Tribune d'Information sur le Rwanda

Message d’Espoir pour le Peuple Rwandais, de la part de l’Opposition Démocratique Rwandaise DUFATANYE

par Ambassadeur Ildephonse Munyeshyaka,
Président de l’Opposition Démocratique Rwandaise DUFATANYE

Consciente que l’avenir du peuple rwandais réside dans l’abandon du corps à corps pour un cœur à cœur consacrant la cohésion du nouveau corps du peuple rwandais dans son ensemble, convaincue que la paix au Rwanda et dans la région des grands lacs ne sera pas obtenue par la force des armes, l’Opposition Démocratique Rwandaise (ODR) soutient fermement la tenue dans les meilleurs délais d’un dialogue inclusif inter-rwandais pour mettre fin à un régime totalitaire et sanguinaire et mettre en place des institutions de transition qui devront préparer les élections libres et démocratiques.

La réélection du président Paul Kagame pour un mandat encore de 7 ans n’est pas une surprise car, tout le monde s’y attendait. Le président rwandais a été, dit-on, réélu massivement et a gagné les élections avec un score de 93%. A ses yeux et aux yeux de ses militants et militantes inconditionnels, le chef de l’Etat rwandais a fait un excellent score. Bien sûr ce pourcentage largement affiché en dit beaucoup. Mais la réalité est autre chose : Dans une compétition de quelque nature qu’elle soit, lorsqu’un compétiteur s’érige par la force contraignante et abusive, il est évident que toutes les chances  de succès convergent vers son camp.

Après avoir muselé et réprimé dans le sang la presse libre soupçonnée de révéler ou de dénoncer des irrégularités survenues lors du scrutin, Paul Kagame a procédé avec vigueur et fermeté par l’arrestation, l’interdiction et l’emprisonnement de tous ses concurrents potentiels. Imitant la nature, tel un siroco qui soulève les montagnes de sable, Paul Kagame a pris soin de balayer devant son passage pour faire disparaître tout ce qu’il considère comme un obstacle dans la lutte pour le pouvoir.
Comme un seul arbre dans le désert, Paul Kagame s’est présenté devant un peuple pétrifié par la peur d’être tué s’il ne vote pas pour lui. Un peuple sans voix, un peuple momifié et terrorisé par un tyran qui, dés qu’il pressent un opposant, déchaine son émeute de tueurs et finit par le faire assassiner.

Depuis la prise du pouvoir au Rwanda en 1994 Paul Kagame règne et dirige le Rwanda en maître absolu et fait trembler le peuple rwandais dans son ensemble, sans oublier que toute la région des grands lacs africains, le président rwandais, soutenu par son armée super équipée, est considéré comme un homme extrêmement dangereux. A cette enseigne tout le monde dans la sous région le craint parce qu’il sème la terreur partout.
Les êtres sensibles au sein de la population rwandaise et au sein du monde entier se souviennent encore de la monstrueuse cruauté qui, depuis l’invasion du Rwanda le 1er octobre 1990, a ravagé le Rwanda atteignant son paroxysme après l’assassinat du président Juvénal Habyarimana, son homologue burundais Cyprien Ntaryamira et leurs accompagnateurs.
La même cruauté que l’on pourrait qualifier d’innée, Paul Kagame l’a poursuivie  jusqu’au Congo pour détruire d’une manière systématique et coordonnée les hutu qui s’y étaient réfugiés.

Le tout puissant dictateur Paul Kagame n’a pas été réélu démocratiquement car, ce serait une injure grave à l’honneur que l’humanité toute entière avoue à cette haute valeur universelle. Paul Kagame est un président autoproclamé et de ce fait un président illégal, un usurpateur manifeste et par conséquent infréquentable.

Devant une telle situation dévastatrice qui, si l’on ne fait pas attention, va encore engloutir le peuple rwandais dans la tourmente. L’unique choix qui nous reste est de déclarer le dictateur Paul Kagame comme un rwandais hors-la-loi et qui doit répondre de tous les forfaits dont il s’est rendu coupable devant une juridiction appropriée. Les faits abominables portés à sa rencontre l’empêchent  d’assumer des responsabilités avant d’être jugé.

