Tribune d'Information sur le Rwanda

France-Rwanda: Le casse-t´┐Żte de la veuve Habyarimana

Agathe Habyarimana, veuve du pr´┐Żsident rwandais pendant le g´┐Żnocide, vit en France. Un titre de s´┐Żjour vient de lui ´┐Żtre de nouveau refus´┐Ż mais elle ne peut quitter le pays. Le Rwanda a fait une demande d’extradition qui sera examin´┐Że fin juin 2011.

PrÚsident JuvÚnal Habyarimana et son Úpouse Agathe Kanziga

Pr´┐Żsident Habyarimana et son ´┐Żpouse Agathe Kanziga

C´┐Żest peut-´┐Żtre la plus c´┐Żl´┐Żbre sans-papiers de France, m´┐Żme si beaucoup de gens ignorent encore son existence et son ´┐Żtrange situation juridico-administrative: Agathe Habyarimana, veuve du pr´┐Żsident rwandais Juv´┐Żnal Habyarimana, est en effet aujourd´┐Żhui ´┐Ż la fois menac´┐Że de reconduite ´┐Ż la fronti´┐Żre et´┐Ż interdite de quitter le territoire fran´┐Żais.

Th´┐Żoriquement, la menace d´┐Żune reconduite ´┐Ż la fronti´┐Żre est devenue un peu plus concr´┐Żte mardi 24 mai quand la pr´┐Żfecture de l´┐ŻEssonne a fait savoir qu´┐Żelle avait rejet´┐Ż deux semaines plus t´┐Żt la demande d’Agathe Habyarimana. Depuis d´┐Żcembre 2009, elle sollicitait un titre de s´┐Żjour, au titre de la “vie priv´┐Że et familiale” (plusieurs de ses enfants sont d´┐Żsormais Fran´┐Żais).

Pas question, a r´┐Żpondu la pr´┐Żfecture, qui avait assimil´┐Ż sa pr´┐Żsence dans le d´┐Żpartement ´┐Ż ´┐Żune menace pour l´┐Żordre public´┐Ż. Si elle n´┐Żavait pas demand´┐Ż elle-m´┐Żme ce titre de s´┐Żjour, elle aurait d´┐Żailleurs peut-´┐Żtre ´┐Żvit´┐Ż ce camouflet, et les risques qu´┐Żil enclenche.

Car, depuis treize ans, elle vit de mani´┐Żre permanente en France, sans aucun papier l´┐Ży autorisant. Or tout le monde sait o´┐Ż elle habite, tout le monde sait qu´┐Żelle n´┐Ża jamais obtenu la r´┐Żgularisation de sa situation. Il est vrai qu´┐Ż´┐Ż chaque fois qu´┐Żelle a essay´┐Ż, on l´┐Ża renvoy´┐Że aux fant´┐Żmes de son pass´┐Ż.

Car ce n´┐Żest pas la premi´┐Żre fois que l´┐Żancienne premi´┐Żre dame du Rwanda se heurte ´┐Ż l´┐Żadministration fran´┐Żaise. A chaque fois, elle exploite tous les recours possibles, pour l´┐Żinstant sans succ´┐Żs. Bien au contraire´┐Ż

Un ´┐Żr´┐Żle central´┐Ż dans le g´┐Żnocide

Pour son titre de s´┐Żjour, son avocat Maitre Philippe Meilhac a bataill´┐Ż pendant dix mois contre la pr´┐Żfecture de l´┐ŻEssonne. Laquelle avait d´┐Żj´┐Ż rejet´┐Ż une premi´┐Żre fois cette demande en juillet 2010. Cinq mois plus tard, en d´┐Żcembre 2010, le tribunal administratif de Versailles semble donner raison ´┐Ż l´┐Żavocat, en demandant ´┐Ż la pr´┐Żfecture de r´┐Żexaminer sa d´┐Żcision. Mais, finalement, celle-ci persiste et signe: pas de carte de s´┐Żjour pour cette grand-m´┐Żre de pr´┐Żs de 69 ans, qui vit dans une grande maison, au c´┐Żur d´┐Żun quartier r´┐Żsidentiel de Courcouronnes.

