Tribune d'Information sur le Rwanda

Commémorons toutes les Victimes Hutu Tutsi et Twa du génocide Rwandais

par Joseph Matata, CLIIR.

Appel à Commémorer toutes les victimes du génocide rwandais au Mémorial du génocide le samedi 06 avril 2013 de 14h à 16h

La Commémoration de toutes les victimes du génocide rwandais aura lieu samedi 06/04/2013 de 14h à 16h au Mémorial du génocide rwandais érigé au croisement de trois rues à savoir l’avenue R. Vandendriessche, l’avenue Jules César et la rue Père E. Devroye dans la Commune de Woluwe Saint Pierre (WSP).

Depuis le 1/10/1990 jusqu’à ce jour, ce génocide a frappé simultanément les Twas, les Tutsis, les Hutus et les Hutsis (issus des mariages mixtes hutu-tutsi) au Rwanda et en RDC.

En collaboration avec plusieurs organisations civiles et politiques rwandaises, nous organisons un recueillement samedi le 6 avril 2013 de 14h à 16h00 au Mémorial dédié aux victimes du génocide rwandais pour commémorer toutes les victimes sans aucune discrimination ethnique.
Les invités et les participants se rassembleront au Rond Point Montgomery à partir de 13h30. Comme cela se fait chaque année, le cortège se dirigera vers le Mémorial autour de 14h pour des prières et des discours.

En tant que victimes et survivants des guerres et des crimes organisés au Rwanda et dans la Région de l’Afrique des Grands Lacs (RAGL), c’est un droit et un devoir pour nous de commémorer toutes les victimes Twas, Tutsis et Hutus.
Dans toute guerre économique commanditée par des réseaux étrangers, avant de tuer les personnes, on commence d’abord par tuer la vérité et falsifier les faits historiques. Les Twas, les Tutsis et les Hutus vivaient sur les collines ensemble. Ils s’entraidaient et se mariaient entre eux et parlaient la même langue. Et il a fallu la guerre du 01/10/1990 et l’attentat terroriste du 06/04/1994 pour installer le chaos et l’anarchie. L’Etat rwandais fut décapité et les rwandais furent abandonnés à leur sort. L’autoroute pour aller piller les richesses naturelles de la République Démocratique du Congo (RDC) a été pavée par les corps de nos proches parents, voisins amis et connaissances tués par les massacreurs de tout bord.

Venez nombreux rendre hommage à ceux qui nous ont quitté par la folie des hommes cupides.

Pour les Organisateurs, MATATA Joseph, Coordinateur du CLIIR (Tél : 0487.616.651)

Share

mars 19, 2013   No Comments

RD Congo : Bosco Ntaganda se réfugie à l’ambassade des Etats-Unis à Kigali

Bosco Ntaganda on phone

Bosco Ntaganda on phone

La ministre rwandaise des Affaires étrangères a reconnu ce lundi 18 mars 2013 que le général congolais Bosco Ntaganda s’était rendu à l’ambassade des Etats-Unis. Jusque-là, Louise Mushikiwabo s’était refusée à tout commentaire, alors que Kinshasa avait accusé Kigali ce week-end d’avoir accueilli sur son sol ce chef rebelle, recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre au Congo.

Voilà donc Bosco Ntaganda à l’intérieur de l’ambassade des Etats-Unis à Kigali. C’est d’abord par Twitter que la ministre rwandaise l’a annoncé avec ce message : « Nous avons appris que Bosco Ntaganda est entré au Rwanda et qu’il s’est rendu à l’ambassade des Etats-Unis. » « Rendu » étant ici entendu dans le sens de reddition.

Il n’y a pas plus d’information dans le communiqué qui a été publié par la suite sur le site du gouvernement, sauf qu’il s’y serait rendu de lui-même, ce lundi matin. Il s’est passé 48 heures depuis l’entrée des troupes du M23 au Rwanda.

Tout le week-end, les réponses des autorités rwandaises étaient évasives sur la présence de Bosco Ntaganda sur leur territoire. Samedi, elles avaient toutefois reconnu que plus de 700 combattants du M23 tendance Runiga, réputé proche du général Bosco Ntaganda, avaient franchi la frontière. Un voyage de presse avait même été organisé. Interrogés sur la présence ou non à leur côté du général Ntaganda, ces rebelles avaient démenti et juré ne pas savoir où il se trouvait.

A Kinshasa, on se félicite de voir que l’ex-chef rebelle s’est rendu à l’ambassade américaine. « C’est une bonne chose car ça marque la fin de l’impunité pour les seigneurs de guerre au Kivu », confiait hier soir à RFI Lambert Mendé, porte-parole du gouvernement congolais qui espère que le Rwanda coopère.

Quelle attitude pour Washington ?

Que va-t-il advenir du général rebelle ? Bosco Ntaganda est recherché par la CPI pour des crimes de guerre présumés commis en Ituri. Washington n’a pas ratifié le statut de Rome qui institue la Cour. Rien n’oblige donc les Etats-Unis à transférer Bosco Ntaganda à La Haye. La porte-parole du département d’Etat américain, Victoria Nuland, a toutefois précisé que Washington avait pris contact avec la Cour internationale et le gouvernement rwandais afin de faciliter cette demande.