Pour mettre fin au régime totalitaire et sanguinaire du dictateur Paul Kagame, l’Opposition Démocratique Rwandaise (ODR) propose :

a) Que la Communauté Internationale et l’ONU adopte les mesures suivantes:

1. imposer un embargo total sur la livraison des armes au Rwanda ;

2. geler les avoirs à l’étranger de Paul Kagame et de son entourage qui le soutient mordicus ;

3. refuser les visas de voyage à l’étranger à Paul Kagame et à cet entourage ;

4. suspendre toute aide de fonctionnement du gouvernement rwandais  aussi bien bilatérale que multilatérale ;

5. assurer la sécurité au Rwanda pendant la période de transition sous les termes à convenir;

6. faciliter la tenue d’un dialogue inclusif inter rwandais dans un pays neutre, pour mieux baliser le terrain d’entente entre les hutu, les tutsi et les twa, établir ensuite des mécanismes d’une paix durable au Rwanda et dans la région des Grands Lacs africains.

b) Que soit tenue dans les meilleurs délais un dialogue inclusif inter rwandais qui permettra:

1. de baliser le terrain d’entente entre les hutu, les tutsi et les twa ;

2. d’établir des mécanismes d’une paix durable au Rwanda et dans la    région des grands lacs africains ;

3. de mettre en place un gouvernement de transition d’une durée de trois ans  et sa composition comprendrait les membres de l’opposition extérieure et intérieure ainsi que les démocrates dans les rangs du pouvoir actuel.

c) Que soit mis en place, sans tarder, un gouvernement de transition dont la mission sera :

1. réformer profondément l’armée et la police pour former une armée nationale qui serait le contraire de l’actuelle armée qui n’obéit et ne sert que Paul Kagame ;

2. établir une Assemblée constituante de transition pour élaborer la loi fondamentale ;

3. permettre le fonctionnement des organes à la fois libres et responsables comme la presse libre et indépendante, les groupes de pression, les syndicats, la défense des droits de l’homme ;

4. abolir les structures d’endoctrinement telles que l’association IBUKA, les tribunaux GACACA et les Ingando. L’éducation à la tolérance et à l’acceptation de l’autre en servira comme instrument de base ;

5. ouvrir l’espace politique pour permettre le fonctionnement des partis politiques ;

6. préparer les élections libres et démocratiques des représentants du peuple  et du Président de la République (attention pour ne pas tomber dans le piège de positionnement dans le jeu politique, seul le président du gouvernement de transition ne pourra chercher à briguer un mandat quelconque).

La condition de l’avenir du Rwanda réside dans l’abandon du corps à corps pour un cœur à cœur consacrant la cohésion du nouveau corps du peuple rwandais dans son ensemble.

Il s’agit de voler au secours d’un peuple en péril. Il s’agit de réussir là où les autres ont échoué. Les puissances du détachement qui incitent à toujours regarder les choses par le haut viendront à notre aide. Le dirigeant que le peuple rwandais attend impatiemment est celui qui a un cœur qui s’oublie pour pouvoir se donner et qui regarde au-delà de sa durée. Durant toute la période de transition un enseignement judicieux sera déployé pour l’accroissement et l’enrichissement de l’esprit et de la conscience du peuple. C’est, selon nous, le seul remède pour prévenir et éviter des situations catastrophiques.

Progressivement et graduellement le peuple rwandais sera invité à, comme notre culture le prévoit, guterwa icyuhagiro. Terme intraduisible dans le sens où nous l’entendons car, il forme deux sens trop proches : le mystique et le  mystérieux.
Ce peuple doit opérer une mutation complète en franchissant le seuil de la haine et de la méfiance. Courageusement et sûrement, il pourra ainsi mieux s’engager sur l’axe de l’évolution de ce monde qui se  socialise et se globalise tout en s’efforçant de sauvegarder la dignité humaine.
Le dirigeant qui aspire à conduire ce peuple à quelque échelle qu’il exerce son autorité devra être imprégné des édits du passé de notre pays, maîtriser le présent, doté de cette capacité de répondre très rapidement et comme sans effort à tous les revirements et à toutes les situations insolites de l’avenir.
Son esprit de lutteur et de négociateur du clan devra s’élargir pour devenir un esprit de créateur en commun, de coéquipier généreux et d’élévateur d’âmes, dans le sens même où le prévoyait Antoine de Saint-Exupéry : Faites leur construire ensemble une cathédrale, ils s’aimeront.

Au Rwanda la souffrance est enceinte elle va accoucher un peuple nouveau. Nous sentons la prise, la naissance d’un peuple nouveau. Mais, dans notre intérieur à nous tous, nous sommes encore gênés par ce lien qui n’existait pas auparavant.

L’honneur et la dignité, que nous devons rendre aux victimes emportées par la tempête fomentée et actionnée sous les ordres de Paul Kagame, réside dans la concorde nationale.

Fait à Bruxelles, le 05 septembre 2010.

Ambassadeur Ildephonse Munyeshyaka,
Président et porte parole de l’ODR DUFATANYE.
(ODR = Opposition Démocratique Rwandaise)

0 comments

There are no comments yet...

Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment