance. Ce n´┐Żest donc pas un crime pour une formation d´┐Żopposition de pointer du doigt les probl´┐Żmes majeurs auxquels la population fait face et auxquels le parti veut proposer des solutions alternatives.

v. Cr´┐Żation d´┐Żune arm´┐Że rebelle pour renverser le pouvoir par la force :

Connaissant les ant´┐Żc´┐Żdents qu´┐Żil a cr´┐Ż´┐Żs lui-m´┐Żme, contrairement ´┐Ż l´┐Żassertion pr´┐Żtendant qu´┐Żil se soucie de l´┐Żint´┐Żr´┐Żt de la s´┐Żcurit´┐Ż du peuple rwandais, le FPR cherche ´┐Ż prot´┐Żger ´┐Ż tout prix son syst´┐Żme, et crie au loup chaque fois qu´┐Żun opposant ose se d´┐Żclarer ouvertement contre son totalitarisme. En effet, ce r´┐Żgime, parce qu´┐Żil ne croit pas du tout en l´┐Żalternance politique par des voies pacifiques et d´┐Żmocratiques, a peur qu´┐Żune autre organisation ne cherche ´┐Ż r´┐Ż´┐Żditer ses exploits de conqu´┐Żte du pouvoir par les armes. Le G´┐Żn´┐Żral Paul Kagame, ´┐Ż cause de sa gouvernance dictatoriale et des graves crimes contre l´┐Żhumanit´┐Ż qu´┐Żil est soup´┐Żonn´┐Ż d´┐Żavoir personnellement ou par d´┐Żl´┐Żgation commis, sait pertinemment qu´┐Żil ne peut pas gagner des ´┐Żlections libres et transparentes.

Les accusations selon lesquelles la pr´┐Żsidente des FDU-Inkingi serait impliqu´┐Że dans des actions militaires et dans la formation de groupes terroristes sont mensong´┐Żres et des pures affabulations. Le procureur de la R´┐Żpublique appuie toute son accusation sur les d´┐Żclarations d´┐Żun autre accus´┐Ż devenu t´┐Żmoin cl´┐Ż, un certain Vital Uwumuremyi, qui affirme qu´┐Żil aurait propos´┐Ż ´┐Ż madame Victoire Ingabire la cr´┐Żation d´┐Żun mouvement rebelle CDF, et qu´┐Żelle aurait accept´┐Ż le plan, et pay´┐Ż quelques milliers de dollars pour une ´┐Żtude de faisabilit´┐Ż. Personne dans la r´┐Żgion n´┐Żest au courant de ce mouvement. Le m´┐Żme t´┐Żmoin cl´┐Ż a fourni une liste de complices, eux aussi ex-membres des FDLR, qui par hasard ´┐Żtaient d´┐Żj´┐Ż en prison avant le retour de l´┐Żaccus´┐Że principale au Rwanda.

Autour des d´┐Żclarations de ces accus´┐Żs-t´┐Żmoins, le minist´┐Żre public a construit une double accusation de cr´┐Żation d´┐Żune r´┐Żbellion, d´┐Żactes terroristes pour tenter de renverser le r´┐Żgime par la force. Heureusement que le ridicule ne tue pas ! Le parquet rwandais a m´┐Żme pr´┐Żtendu que le puits perdu de sa maison de location destin´┐Ż ´┐Ż collecter des eaux de pluies serait une tranch´┐Że militaire. Aussi, ces d´┐Żlations soutenues par des prisonniers qui se rach´┐Żtent ou sont pay´┐Żs aux gros sous par les services secrets, sont-elles d´┐Żnu´┐Żes de tout fondement et sont devenues monnaies courantes pour neutraliser ou emprisonner tous les opposants au r´┐Żgime du G´┐Żn´┐Żral Kagame[6]. C´┐Żest ainsi que D´┐Żo Mushayidi, Bernard Ntaganda, Paul Rusesabagina, et caetera font tous l´┐Żobjet du m´┐Żme chef d´┐Żaccusation que Mme Victoire Ingabire Umuhoza.

vi.Complicit´┐Ż dans les actes visant ´┐Ż renverser le pouvoir par la force :