Ce rejet en rappelle un autre: il y a quatre ans, en 2007, la veuve du pr´┐Żsident Habyarimana tente un recours pour obtenir l´┐Żasile politique en France. Malgr´┐Ż une demande en 2004, l´┐ŻOffice fran´┐Żais des r´┐Żfugi´┐Żs et apatrides (Ofpra) ne lui avait jamais r´┐Żpondu! La Cour nationale du droit d´┐Żasile va donc prendre le relais. Et lui opposer un refus cinglant. Ultime tentative, le pourvoi en cassation devant le Conseil d´┐ŻEtat sera aussi inutile que contre-productif. Car la plus haute administration fran´┐Żaise confirmera, en octobre 2009, la d´┐Żcision de la Cour nationale du droit d´┐Żasile. En des termes qui ne laissent aucun doute sur les raisons de ce rejet, confirmant les soup´┐Żons selon lesquels ´┐ŻMme Habyarimana avait jou´┐Ż un r´┐Żle central au sein du premier cercle du pouvoir rwandais et pris part ´┐Ż ce titre ´┐Ż la pr´┐Żparation et ´┐Ż la planification du g´┐Żnocide´┐Ż.

D´┐Żj´┐Ż ´┐Ż ce stade la situation peut para´┐Żtre incroyable: voil´┐Ż une femme ouvertement soup´┐Żonn´┐Że d´┐Żavoir jou´┐Ż un r´┐Żle majeur (´┐Żpr´┐Żparation et planification´┐Ż affirme le Conseil d´┐ŻEtat) dans le dernier g´┐Żnocide du XXe si´┐Żcle, celui qui en 1994 a extermin´┐Ż la minorit´┐Ż Tutsi du Rwanda, ainsi que tous ceux parmi les Hutu, l´┐Żethnie majoritaire, qui s´┐Żopposaient ´┐Ż la solution finale.

Or, malgr´┐Ż ces soup´┐Żons d´┐Żune gravit´┐Ż exceptionnelle, elle reste en libert´┐Ż. Mais´┐Ż sans papiers, puisque l´┐Żadministration fran´┐Żaise prend visiblement tr´┐Żs au s´┐Żrieux ses accusations et r´┐Żagit en cons´┐Żquence, l´┐Ż o´┐Ż la justice et la police semblent t´┐Żtanis´┐Żes.

Pourtant Agathe Habyarimana, qu´┐Żon appelle aussi Agathe Kanziga (au Rwanda, non seulement le pr´┐Żnom, mais aussi le nom, sont individuels), int´┐Żresse aussi la justice. Ce qui lui vaut d´┐Żailleurs aujourd´┐Żhui cette interdiction de quitter le territoire.

Un cas complexe pour la France

En France, la curiosit´┐Ż des juges a pu sembler tardive et lente. A leur d´┐Żcharge, il faut rappeler qu’Agathe Habyarimana quitte d´┐Żfinitivement le Rwanda dans un avion militaire fran´┐Żais, le 9 avril 1994. Apr´┐Żs un transit ´┐Ż Bangui (R´┐Żpublique centrafricaine), elle d´┐Żbarque quelques jours plus tard ´┐Ż Paris o´┐Ż les autorit´┐Żs fran´┐Żaises lui d´┐Żroulent le tapis rouge. N´┐Żest-elle pas la veuve d´┐Żun Pr´┐Żsident qui vient d´┐Ż´┐Żtre assassin´┐Ż et qui ´┐Żtait depuis longtemps l´┐Żalli´┐Ż de Paris?

C´┐Żest bien le probl´┐Żme. Car la d´┐Żrive ethniste du r´┐Żgime Habyarimana ´┐Żtait d´┐Żnonc´┐Że bien avant le g´┐Żnocide. Mais ´┐Ż Paris, on fait la sourde oreille et l´┐Żon ´┐Żsous-estime le caract´┐Żre autoritaire, ethnique et raciste´┐Ż du pouvoir en place, comme le reconna´┐Żtra timidement en 1998 une Commission parlementaire dirig´┐Że par Paul Quil´┐Żs.

Cet aveuglement sera lourd de cons´┐Żquences. Il explique aussi la difficult´┐Ż de la France ´┐Ż g´┐Żrer le cas d´┐ŻAgathe Habyarimana.

Or bien avant le g´┐Żnocide, d´┐Żs le d´┐Żbut des ann´┐Żes 1990, le r´┐Żle occulte de la femme du Pr´┐Żsident et de ses proches sera plusieurs fois d´┐Żnonc´┐Ż. C´┐Żest ´┐Ż cette ´┐Żpoque qu´┐Żon commence ´┐Ż parler de l´┐ŻAkazu: ´┐Żla petite maison´┐Ż. Un groupe form´┐Ż autour d´┐ŻAgathe Kanziga, aussi affairiste que mafieux voire, selon certains, quasi mystique. La veuve du Pr´┐Żsident a toujours ni´┐Ż l´┐Żexistence de cette cellule myst´┐Żrieuse, mais certains proches du pouvoir en confirmeront l´┐Żexistence, jusque devant le Tribunal p´┐Żnal international pour le Rwanda (TPIR) ´┐Ż Arusha, en Tanzanie.

Un ancien haut fonctionnaire rwandais pr´┐Żf´┐Żrera, lui, l´┐Żappellation de ´┐Żr´┐Żseau z´┐Żro´┐Ż, en r´┐Żf´┐Żrence ´┐Ż l´┐Żun des fr´┐Żres d´┐ŻAgathe, le fameux ´┐ŻMonsieur Z´┐Ż. Tout en ´┐Żvoquant les m´┐Żmes pratiques: corruption, assassinats, discours violemment anti-tutsi. Mais Christophe Mfizi, l’auteur du rapport sur ce r´┐Żseau pour le TPIR, d´┐Żpeint aussi une structure informelle, o´┐Ż les ordres ne sont jamais ´┐Żcrits, plut´┐Żt ´┐Żmurmur´┐Żs´┐Ż ´┐Ż l´┐Żoreille, lors de r´┐Żunions de famille.

La charge de la preuve

Et c´┐Żest bien l´┐Ż le probl´┐Żme: que peut-on prouver dans ce contexte? Agathe Habyarimana arrive ´┐Ż Paris au d´┐Żbut des massacres. Elle n´┐Ż´┐Żtait donc pas sur place quand le g´┐Żnocide a lieu au pays des Mille Collines. Mais que s´┐Żest-il pass´┐Ż avant?

Devant la Cour nationale du droit d´┐Żasile en 2007, elle affirme ne s´┐Ż´┐Żtre jamais int´┐Żress´┐Że ´┐Ż la politique, ne jamais avoir ´┐Żcout´┐Ż la radio, pr´┐Żf´┐Żrant s´┐Żoccuper de ses poules et de ses enfants. Le Tribunal d´┐ŻArusha, qui avait entam´┐Ż une enqu´┐Żte sur elle, semble avoir finalement jet´┐Ż l´┐Ż´┐Żponge en 2004.

Pourtant, devant la Commission du droit d´┐Żasile, le rapporteur dresse un r´┐Żquisitoire implacable, ´┐Ż tel point que les journalistes pr´┐Żsents eurent l´┐Żimpression d´┐Żassister ´┐Ż un proc´┐Żs avant l´┐Żheure!

Un mois plus tard, une association bas´┐Że ´┐Ż Reims, le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), porte plainte contre Agathe Kanziga. Plainte accept´┐Że par la justice fran´┐Żaise qui r´┐Żcup´┐Żre cet encombrant dossier.

