Tribune d'Information sur le Rwanda

Rwanda: Forcés de produire uniquement ce que le gouvernement veut, les agriculteurs rwandais souffrent de faim chronique

Kigali: Les récoltes de maïs sont très abondantes au Rwanda depuis la mise en place de la nouvelle politique agricole mais les agriculteurs n’arrivent pas à les vendre à un prix rémunérateur pour acheter de la nourriture.

Les deux pièces de la petite maison de Kalimunda, 36 ans, agriculteur de Kirehe, à l’est du Rwanda, sont pleins de sacs de maïs secs ; d’autres sont suspendus au mur et au plafond. “Il y a des maïs partout. On se couche même dessus”, raconte-t-il. “Depuis fin février dernier, bon nombre d’agriculteurs de la région de l’Est ont déguerpi leurs maisons pour y stocker leur récolte”, témoigne M. Bahorana de RDO, une coopérative des agri-éleveurs de cette région.

Dans le district de Nyagatare, les villageois n’ont planté que du maïs sur près de 11 000 hectares consolidés, et en ont produit 40 000 tonnes. D’après Natalie Niyonagira, l’agronome du district de Kirehe, on en prévoit là au moins 50 000 t et dans le Nord c’est près de 10 000 t qui attendent preneurs.

“Les villageois ont mis ensemble leurs terres et y ont planté une même culture pour avoir une production importante”, explique Joseph Sibomana, très fier, rencontré dans son champ dans la vallée de Rugeramigozi, au Sud.
“L’utilisation des fertilisants et de semences sélectionnées nous a permis de produire plus, mais on n’a pas encore de bénéfice car les récoltes restent en stock sans marché”, se résigne un agriculteur de Gakenke, au Nord.
Selon un agent de RADA, l’Office rwandais du développement agricole, “les agriculteurs du Nord comme ceux de l’Est sont obligés de vendre leur moisson à un prix dérisoire pour avoir d’autres denrées alimentaires.”

Une perte qui perdure

“Aujourd’hui, un kilo de maïs se vend à 120 Frw (0,20 $) alors que le coût de production moyen engagé par l’agriculteur est estimé à 140 Frw (0,25 $)”, explique Joseph Gafaranga, secrétaire exécutif d’Imbaraga, une coopérative regroupant plus de 21 000 agriculteurs du Nord.
C’est pourquoi le ministère de l’Agriculture a annoncé aux agriculteurs que l’Etat va acheter toute leur production et la stocker pour des périodes de famine ou de carence de semences.

Selon les techniciens agricoles, la politique de la consolidation des terres et la régionalisation des cultures, a favorisé l’augmentation des récoltes de la saison culturale A de 2010.
La mise en commun des terres, connue sous le nom de land consolidation (consolidation des terres) est un programme du gouvernement qui vise à ne cultiver qu’une seule plante sur de grandes étendues afin de passer de la culture de subsistance à la culture commerciale.

Depuis la mise en vigueur de la nouvelle politique agricole, la Green revolution, (la Révolution verte), en 2007, chaque région doit ainsi se concentrer sur les cultures préconisées en priorité.
Selon le ministère de l’Agriculture:
– la province de l’Est doit ne planter que le café, le riz, le maïs, la banane et l’ananas;
– celle du Sud que le manioc, le blé, le thé, le café ;
– dans l’Ouest, c’est le thé, le café, les pommes de terre ;
– dans le Nord, les pommes de terre, le pyrèthre, le blé, et le maracuja.
– La ville de Kigali quant à elle produira des fleurs et des fruits.

“Là où les agriculteurs ont respecté les instructions des techniciens, en utilisant des semences sélectionnées et les pesticides, les récoltes ont au moins triplé, témoigne un agent du ministère de l’Agriculture.

Le grand problème reste de trouver le marché pour cette production, sinon les villageois vont manquer sévèrement d’autres aliments et ce sera une perte énorme pour tout le pays.”

Actuellement, les marchés sont vides de produits alimentaires… tout comme de clients. “Nous mourrons de faim à côté de l’abondance de maïs. On nous interdit de vendre notre moisson comme nous voulons.Pourtant, nous n’avons pas d’argent pour acheter d’autres aliments. Nous mangeons des maïs chaque jour, même les enfants n’ont rien d’autre. On ne peut pas vivre de maïs seulement“, se plaint un habitant de Gakenke, Nord.

Pour Gafaranga d’Imbaraga, la nouvelle politique agricole, qui a grandement contribué à l’augmentation de la production, certes des avantages “En deux ans seulement, 39 agriculteurs du Nord ont pu acheter leurs propres camionnettes grâce à leur revenu agricole”, se réjouit-il.

Mais “les autorités devraient être flexibles et laisser les gens sans grandes terres planter des cultures qui rapportent plus vite“, suggère-t-il.
Pour lui, les oignons ou autres légumes cultivés sur une petite étendue rapportent plus que le maïs ou les pommes de terre.
Mais aujourd’hui, les paysans résistants au changement voient leurs cultures détruites. Ainsi à Cyuve, Musanze, Nord, les dirigeants locaux ont ordonné d’arracher, dans tous les champs, toutes les cultures autres que le maïs, choisi dans cette région pour cette saison culturale.

[Syfia Grands Lacs]

1 comment

1 Hunger and poverty increasingly alarming in Rural Rwanda | Rwandinfo_ENG { 05.03.10 at 13:44 }

[…] articles: – Rwanda: Forcés de produire uniquement ce que le gouvernement veut, les agriculteurs rwandais souffr… – Faim au Rwanda : les plus mal nourris sont les […]

Leave a Comment