Toute formation d´┐Żopposition s´┐Żinscrit dans la ligne de remplacement du pouvoir auquel il est oppos´┐Ż. En choisissant de rentrer au Rwanda pour y faire la politique, les FDU-Inkingi ont annonc´┐Ż clairement leur intention de remplacer le pouvoir du FPR par un pouvoir issu des urnes, c´┐Żest-´┐Ż-dire issu du choix du peuple. Pour des raisons que nous avons expliqu´┐Żes, les FDU-Inkingi ont cependant exclu l´┐Żusage de la force et ont choisi la voie pacifique, la seule nous semble ´┐Żtre la meilleure solution ´┐Ż long terme. Les FDU-Inkingi n´┐Żont donc rien avoir avec ceux qui pr´┐Żpareraient le renversement du pouvoir par la force. C´┐Żest de nouveau un crime fabriqu´┐Ż de toutes pi´┐Żces pour emp´┐Żcher les FDU-Inkingi d´┐Ż´┐Żtre en comp´┐Żtition pour le pouvoir.

d. Ing´┐Żrences de l´┐Żex´┐Żcutif et des autorit´┐Żs politiques dans le dossier judiciaire

Dans un Etat de droit digne de ce nom, le syst´┐Żme ex´┐Żcutif est garant du respect de la Constitution. La Constitution rwandaise reconna´┐Żt l´┐Żind´┐Żpendance du syst´┐Żme judiciaire et l´┐Ż´┐Żgalit´┐Ż de tous les citoyens devant la loi. La pr´┐Żsomption d´┐Żinnocence est par ailleurs reconnue par la loi aussi longtemps qu´┐Żil n´┐Ży a pas eu de condamnation par un tribunal comp´┐Żtent.

M´┐Żme si l´┐Żind´┐Żpendance de la justice rwandaise est sujette ´┐Ż caution, les plus hautes autorit´┐Żs rwandaises, ´┐Ż commencer par la premi´┐Żre d´┐Żentre-elles, le Pr´┐Żsident de la R´┐Żpublique, le G´┐Żn´┐Żral Paul Kagame, n´┐Żont pas attendu que la justice se prononce dans le dossier de Mme Ingabire pour l´┐Żaccuser sans nuance aucune des crimes invent´┐Żs de toutes pi´┐Żces.

Le ballet des attaques fut initi´┐Ż d´┐Żs le lendemain de son arriv´┐Że au Rwanda par le ministre de la s´┐Żcurit´┐Ż int´┐Żrieure et pr´┐Żsident du Parti D´┐Żmocratique Id´┐Żal, un parti-satellite du FPR, Sheikh Mussa Fazil Harerimana. Dans son interview dans le quotidien ind´┐Żpendant pro-gouvernemental, The New Times[7], le ministre Harerimana charge Mme Ingabire et l´┐Żaccusa de r´┐Żvisionniste et de n´┐Żgationniste et la mena´┐Ża de poursuites pour la simple raison qu´┐Żelle avait os´┐Ż dire que les victimes hutues du conflit rwandais devaient elles aussi ´┐Ż l´┐Żinstar des victimes du g´┐Żnocide des Tutsis, ´┐Żtre honor´┐Żes dignement. Voil´┐Ż la dialectique du FPR , ´┐Żvoquer les victimes hutues est assimil´┐Że ´┐Ż nier le g´┐Żnocide des Tutsis!

Dans le m´┐Żme ordre d´┐Żid´┐Żes, le Secr´┐Żtaire Ex´┐Żcutif de la Commission Nationale de Lutte contre le G´┐Żnocide (CNLG), Jean de Dieu Mucyo s´┐Żen est pris violemment ´┐Ż Mme Ingabire qu´┐Żil accusa de divisionniste et en appela aux autorit´┐Żs pour trouver une suite appropri´┐Że. Le m´┐Żme discours fut poursuivi ensuite les partis satellites du FPR. M. Jean Damasc´┐Żne Ntawukuriryayo, pr´┐Żsident du Parti Social D´┐Żmocratique (PSD) et porte-parole du S´┐Żnat d´┐Żalors, qui insinua que Mme Ingabire semait le doute sur l´┐Żexistence du g´┐Żnocide commis contre les Tutsis., Ensuite M. Protais Mitali, pr´┐Żsident du Parti Lib´┐Żral, qui accusa Mme Ingabire de jouer la carte ethnique[8].

A tout seigneur tout honneur, la palme d´┐Żor revient enfin au Pr´┐Żsident Paul Kagame lui-m´┐Żme. Dans un discours tr´┐Żs remont´┐Ż prononc´┐Ż le 07 avril 2010, ´┐Ż l´┐Żoccasion de la comm´┐Żmoration du g´┐Żnocide, le pr´┐Żsident Paul Kagame traita publiquement Mme Victoire Ingabire Umuhoza de ´┐Ż hooligan que les Occidentaux veulent placer ´┐Ż la t´┐Żte du pays ´┐Ż[9].