La diplomate affirme qu’à sa connaissance, aucune négociation n’a eu lieu avant la reddition de l’ex-chef rebelle et qu’elle ignore pourquoi il a choisi précisément l’ambassade des Etats-Unis. Si Washington n’a jamais ratifié les statuts de la Cour pénale internationale, le Congrès a adopté le 3 janvier dernier une loi qui étend le programme Rewards for Justice (Récompenses pour la Justice) aux personnes poursuivies par la CPI. Toute information menant à la capture de Bosco Ntaganda, mais aussi de Joseph Kony, était donc désormais susceptible de rapporter 5 millions de dollars.

Source: RFI.

Share

mars 19, 2013   No Comments

RD Congo : les membres du M23 fidèles à Runiga se réfugient au Rwanda


Jean Marie Runiga - M23

Jean-Marie Runiga, le 17 octobre 2012 à Bunagana. (Photo AFP).

Le gouvernement du Rwanda a annoncé ce samedi 16 mars 2013 que la faction du M23 fidèle à Jean-Marie Runiga, l’ancien chef politique du mouvement rebelle congolais récemment limogé, s’était enfuie en territoire rwandais. Ce nouveau développement survient alors qu’un accord était censé être trouvé, ce vendredi à Kampala, entre le gouvernement congolais et le M23, maintenant divisé en deux camps (celui de Runiga et celui du général Sultani Makenga) qui se sont affrontés ces derniers jours dans l’est de la RDC.

Selon la ministre rwandaise des Affaires étrangères, ils seraient 600 à avoir passé la frontière ce samedi 16 mars au matin. Un simple communiqué, mais un voyage de presse a été organisé pour présenter ceux qui ont donc trouvé refuge au Rwanda.

Il s’agit de l’essentiel des leaders du M23 tendance Runiga. Ces rebelles disent avoir été désarmés à leur arrivée au Rwanda, s’être repliés pour pouvoir apporter des soins à leurs 150 blessés, qu’ils ont d’ailleurs ramenés avec eux, et surtout avoir manqué de munitions pour combattre l’autre faction, celle dirigée par Sultani Makenga.

Ils accusent toujours ce dernier d’être de mèche avec le gouvernement congolais et les FDLR, les rebelles hutus rwandais. « Nous sommes arrivés ici à cause de nos frères qui voulaient nous vendre à Kabila », a même affirmé l’un d’eux.

Bosco Ntaganda n’était pas là

Ils s’exprimaient donc assez librement face à la presse, avec les soldats assis autour d’eux, dans une localité située à une trentaine de kilomètres au nord de Gisenyi.

Quant à Bosco Ntaganda, dont Jean-Marie Runiga est réputé proche, il n’était pas parmi eux. Jean-Marie Runiga a d’ailleurs toujours démenti tout lien avec celui qui est toujours recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre.

Celui-ci aurait trouvé refuge dans le parc des Virunga avec ses escortes, dont on ne connaît pas le nombre. Il est très difficile de progresser dans ce parc, que les FDLR contrôlent en partie.

Ntaganda chercherait à rejoindre le Masisi en contournant le volcan Nyiragongo. C’est ce qui se disait en tout cas dans son entourage depuis plusieurs jours.

Source: RFI.

Share

mars 19, 2013   No Comments

RD Congo: la localisation du Général Ntaganda toujours incertaine

Bosco Ntaganda in January 2009

Bosco Ntaganda in January 2009

La RDC a accusé, dimanche 17 mars, le Rwanda d’avoir accueilli sur son sol le général Bosco Ntaganda, toujours recherché pour crimes de guerre par la Cour pénale internationale. Kigali s’est contenté de qualifier de balivernes les propos du porte-parole du gouvernement congolais malgré l’arrivée samedi au Rwanda de quelque 700 combattants du M23 tendance Runiga, une faction réputée proche de Bosco Ntaganda. Ce dernier avait disparu depuis plus d’un an, et n’est pas encore vraiment réapparu.

Ce n’est pas la première fois qu’on le cherche, ni qu’on le voit un peu partout. Celui qui, il y a tout juste un an, se promenait tranquillement dans les rues de Goma malgré le mandat d’arrêt de la CPI, était d’ailleurs intégré à l’époque aux FARDC.

Depuis, Bosco Ntaganda a réussi à se faire plutôt discret, même si son nom était sur toutes les lèvres et qu’on voyait son ombre planer derrière l’offensive du M23.

Celui que l’on surnomme « Terminator » était très probablement dans le territoire de Rutshuru ces derniers jours. La faction de son rival, Sultani Makenga, disait qu’il combattait aux côtés des troupes de Jean-Marie Runiga, ce que ce dernier a toujours démenti.

Au Rwanda ou dans le parc des Virunga ?

Si les hommes de Runiga ont bien traversé la frontière vers le Rwanda, le général Ntaganda les a-t-il suivis ? Ce ne serait pas la première fois qu’un chef rebelle congolais trouverait refuge ou serait en résidence surveillée au Rwanda. Les aînés de Bosco Ntaganda, Laurent Nkunda et Jules Mutebutsi, y sont d’ailleurs toujours.

Kigali se refuse officiellement à tout commentaire mais parle de balivernes, ou du manque de sérieux du porte-parole du gouvernement congolais. Jusqu’ici, tout indiquait qu’il avait préféré l’ouest à l’est. Il aurait en effet trouvé refuge dans le parc des Virunga et progresserait à pied avec ses escortes en direction du Masisi.

Source: RFI

Share

mars 19, 2013   No Comments