Il faudra encore attendre la normalisation des relations franco-rwandaises, tr´┐Żs tendues depuis la fin du g´┐Żnocide, pour que les deux juges parisiennes en charge de l´┐Żenqu´┐Żte amorcent des investigations difficiles.

Fabienne Pouss et Mich´┐Żle Ganascia comptent notamment sur l´┐Żaide du Tribunal d´┐ŻArusha qui a jug´┐Ż le fr´┐Żre a´┐Żn´┐Ż d´┐ŻAgathe Habyarimana: le fameux ´┐ŻMonsieur Z´┐Ż, de son vrai nom Protais Zigiraniyrazo. Condamn´┐Ż ´┐Ż vingt ans de r´┐Żclusion en premi´┐Żre instance, il sera, ´┐Ż la surprise g´┐Żn´┐Żrale, acquitt´┐Ż en appel. Mais, depuis novembre 2009, il est toujours ´┐Ż Arusha: aucun pays n´┐Żaccepte de l´┐Żaccueillir.

Est-ce le sort qui attend aussi sa s´┐Żur Agathe, en cas de reconduite ´┐Ż la fronti´┐Żre? Il y a bien un pays qui souhaite sa pr´┐Żsence: son pays natal, le Rwanda. Tr´┐Żs vite apr´┐Żs le g´┐Żnocide, elle y figure en t´┐Żte de liste des suspects les plus recherch´┐Żs. Pourtant Kigali attendra l´┐Żautomne 2009 pour demander son extradition de France.

L´┐Ż encore, la r´┐Żconciliation entre les deux pays a jou´┐Ż et c´┐Żest la diplomatie qui impose le timing de la justice. Nicolas Sarkozy est, en f´┐Żvrier 2010, le premier chef d´┐ŻEtat fran´┐Żais ´┐Ż se rendre au Rwanda depuis le g´┐Żnocide. Quelques jours apr´┐Żs son retour, le 2 mars 2010, Agathe Habyarimana est pour la premi´┐Żre fois bri´┐Żvement arr´┐Żt´┐Że et plac´┐Że sous contr´┐Żle judiciaire.

La demande d´┐Żextradition vers le Rwanda sera finalement examin´┐Że le 29 juin 2011 devant la cour d´┐Żappel de Paris. Sera-t-elle encore en France? Th´┐Żoriquement, la d´┐Żcision de la pr´┐Żfecture de l´┐ŻEssonne aurait pu conduire ´┐Ż l´┐Żexpulser avant cette audience. Mais outre les recours pos´┐Żs par ses avocats, il faudrait d´┐Żabord lui trouver un pays d´┐Żaccueil´┐Ż Et m´┐Żme le retour au Rwanda semble compromis, la France n´┐Żayant jamais extrad´┐Ż jusqu´┐Ż´┐Ż pr´┐Żsent un ressortissant rwandais vers ce pays malgr´┐Ż plusieurs demandes.

L´┐Żimbroglio juridico-administratif risque donc de durer, suscitant pol´┐Żmiques et´┐Ż curiosit´┐Ż: Un documentaire sera diffus´┐Ż prochainement France2 dans la s´┐Żrie La Grande Traque : il arrive ´┐Ż point pour rappeler les zones d´┐Żombre qui entourent la vieille dame de Courcouronnes´┐Ż On y voit Madame Agathe, interview´┐Że chez son avocat. Tr´┐Żs souvent, elle rit et hausse les ´┐Żpaules. Mais l´┐Żenqu´┐Żte au Rwanda d´┐Żvoile des regards plus sombres´┐Ż Grand-m´┐Żre martyr ou ´┐Żmenace pour l´┐Żordre public´┐Ż? A chacun de juger.

Maria Malagardis
[Africatime]

0 comments

There are no comments yet...

Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment