Tribune d'Information sur le Rwanda

Le Président Rwandais Paul Kagame au sujet du Ministre Français Alain Juppé

Encore un extrait de l’entretien accordé à François Soudan de Jeune Afrique par le chef de l’État rwandais Paul Kagame – l’« Iron man » de Kigali selon Jeune Afrique. Cette fois-ci, Kagame parle brièvement de la France et de son Ministre des Affaires Etrangères Alain Juppé.

Jeune Afrique: Début avril, vous avez eu des mots très durs à l’encontre du ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, dont votre gouvernement avait critiqué la nomination. Les Rwandais, avez-vous dit, « ont été insultés par son attitude et ses prises de position » pendant et après le génocide. Depuis, Alain Juppé a fait parvenir un message apaisant à son homologue rwandaise. N’est-il pas temps de tourner la page?

Paul Kagame: Je ne retire pas un mot de ce que j’ai dit, avant que ce message nous parvienne. S’il y a de sa part une approche différente du Rwanda et une évaluation nouvelle de la situation, nous examinerons cela. Pour le reste, sa nomination n’ôte rien aux efforts louables faits par le président Sarkozy depuis son arrivée au pouvoir dans le sens d’une amélioration des relations franco-rwandaises.

Alain Juppé serait-il le bienvenu au Rwanda?

Pas à ma connaissance.

Qu’attendez-vous de lui au juste: des excuses? Une repentance?

Ce n’est pas à moi de me substituer à des individus qui font face à leurs responsabilités. Ce n’est pas mon affaire, c’est la sienne.

Lors de son passage à Kigali, en février 2010, Nicolas Sarkozy vous a invité à vous rendre en France. Comptez-vous y aller?

C’est possible. Cela dépend encore des circonstances, du calendrier et de la formalisation de cette invitation.

Alain Juppé est-il un obstacle à cette visite?

Non. La France ne se résume pas à Alain Juppé.

[Jeune Afrique]

0 comments

There are no comments yet...

Kick things off by filling out the form below.

Leave a Comment