Tribune d'Information sur le Rwanda

Rwanda: Accablant acte d’accusation par le HCDH de dix ans de crimes au Congo RDC

Redoutée par les principaux acteurs régionaux de l’interminable drame humain dans la région des Grands Lacs, la radiographie sans précédent des crimes jalonnant dix ans de guerre en République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre) que vient d’établir le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) est accablante, principalement pour le Rwanda voisin.

Sur près de 600 pages, ce document, dont Le Monde a obtenu une version quasi définitive, décrit les “violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 en RDC“.

Derrière l’intitulé se cache une décennie de meurtres, viols, pillages auxquels prirent part plusieurs pays de la région. Des conflits qui firent un nombre indéterminé de morts, mais qui se chiffrent au bas mot en centaines de milliers.

La compilation des rapports existants et la collecte de nouveaux témoignages menée par le HCDH fournissent une base pour des poursuites judiciaires à venir contre les auteurs de ce que le HCDH qualifie de “crimes contre l’humanité, crimes de guerre, voire de génocide” après des années d’impunité.

“CRIMES DE GÉNOCIDE”

Depuis des semaines, le Rwanda déploie ses réseaux et son énergie pour tenter d’étouffer ce rapport qui risque d’atteindre le cœur du régime du président Paul Kagame, l’homme fort du Rwanda depuis 1994.

Le document estime en effet que “les attaques systématiques et généralisées [contre des Hutu réfugiés en RDC] révèlent plusieurs éléments accablants qui, s’ils sont prouvés devant un tribunal compétent, pourraient être qualifiés de crimes de génocide”.

Il reste à savoir quel tribunal se chargera de cette œuvre de justice alors que la plupart des crimes sortent du champ de compétence de la Cour pénale internationale.

Face aux insuffisances de la justice congolaise, le HCDH insiste sur la nécessité d’imaginer de nouveaux mécanismes judiciaires pour mettre fin au cycle de l’impunité dans la région.

Christophe Châtelot
[Le Monde]

3 comments

1 Mao { 08.27.10 at 04:14 }

Voilà des pures fabrications pour endommager les acquis du Rwanda et de la sous region. Ceci est l’une des strategies des negationnistes du genocide des Tutsi qui est plutot reconnu par l’ONU

2 Jean Mugabo { 08.27.10 at 16:14 }

Kagame is in trouble. He is heading in Al Bashir’s direction.

3 anneet { 09.19.10 at 14:06 }

‎1) Rapport onusien controversé s’il en est. Les hutu génocidaires ne pouvaient-ils pas être poursuivis par le Rwanda? L’ONU veut-elle protéger ces génocidaires? Kagame est-il réellement en danger? A-t-il fini de plaire aux Etats-Unis?
Extrait de Wikipédia:
“La théorie du « double génocide » a pour but de transformer le génocide des Tutsi en un massacre « interethnique » pour disculper le gouvernement intérimaire rwandais de 1994, dont les deux tiers des membres ont été poursuivis par le TPIR. Elle a aussi pour objectif de “disculper” les autorités occidentales accusées de l’avoir soutenu passivement ou activement. Ce négationnisme, très répandu dans la francophonie, est souvent exprimé par le pluriel : les génocides au Rwanda. Cette expression a été utilisée notamment en France par François Mitterrand dans la version écrite de son discours à Biarritz du 8 novembre 1994.”

2) Les victimes dénoncées dans ce rapport ne sont pas des congolais mais les hutu génocifaires faux réfugiés dans les camps hébergés, soignés, nourris et alphabétisés par les Ong.

Leave a Comment