Dans plusieurs sorties publiques, le pr´┐Żsident de la R´┐Żpublique se prit ´┐Ż elle, allant jusqu´┐Ż´┐Ż d´┐Żclarer que Mme Ingabire allait se heurter ´┐Ż un ´┐Ż mur de lois ´┐Ż qui l´┐Żemp´┐Żchera de se pr´┐Żsenter ´┐Ż l´┐Ż´┐Żlection pr´┐Żsidentielle. Il n´┐Żh´┐Żsita pas ´┐Ż d´┐Żclarer que ´┐Ż nous nous sommes battus et ce que nous [le FPR, ndlr] avons obtenu par les armes, ils ne nous le prendront pas par les urnes ´┐Ż. Dans un autre discours, il d´┐Żclara que l´┐Żespace politique au Rwanda ´┐Żtait pleine. D´┐Żs lors que le Pr´┐Żsident de la R´┐Żpublique parle en ces termes, on comprend ais´┐Żment le lien entre la politique et la justice ainsi que la marge de man´┐Żuvre qui reste ´┐Ż cette derni´┐Żre, qui d´┐Żsormais peut se mettre au travail pour ex´┐Żcuter les ordres venus de la pr´┐Żsidence de la R´┐Żpublique.

e. Conclusion

Comme nous venons de le montrer tout au long de ce document, le proc´┐Żs intent´┐Ż ´┐Ż Mme Victoire Ingabire Umuhoza est un proc´┐Żs politique destin´┐Ż ´┐Ż ´┐Żcarter un concurrent politique dans le but de p´┐Żrenniser la dictature du parti-Etat, le FPR. D´┐Żs que les FDU-Inkingi ont annonc´┐Ż leur intention de rentrer faire la politique au Rwanda, les attaques de toutes sortes ont commenc´┐Ż et aucune initiative n´┐Ża ´┐Żt´┐Ż laiss´┐Że de c´┐Żt´┐Ż pour dissuader les FDU-Inkingi de rentrer au Rwanda. Du refus des passeports aux membres du parti qui souhaitaient rentrer au Rwanda avec la pr´┐Żsidente pour implanter le parti, aux accusations sans fondement de collaboration avec les rebelles des FDLR op´┐Żrant ´┐Ż l´┐ŻEst de la R´┐Żpublique D´┐Żmocratique du Congo, rien n´┐Ża ´┐Żt´┐Ż laiss´┐Ż au hasard. Voyant la d´┐Żtermination toujours intacte de la Pr´┐Żsidente des FDU-Inkingi, les strat´┐Żges du r´┐Żgime ont opt´┐Ż pour la transformation sournoise des motifs politiques en raisons criminelles pour barrer la route aux FDU-Inkingi et ´┐Ż Mme Ingabire, leur pr´┐Żsidente. La transformation de son discours au m´┐Żmorial de Gisozi, la campagne m´┐Żdiatique haineuse men´┐Że par une presse du r´┐Żgime partisane, l´┐Żing´┐Żrence des autorit´┐Żs dans le dossier judiciaire, les attaques physiques dirig´┐Żes contre Mme Ingabire dans les locaux administratifs du secteur Kinyinya, alors qu´┐Żelle y avait ´┐Żt´┐Ż invit´┐Że par les autorit´┐Żs pour des d´┐Żmarches administratives, le changement permanent des charges port´┐Żes contre elles, la fabrication des t´┐Żmoins et des preuves par le procureur et les services secrets, le refus de laisser Mme Ingabire s´┐Żentretenir avec ses avocats en toute libert´┐Ż, etc. sont autant d´┐Ż´┐Żl´┐Żments qui nous permettent de conclure que ce proc´┐Żs est politique et que sa solution ne peut ´┐Żtre que politique.

Comme l´┐Ża dit le professeur Filip Reyntjens (chronique politique du Rwanda 2009-2010, Anvers, mai 2010), Mme Ingabire est en fin de compte victime d´┐Żavoir publiquement mis en cause les fondements m´┐Żme du pouvoir en s´┐Żattaquant ´┐Ż trois monopoles du FPR: a) le statut du FPR comme ´┐Żautorit´┐Ż morale´┐Ż, b) le statut des Tutsis comme ´┐Żseuls victimes´┐Ż du g´┐Żnocide rwandais, c) le statut des Hutus comme ´┐Żcriminels´┐Ż. Ces trois piliers constituent en fait la base de la l´┐Żgitimit´┐Ż interne et internationale du FPR. Son r´┐Żgime a donc vu l´┐Ż´┐Żmergence d´┐Żune r´┐Żelle opposition ´┐Ż l´┐Żint´┐Żrieur du pays, qui revendique l´┐Żouverture de l´┐Żespace politique, comme une menace d´┐Żune situation que le FPR consid´┐Żrait comme acquise, ´┐Ż savoir : le contr´┐Żle total de la politique et de la soci´┐Żt´┐Ż rwandaise.

Mais alors, un pouvoir qui s´┐Żest impos´┐Że par la force et par cons´┐Żquent ill´┐Żgitime, peut-il rendre justice ? Un pouvoir totalitaire us´┐Ż, pr´┐Żsum´┐Ż criminel, n´┐Żpotiste, client´┐Żliste, incapable de r´┐Żsoudre l´┐Ż´┐Żpineux probl´┐Żme de la r´┐Żconciliation nationale et la plupart des probl´┐Żmes auxquels sont confront´┐Żs nos concitoyens, ne m´┐Żrite-t-il pas plut´┐Żt d´┐Ż´┐Żtre remplac´┐Ż par un pouvoir choisi par le peuple ? Nous tenterons prochainement d´┐Żapporter une esquisse de r´┐Żponse ´┐Ż toutes ces interrogations

Pour le Comit´┐Ż de coordination FDU-Inkingi
Dr Emmanuel Mwiseneza
D´┐Żl´┐Żgu´┐Ż ´┐Ż l´┐ŻInformation et ´┐Ż la Communication


[1] Amnesty International on Saturday called on Rwanda to stop using a law aimed preventing ´┐Ż´┐Żgenocide ideology´┐Ż´┐Ż to stifle dissent and charge critics and journalists, in http://news.yahoo.com/s/afp/20110618/wl_africa_afp/rwandapoliticsrightsmedia_20110618152919

[2] Cette manifestation dont l´┐Żautorisation avait ´┐Żt´┐Ż demand´┐Że par le Parti PS-Imberakuri fond´┐Ż par Me Bernard Ntaganda, aujourd´┐Żhui lui-m´┐Żme en prison, fut r´┐Żprim´┐Że sauvagement par la police avant m´┐Żme qu´┐Żelle n´┐Żait lieu.

[3] Loi organique n´┐Ż 19/2007 du 04/05/2007, compl´┐Żtant la loi organique n´┐Ż 16/2003 du 27/06/2003 : m´┐Żme si cette loi est con´┐Żue sur mesure pour dissuader les autres partis politiques de voir le jour, les FDU-Inkingi avaient d´┐Żcid´┐Ż de la respecter et avaient r´┐Żussi ´┐Ż remplir les conditions draconiennes impos´┐Że par cette loi.

[4] ´┐Ż R´┐Żagissant ´┐Ż ce texte, le ministre rwandais de la Justice Tharcisse Karugarama a estim´┐Ż que ces lois ont ´┐Żt´┐Ż vot´┐Żes dans l´┐Żint´┐Żr´┐Żt du Rwanda pour ´┐Żviter la r´┐Ż´┐Żdition du g´┐Żnocide perp´┐Żtr´┐Ż contre les Tutsi en 1994. ´┐Ż´┐ŻComme d´┐Żautres pays ´┐Ż travers le monde, le Rwanda a des lois sur l´┐Żid´┐Żologie du g´┐Żnocide pour que nous ne retournions jamais ´┐Ż la haine et au divisionnisme du passÚá╗, a expliqu´┐Ż M. Karugarama, dans un communiqu´┐Ż officiel d´┐Żnon´┐Żant un rapport ´┐Ż´┐Żinexact et partisan´┐Ż´┐Ż. ´┐Ż´┐ŻToutefois, dans le processus de reconstruction de notre pays et de d´┐Żveloppement de notre syst´┐Żme de justice, nous sommes en train d´┐Żamender tous nos textes de loi´┐Ż´┐Ż, a-t-il expliqu´┐Ż. ´┐Ż´┐ŻAinsi, les lois sur l´┐Żid´┐Żologie du g´┐Żnocide et le divisionnisme sont actuellement en cours de r´┐Żvision et nous les amenderons dans l´┐Żint´┐Żr´┐Żt du Rwanda´┐Ż´┐Ż, a ajout´┐Ż ce responsable, sans pr´┐Żciser la nature de cette r´┐Żvision. ´┐Ż, (Rwanda: Amnesty demande la r´┐Żvision des lois sur “l’id´┐Żologie du g´┐Żnocide”)

[5] http://www.veritasrwandaforum.org/dialeg/COMMUNIQUE_FINAL_DIALOGUE_INTRA.pdf

[6] Rwanda: Stop Attacks on Journalists, Opponents

[7] The New Times, Monday 18th January 2010

[8] Idem

[9] http://www.rnanews.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3115:qforeigners-imposing-hooligans-like-ingabire-on-rwandaq&catid=17:politics&Itemid=36

0 comments

There are no comments yet...

Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment