Profondes inquiétudes suite au mauvais état de santé de Mme Victoire Ingabire dans la prison rwandaise — Rwandinfo_FR
Tribune d'Information sur le Rwanda

Profondes inquiétudes suite au mauvais état de santé de Mme Victoire Ingabire dans la prison rwandaise

par Ndahayo Eugène.

PROFONDES INQUIETUDES SUITE AU MAUVAIS ETAT DE SANTE DE MADAME VICTOIRE INGABIRE

5EME JOUR EN PRISON

La santé de Mme Victoire Ingabire Umuhoza, présidente des FDU-INKINGI aujourd’hui incarcérée, suscite de réelles craintes après qu’une fuite de source policière a confirmé que la chef de l’opposition est souffrante, en raison de mauvais traitements. La même source a révélé qu’en pleine nuit, les geôliers ont précipitamment introduit un médecin dans sa cellule pour vérifier son pouls et l’examiner. Le médecin a immédiatement fait la prescription et lui a administré quelques médicaments. Cela a été confirmé aujourd’hui par nos autres sources d’information dignes de foi. Nous demandons sa libération conditionnelle sur base médicale. La patiente devrait être transférée d’urgence à l’hôpital et avoir le droit d’être examinée par un médecin indépendant désigné par son avocat. Nous appelons le Général Paul KAGAME à donner son accord sans délai ainsi qu’à libérer ses opposants.

Tôt le matin, lorsque les membres de l’équipe locale des FDU-INKINGI ont apporté le petit-déjeuner, ils ont remarqué des comportements contradictoires de la part des geôliers, un de ces derniers prétendant que la détenue avait besoin de pain supplémentaire tandis que l’autre geôlier disait qu’elle dormait encore. Ces geôliers n’ont jamais autorisé les membres de l’équipe à la voir. A 10heures, elle n’a pas été emmenée à la Cour de Rusororo comme cela avait été annoncé la veille par le Procureur. Elle a été emmenée à Rusororo fin d’après-midi, menottée, malgré son état de santé et à l’abri des regards de ses partisans. Aucun interrogatoire, aucune enquête sur le cautionnement. Elle a ensuite été ramenée au cachot. Un autre incident troublant est que certains agents du renseignement militaire prétendant travailler pour le Comité international de la Croix-Rouge ont été vus plusieurs fois aux alentours. L’incident a été signalé au CICR pour l’enquête.

Mme INGABIRE est persécutée et poursuivie pour des motifs politiques. Elle et son organisation, les FDU-INKINGI, ont choisi la voie de la démocratie et de la non-violence. Le régime est en train d’utiliser les FDLR et les groupes rebelles ou terroristes inexistants pour n’importe quel but. La poursuite des FDLR en RDC a été utilisée pour justifier l’invasion de la RDC, les crimes contre l’humanité, les crimes de guerre, les crimes pouvant être qualifiés de « crimes de génocide », selon le rapport Mapping de l’ONU et le pillage des minéraux. Le même prétexte qui a permis au régime de provoquer le chaos en RDC, est maintenant utilisé pour contrecarrer l’opposition.

Lier les FDU-INKINGI ou l’un de ses dirigeants aux FDLR et aux soi-disant groupes rebelles CDF n’a d’autre but que de pouvoir continuer à revendiquer le statut de victime, après la sortie du rapport accablant de l’ONU qui a accusé le régime de crimes atroces contre des réfugiés en RDC.

Mme Victoire INGABIRE ne croit ni à la violence ni à la guerre, c’est la raison pour laquelle elle a fait de la non-violence, sa devise. C’est la raison pour laquelle elle s’est sacrifiée pour la démocratie, la justice et la dignité de tous les Rwandais.

Il est temps que les bailleurs de fonds internationaux et les lobbies du général Paul KAGAME lui rappellent de se conformer aux normes minimales des Nations Unies en ce qui concerne le traitement des prisonniers et qu’ils soulignent en même temps, que le fait d’infliger une douleur émotionnelle ou physique aux suspects ou aux détenus, constitue une infraction pénale.

Bruxelles, le 19 octobre 2010

Pour le Comité de soutien aux FDU-INKINGI

Ndahayo Eugène,
Président.

0 comments

There are no comments yet...

Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment