Tribune d'Information sur le Rwanda

François Xavier Byuma

Activiste des  Droits de l’Homme au Rwanda

Membre fondateur d’une association de Défense des droits de l’Enfant (Turengere Abana) en 1989, dont Mathieu Ngirumpatse (ancien Président du MRND, accusé en cette qualité devant le TPIR) était Président.

Resté au Rwanda en juillet 1994  – après s’être réfugié dans la zone Turquoise – il reprend l’ensemble de ses activités professionnelles dès juillet 1994.

De 1994 à mai 2007, il est responsable actif de différentes organisations de défense des drooits le d’Homme  (CLADHO, LIPRODHOR, ADL) et devient président de Turengere Abana

Il n’est l’objet d’aucune suspicion  d’aucun acte répréhensible qu’il ait pu commettre ni en 1994, ni après, en dépit de la fréquence avec laquelle il assiste aux réunions des juridictions Gacaca.

Il en suit en effet de très près les activités, et en dénonce progressivement les dysfonctionnements,  s’attirant des menaces de la part de ceux qui y profèrent des accusations infondées et qui y témoignent à charge de façon permanente et quasi professionnelle.

Approché en avril 2007 par l’équipe de défense de M Ngirumpatse pour un éventuel témoignage de moralité en faveur de ce dernier, il la rencontre à l’hôtel des Mille Collines à Kigali le 4 mai 2007, rendez-vous étant pris pour un autre entretien le 8.

A la même époque, l’association Turengere Abana avait établi un rapport mettant en cause le Président de la Juridiction Gacaca de Biryogo dans un viol commis sur une mineure.

Le 4 mai 2007,  il reçoit convocation datée du 3 mai devant cette même Gacaca pour une audience du 6 mai.

Il récuse la juridiction, à raison du conflit d’intérêt l’opposant à son Président, et récuse le témoin à charge qui lui est opposé à raison d’une collusion manifeste avec le Président, et de la notoriété de ce qu’il est un « témoin professionnel » , connu et dénoncé pour porter des accusations mensongères devant toutes les juridictions du Rwanda, et qui se flatte d’être un témoin « international » pour témoigner à charge devant le TPIR .

Il est passé outre, et il sera condamné à 19 ans d’emprisonnement par un jugement instruit et rendu en trois semaines (jugement du 27 mai 2007), confirmé en appel en août 2007 – dans les mêmes conditions de mascarade juridique – la peine étant réduite à 17 ans au terme d’une procédure de révision aussi caricaturalement irrégulière

Les conditions de son arrestation et de son jugement sont unanimement dénoncées à travers le monde, et jusque devant l’AG des Nations Unies

Les témoins qui lui sont opposés sont dénoncés comme des menteurs professionnels jusque dans la revue du Secrétariat Général des Juridictions Gacaca

Il est universellement admis que son arrestation et son jugement sont  liés à ses activités au service des droits de l’Homme, et à sa dénonciation des dysfonctionnements des juridictions Gacaca.

Il est moins connu qu’elle est intervenue  au moment précis où il était pressenti pour témoigner de la moralité d’un accusé devant le TPIR.

Son témoignage devant le TPIR a été édifiant, sur la concertation et la fabrication de témoignages concertés et mensongers en prison[1].

Les questions que lui a posées le Procureur au cours de son contre-interrogatoire, pour tenter de faire admettre qu’en définitive respect devrait être dû au jugement de condamnation intervenu au terme de la procédure de révision, et la façon dont le Procureur avait conduit ses enquêtes en préalable à son audition (en recueillant des renseignements  sur François Xavier Byuma et sur les allégations de fabrication de preuve auprès de ceux des détenus mis en cause pour être des fabricants de faux témoignages)  en disent assez long sur une préoccupation exclusive d’obtenir une décision de condamnation des accusés devant le TPIR, à tout prix, plutôt que de s’interroger sur la validité des témoignages  utilisés à charge.

Ces enquêtes menées sous cette forme ont néanmoins pour premier résultat de compromettre la sécurité de François Xavier Byuma, en le désignant comme un possible témoin à décharge, dénonciateur de faux témoins, auprès de ceux-là même qui sont mis en cause par son témoignage.

__________________________________
[1] Voir transcription des débats du 27 et du 28 septembre 2010, et en particulier du 28 septembre .

3 comments

1 Appel urgent en faveur de François-Xavier Byuma, activiste des droits de l’Homme en prison au Rwanda | Rwandinfo_FR { 10.16.10 at 08:44 }

[…] toujours défendus,  qui lui fait payer de sa liberté et de sa sécurité le prix de la vérité, François Xavier Byuma a témoigné devant le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) à Arusha, les 27 et 28 […]

2 SOS pour François BYUMA, militant des Droits de l’Homme emprisonné au Rwanda | Rwandinfo_FR { 10.16.10 at 08:48 }

[…] François Xavier BYUMA est internationalement connu comme ayant animé dans le passé la défense des Droits de l’Homme au Rwanda dans un esprit rigoureux de non-discrimination, qui lui a valu d’avoir été condamné à une lourde peine de prison qui a motivé une protestation internationale unanime et qu’il purge encore aujourd’hui. […]

3 RWUBUSISI { 10.25.10 at 06:42 }

MUGE MUREKA GUKINISHA UBUTEGETSI MWA BANTU MWE IGIHUGU MWAGISIZE MUCYORETSE NONE MURASARAGURIKA MU BIKI

Leave a Comment